Accueil » Actualité » Revue de tests : Toshiba HG6 256 Go, GeForce GTX 970/980

Revue de tests : Toshiba HG6 256 Go, GeForce GTX 970/980

Image 1 : Revue de tests : Toshiba HG6 256 Go, GeForce GTX 970/980Notre confrère Cowcotland vient de publier un test du SSD HG6 de chez Toshiba, un modèle présenté ici dans sa version 256 Go.

Au format 2,5 pouces classique, ce SSD compatible SATA 6 Gbps embarque un contrôleur Toshiba TC358790XBG et des puces de mémoire flash Toggle MLC gravées en 19 nm par Toshiba lui-même. Sur le papier, le HG6 peut atteindre des débits de l’ordre de 534 Mo/s en lecture séquentielle et de 482 Mo/s en écriture séquentielle : qu’en est-il en pratique ?

“Pour le première fois, nous avons un SSD Toshiba à la Ferme et le dernier des modèles, le tout nouveau HG6. Un SSD SATA III qui est donné pour des bonnes vitesses, à savoir 534 Mo/sec en lecture et 482 Mo/sec en écriture. Voyons ce que cela donne dans le détail dès maintenant.”

De leur côté, nos confrères du Comptoir du Hardware se sont récemment intéressés aux toutes nouvelles GeForce GTX 970 et 980 de NVIDIA

“Le principal facteur conduisant à l’amélioration des performances d’une génération de GPU à une autre est l’augmentation du nombre d’unités de calcul présentes dans ces derniers, point directement corrélé avec une finesse de gravure en progrès permettant à taille de die similaire (et donc coût de fabrication/consommation), d’augmenter significativement leur nombre. Pourtant, depuis le début de l’année 2012 et l’introduction des premiers GPU gravés en 28 nm, rien n’a réellement changé à ce niveau du fait de la difficulté pour TSMC et ses concurrents à graver des puces conséquentes en 20 nm et de la priorité accordées aux concepteurs de SOC destinés à la mobilité proposant des volumes de production bien supérieurs. Pour autant, le caméléon décide de lancer malgré ce relatif immobilisme des process, une nouvelle gamme de cartes graphiques animée par le GM204, un GPU employant l’architecture Maxwell (révisée), déjà entrevue sur la GTX 750 Ti et quelques puces mobiles, faisant la part belle à l’efficacité énergétique. De quoi compenser la réutilisation du 28 nm pour la gravure de cette puce ? Verdict au sein d’un panel de 10 cartes et 20 jeux.”