Accueil » Test » Ryzen 7 1800X : test complet de la révolution d’AMD » Page 6

Ryzen 7 1800X : test complet de la révolution d’AMD

1 : Intro : Ryzen débarque en force 2 : Technos : AMD SenseMI et XFR 3 : Compatibilité RAM et chipset AM4 4 : Nos configurations de test 5 : Le dilemme du cache 7 : Tests en jeu : Hitman, Project CARS & Metro: Last Light 8 : Performances : applis de bureau 9 : Performances : station de travail 10 : Performances : calcul scientifique et HPC 11 : Overclocking, conso, températures 12 : Conclusion

Tests en jeu : Ashes of the Singularity & Battlefield 4

À savoir avant nos tests

Comme expliqué précédemment, nous avons trouvé des résultats plus bas que prévus dans de nombreux benchs et nous avons donc demandé à AMD d’où cela pouvait venir. Le constructeur nous a conseillé d’utiliser le mode « Performances Élevées » de gestion de l’alimentation de Windows 10. Après activation de ce mode, nous avons en effet noté une amélioration des performances dans certains jeux, mais pas dans tous. Les résultats des tests en mode « Hautes Performances » sont inclus dans les graphiques suivants (« HP ») aux côtés des résultats avec le mode de gestion standard. C‘est ce même mode qui a été utilisé pour les CPU Intel afin de mettre en avant les performances Speed Shift.

L’architecture Zen est la première d’AMD a bénéficier d’une technologie SMT, nous avons donc également testé le Ryzen 7 1800X avec le SMT désactivé afin de mettre en avant le gain apporté. Certains tests se sont révélés plus rapides sans SMT, nous avons donc ajouté ces résultats. Enfin, nous avons aussi comparé les CPU à fréquence équivalente. Il est important de noter que les performances des moteurs des jeux et de DirectX 11 ne progressent pas forcement de manière linéaire, les résultats à 3,8 GHz peuvent donc servir de référence. Certains résultats surprenants peuvent être le résultat de plusieurs facteurs, tels qu’un firmware de carte mère ou un microcode CPU inaboutis, et peuvent par conséquent ne pas être représentatifs de toutes les situations possibles.

Ashes of the Singularity

Ashes of the Singularity profite particulièrement bien de l’augmentation du nombre de cœurs et de la fréquence, ce qui explique les bonnes performances du Core i7-6900K et de ses 8 cœurs avec HT. Étonnamment, le Ryzen 7 1800X n’offre pas les mêmes gains : nous espérions des performances plus élevées dans ce jeu très gourmand en ressources CPU, le Ryzen 7 1800X affichant le nombre même nombre de cœurs et threads que le 6900K. À l’arrivée, le CPU Intel est devant, malgré des fréquences le désavantageant sur le papier.

En désactivant le SMT, les performances du 1800X s’améliorent avec un nombre moyen d’images par seconde atteignant 70,9 i/s. Au contraire, la désactivation de l’HyperThreading du Core i7-6900K aboutit à une baisse de 7 i/s.

De manière surprenante, même le Core i7-7700K (4C/8T) dépasse le Ryzen 1800X avec une marge importante, et ce malgré nos tous essais pour mettre le CPU d’AMD dans les meilleures conditions possible.

Nous avons également remarqué un léger gain en overclockant manuellement tous les coeurs à 3,8 GHz, au lieu des 3,7 GHz de base imposés par la technologie XFR. À cause de la gestion automatique XFR, qu’il est impossible de désactiver sans perdre le bénéfice des fonctions Precision Boost, nous n’avons pas pu tester en bloquant le CPU à sa fréquence de base de 3,6 GHz.

Le comportement du 1800X laisse penser que AotS n’est tout simplement pas optimisé pour l’architecture Zen, mais nous attendons un retour d’AMD à ce sujet.

AMD nous a fourni des résultats de tests exécutés en 4K, qui sont généralement limités par le GPU. Nous avons préféré tester en 2560×1440, pour mieux souligner les différences de performance entre processeurs. Mais le verdict est le même en WQHD qu’en Full HD : le 1800X est nettement à la traîne dans toutes les configurations. Le jeu ne serait donc pas optimisé pour l’architecture Zen, et son éditeur Oxide tend à le confirmer dans une réponse officielle :

« Oxide est très enthousiaste à propos du processeur Ryzen. Avec notre moteur 3D Nitrous, nous travaillons à adapter les performances de nos jeux actuels et futurs afin d’exploiter tous les avantages de Ryzen et son architecture à 8 coeurs et 16 threads, et jusqu’ici, les résultats sont impressionnants. Ces optimisations ne sont pas encore disponibles pour du benchmark. Mais attendez-vous bientôt à des mises à jour qui qui vont améliorer les performances de jeux comme Ashes of the Singularity sur Ryzen » Brad Wardell, PDG de Stardock et Oxide

Battlefield 4

Autre jeu traditionnellement limité par le GPU, Battlefield 4 en Full HD. Le Ryzen 7 1800X à ses fréquences de base et dans le mode de performance équilibré (choisi par Windows par défaut) est le seul processeur moderne à ne pas dépasser les 160 i/s.

Il fait un peu mieux dans le mode de performances hautes, toutefois les autres processeurs se tiennent tous à 1,4 i/s.

Le FX-8350 ferme la marche à 3,8 GHz. En limitant tous les processeurs à cette fréquence, on voit bien le gain réalisé par le Ryzen 1800X par rapport à son ancêtre.

Dans les autres configurations, le Ryzen 7 1800X parvient à pousser l’EVGA Geforce GTX 1080 FE suffisamment pour qu’elle devienne le facteur limitant les performances. Par conséquent, si votre jeu préféré suit la même tendance, vous pouvez économiser 500 dollars pour vous offrir un processeur à huit coeurs.

Sommaire :

  1. Intro : Ryzen débarque en force
  2. Technos : AMD SenseMI et XFR
  3. Compatibilité RAM et chipset AM4
  4. Nos configurations de test
  5. Le dilemme du cache
  6. Tests en jeu : Ashes of the Singularity & Battlefield 4
  7. Tests en jeu : Hitman, Project CARS & Metro: Last Light
  8. Performances : applis de bureau
  9. Performances : station de travail
  10. Performances : calcul scientifique et HPC
  11. Overclocking, conso, températures
  12. Conclusion