Accueil » Actualité » Revue de tests : Gigabyte R9 290X OC, Audio-Technica ATH-CKX7iS

Revue de tests : Gigabyte R9 290X OC, Audio-Technica ATH-CKX7iS

Image 1 : Revue de tests : Gigabyte R9 290X OC, Audio-Technica ATH-CKX7iSNotre confrère Cowcotland a récemment publié un test de la Gigabyte R9 290X OC (GV-R929XOC-4GD de son petit nom), une Radeon R9 290X overclockée d’usine.

Dotée d’un système de refroidissement propriétaire WindForce 3X, cette carte graphique embarque donc un GPU Hawai cadencé à 1040 MHz et 4 Go de mémoire GDDR5 fonctionnant à 1250 MHz sur un bus 512-bit. Verdict ?

“Oui, AMD a encore chamboulé le petit monde du GPU, avec deux acteurs majeurs pour le sensible segment du jeu vidéo, en proposant des R9 290 et 290X clairement performantes, mais avec des lacunes telles que l’équilibre entre le positif et le négatif était plus que précaire. Nous attendions tous avec une hâte non dissimulée l’arrivée des cartes customs, permettant sans doute d’atteindre des températures moins effrayantes et un bruit moins assourdissant. Nous allons donc présentement nous tourner vers Gigabyte, afin de découvrir la seconde naissance des 290X, avec un refroidissement taillé pour contrer d’éventuels coups de chaleur du fameux Hawaii. Gigabyte a logiquement recours à son système star de refroidissement WindForce 3X, capable théoriquement de gérer un TDP de 450W.”

Notre confrère Cowcotland a également récemment publié un test des écouteurs intras ATH-CKK7iS du constructeur Audio-Technica…

“Les casques, il y en a autant que d’utilisateurs, quasiment ou presque. Cela dit, les intras ont eu le vent en poupe, ils étaient incontournables il y a déjà quelques années. L’intra était un must-have avec un walkman à cassettes. Aujourd’hui, pourtant, presque tous les fabricants proposent un ou plusieurs intras. Aujourd’hui, Audio-Technica nous présente et nous prête son dernier intra, spécifique aux sources nomades. Son petit nom est le suivant : ATH-CKX7iS, et le moins que l’on puisse dire, c’est que du côté d’Audio-Technica, les noms des modèles laissent le lyrisme de côté. En tous les cas, ce qui nous intéresse finalement, c’est de voir s’il vaut le détour.”