Accueil » Test » Retour sur les performances de l’iPad 4

Retour sur les performances de l’iPad 4

2 : Apple A6X : performances CPU et GPU revues à la hausse 3 : Performances CPU 4 : Performances GPU 5 : Benchmarks Web 6 : Ecran 7 : Benchmarks contre ressenti à l’œil nu 8 : Autonomie et durée de la recharge 9 : Apple persiste à itérer au lieu d’innover

Introduction

Image 1 : Retour sur les performances de l'iPad 4

L’iPad de quatrième génération, ou iPad 4G, a été largement moins médiatisé que ses prédécesseurs à son lancement. Ce n’est finalement pas surprenant vu que l’iPad mini a été présenté le même jour : tout le monde voulait voir la réponse d’Apple à la Nexus 7, laquelle a été et reste un vrai tournant sur le marché des tablettes. En effet, le produit de Google a été le premier modèle au format 7 pouces à ne rien sacrifier en termes de fonctionnalités en plus de proposer un très bon écran ainsi qu’une qualité de fabrication remarquable. L’iPad mini a bénéficié de la même attention que la Nexus 7, mais nous estimons qu’il n’en méritait pas tant au vu de l’absence d’écran Retina et de son prix autrement plus élevé.

Image 2 : Retour sur les performances de l'iPad 4

En parallèle, l’iPad 4G donne l’image d’un produit dont le succès est nettement plus important que sa médiatisation. Apple n’a-t-il pas su gérer le lancement de deux tablettes en simultané ? Quand on met l’iPad 3G et son successeur côte à côte, il est impossible de les distinguer : les lignes sont identiques, les boutons situés aux mêmes emplacements et l’on fait face au même écran Retina 9,7″ de 2048 x 1536 pixels.

Image 3 : Retour sur les performances de l'iPad 4

Ce n’est pas nécessairement un signe positif : par rapport à son prédécesseur, l’iPad 2 a perdu du poids et s’est aminci. Le passage à l’iPad 3G nous a fait gagner un écran haute définition ainsi qu’un circuit graphique intégré plus performant, au prix d’un retour en arrière s’agissant du poids et de l’épaisseur. La cadence d’Apple ressemblait donc beaucoup au « tick – tock » d’Intel jusqu’à l’iPad 4G. Mais cette fois, Apple n’a apporté aucun changement extérieur.


Longueur
Largeur
Hauteur
Diagonale
Résolution
Ratio
Poids
Amazon Kindle Fire HD
19,3 cm
13,7 cm
1,03 cm
7″
1280×800
16:10
395 g
Apple iPad 3
24,1 cm18,6 cm0,94 cm9,7″2048×15364:3652 g
Apple iPad 3 (3G)
24,1 cm
18,6 cm
0,94 cm
9,7″
2048×1536
4:3
662 g
Apple iPad 4
24,1 cm
18,6 cm
0,94 cm
9,7″
2048×15364:3652 g
Apple iPad 4 (3G)
24,1 cm18,6 cm0,94 cm
9,7″
2048×15364:3662 g
Apple iPad mini
20 cm
13,5 cm
0,72 cm
7,9″
1024×768
4:3
312 g
Google Nexus 7
19,8 cm12 cm
1,05 cm
7”1280×80016:10340 g
Google Nexus 10
26,4 cm
17,8 cm
0,89  cm
10″
2560×1600
16:10
603 g
Motorola Xoom
24,9 cm
16,8 cm
1,29 cm
10,1″
1280×80016:10
730 g
Samsung Galaxy Tab 10.1
25,7 cm
17,5 cm
0,86 cm
10,1″
1280×80016:10
547 g

Si l’aspect est resté le même entre les deux dernières générations d’iPad, les différences sont pourtant bien réelles. Pour commencer, le traditionnel connecteur dock 30 points a tiré sa révérence au profit du Lightning que nous avions déjà abordé lors du test de l’iPhone 5. Mais le plus important est surtout à l’intérieur de l’iPad : la quatrième génération embarque un SoC Apple A6X sensé offrir des performances bien supérieures à ce que la firme de Cupertino nous a montré jusqu’ici.

Image 4 : Retour sur les performances de l'iPad 4


Caractéristiques techniques
SoC
Apple A6X, CPU dual core « Swift » @ 1,4 GHz, GPU PowerVR SGX554MP4
Ecran
LCD 10,1″, résolution native 2560 x 1536
Caméra
Frontale: 1,2 MPix, dos: 5 MPix
Batterie
11,560 mAh (43 Wh)
Réseau
802.11/b/g/n, bandes 2,4 et 5 GHz ; Bluetooth 4.0
Capacité & RAM
16, 32, 64, 128 Go NAND Flash + 1 Go de RAM
Capteurs
Luminosité ambiante, accéléromètre, gyroscope
Connectivité
Connecteur Lightning, jack 3,5 mm
OS
iOS 6.x

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Apple A6X : performances CPU et GPU revues à la hausse
  3. Performances CPU
  4. Performances GPU
  5. Benchmarks Web
  6. Ecran
  7. Benchmarks contre ressenti à l’œil nu
  8. Autonomie et durée de la recharge
  9. Apple persiste à itérer au lieu d’innover