Accueil » Actualité » Revue de tests : Corsair CS450M, BitFenix Prodigy M, Crusher by Skullcandy

Revue de tests : Corsair CS450M, BitFenix Prodigy M, Crusher by Skullcandy

Image 1 : Revue de tests : Corsair CS450M, BitFenix Prodigy M, Crusher by SkullcandyNotre confrère Cowcotland a récemment mis en ligne un test de la Corsair CS450M, une alimentation affichant une puissance maximale de 450 watts.

Modulaire, cette alim est certifiée 80 Plus Gold. Elle possède un unique rail +12V de 35,6A ainsi qu’un ventilateur de 120 mm. La Corsair CS450 bénéficie en outre de toutes les protections que l’on est en droit d’attendre sur ce type de produit. Verdict ?

“Trouver de petites alimentations avec de grosses certifications ou encore des câbles modulaires, cela n’est pas chose aisée. Alors quand Corsair nous propose un bloc 450 watts Gold et Modulaire, nous ne pouvons que sauter sur l’occasion de le tester. Place à la CS450M dans ce nouvel article.”

De son côté, notre confrère 59 Hardware s’est récemment intéressé au casque audio Crusher by SkullCandy

“59Hardware vous présente aujourd’hui un casque audio nomade nous promettant un son puissant qui devrait faire vibrer votre corps. Venu directement de chez SkullCandy, voici le CRUSHER. ”

Enfin, nos confrères du Comptoir du Hardware se sont penchés sur le boîtier Bitfenix Prodigy M

“Nous attaquons aujourd’hui une série de tests de boîtiers µATX et c’est BitFenix qui, en plus de faire son entrée pour la première fois au Comptoir, ouvrira le bal avec une déclinaison de l’un de ses modèles phare : Le Prodigy M. Si de prime abord rien ne le différencie du Prodigy 1er du nom, destiné, lui, à accueillir des configurations au format Mini-ITX, un coup d’oeil à l’intérieur vous permettra de vous rendre compte du chamboulement. Les cages amovibles sont abandonnées pour gagner de la place et la carte mère reprend une position presque conventionnelle. Cette déclinaison sera-t-elle à la hauteur, sinon meilleure que la précédente version ? Trêve de blabla, pour trouver la réponse faisons donc le tour du propriétaire avant de faire chauffer le bestiau.”