Accueil » Dossier » Retour sur les Bitcoins : peut-on créer de l’argent ? » Page 7

Retour sur les Bitcoins : peut-on créer de l’argent ?

1 : Introduction 2 : Confessions d’un mineur de Bitcoin 3 : L’algorithme d’extraction et l’extraction CPU 4 : Extraction GPU et programmes d’extraction 5 : Matériel FPGA et ASIC 6 : Aspects financiers : recettes 8 : Recettes et profits 9 : Autres monnaies chiffrées 10 : Conclusion

Aspects financiers : coûts

En 2011 et 2012, le principe approximatif qu’une carte graphique dédiée à l’extraction ne devait pas coûter plus d’un dollar par MH/s prévalait. Bien entendu, les cartes mères pouvant accepter quatre voir cinq cartes graphiques n’étaient pas données (environ 200 $ pour la fameuse MSI 890FXA-GD70), mais un CPU bas de gamme et 2 Go de DRAM suffisaient pour l’extraction GPU. La GD70 était même en mesure d’accueillir une cinquième carte graphique avec un adaptateur horizontal (riser) PCI-Express, mais cette « économie » était contrebalancée par le besoin d’une alimentation 1000 Watts ainsi que l’adaptateur lui-même.

Fin 2011, les premiers extracteurs FPGA ont vu le jour parmi lesquels le single-FPGA ZTEX 1.15x, capable d’atteindre 210 MH/s. Celui-ci coûtait environ 400 euros hors frais de port outre-Rhin, là où il était assemblé. Plusieurs fabricants américains sont apparus à cette période dont une majorité proposaient des extracteurs quad-FPGA pour environ 1000 $. Les quelques 800 à 850 MH/s atteignables à ce prix ressemblaient presque à une bonne affaire compte tenu des besoins modérés en alimentation et refroidissement. Cependant, Butterfly Labs a frappé un grand coup en commercialisant début 2012 son FPGA-Single pour 600 $, sachant que ce dernier atteignait 830 MH/s.

Comme nous l’avons précédemment évoqué, BFL a ensuite annoncé en juin 2012 que le développement de ses extracteurs ASIC était suffisamment avancé pour que les livraisons débutent en octobre/novembre de la même année (une promesse non tenue). Les prix d’origine étaient de 1200 $ pour le SC Single 60 GH/s et la bagatelle de 29 600 $ pour le SC miniRig 15 000 GH/s, l’équivalent chez les extracteurs de la bombe à hydrogène. En 2013, BFL a finalement annulé ce dernier en raison des problèmes de consommation et refroidissement tout en doublant le prix des autres extracteurs ASIC.

Le coût de l’électricité

Les coûts récurrents de l’extraction dépendent de l’endroit où l’on vit et de la possibilité d’obtenir de l’électricité gratuitement (ou à titre gracieux). A moins de travailler dans une centrale, l’électricité gratuite ne l’est pas vraiment : utiliser celle de son entreprise ou fac pour extraire des Bitcoins pourrait même être considéré comme du vol. Mais on peut aussi bénéficier d’électricité à titre gracieux, comme c’est le cas pour certaines locations de bureaux aux Etats-Unis qui incluent tous les frais annexes. Quoi qu’il en soit, la consommation engendrée par cette activité ne passe pas vraiment inaperçue et rien n’empêche un propriétaire de ne pas renouveler un bail ou tout simplement d’ajuster le loyer en temps voulu.

Naturellement, le prix de l’électricité varie énormément suivant l’endroit où l’on habite. Il faut compter 0,1263 € TTC (~ 0,164 $) en France par kWh (option base, EDF Tarif Bleu pour compteur 6 kW) sachant qu’il s’agit d’un des meilleurs tarifs en Europe. La situation est plus complexe aux Etats-Unis où le prix varie d’état en état, comté en comté et même ville par ville. On peut ainsi se situer entre 0,18 et 0,19 $ par kWh en Californie, contre seulement 0,07 $ quand on habite en Georgie. Les chanceux qui résident dans le comté de Douglas (Etat de Washington) payent seulement 0,0233 $ du kWh grâce aux centrales hydroélectriques sous-utilisées dans les environs.

Image 1 : Retour sur les Bitcoins : peut-on créer de l'argent ?

Comme on le verra plus en détail sur la page suivante, en admettant que l’on ait une carte graphique tournant à 230 MH/s qui nécessite 230 Watts 24/7, un jour d’extraction revient à environ, 1,05 $ en Californie contre 0,35 $ en Georgie et seulement 0,15 $ dans le comté de Douglas. Avec la difficulté actuelle, cette carte graphique génère à peu près 0,01 Bitcoin par jour soit l’équivalent de 1,15 $. Dès lors que le Bitcoin passe en dessous de 105 $, le mineur résidant en Californie a tout intérêt à arrêter son matériel. Lorsque la difficulté sera multipliée par dix, ce qui devrait arriver d’ici l’automne, même les habitants du comté de Douglas n’auront aucun intérêt à poursuivre l’extraction avec cette même carte graphique.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Confessions d’un mineur de Bitcoin
  3. L’algorithme d’extraction et l’extraction CPU
  4. Extraction GPU et programmes d’extraction
  5. Matériel FPGA et ASIC
  6. Aspects financiers : recettes
  7. Aspects financiers : coûts
  8. Recettes et profits
  9. Autres monnaies chiffrées
  10. Conclusion