Accueil » Actualité » Samsung va développer ses propres CPU ARM

Samsung va développer ses propres CPU ARM

Image 1 : Samsung va développer ses propres CPU ARMSamsungDans le petit monde des SoC ARM, il y a deux types de solutions pour le processeur : soit utiliser des cores issus de chez ARM directement sous licence, soit développer en interne son propre core, une solution qui a des avantages, mais aussi des inconvénients. Et Samsung va passer d’un camp à un autre.

Apple, Samsung, Qualcomm… Microsoft

Actuellement, Samsung, comme Texas Instruments, ne fait qu’utiliser des cores issus de chez ARM, les fameux Cortex A. La société gère l’intégration dans ses SoC Exynos, mais fondamentalement, elle utilise le même processeur que ses concurrents, même si des différences de performances peuvent apparaître, en fonction de la taille de la mémoire cache, de l’optimisation de la gravure ou de la gestion de la fréquence.

A contrario, d’autres sociétés utilisent des cores « maison », conçus en interne. Ils sont parfois plus performants, consomment moins, etc. L’avantage vient surtout de l’adaptation aux besoins et — parfois — du cycle de développement. Le Swift d’Apple (utilisé dans les A6) consomme par exemple assez peu et est plus performant qu’un Cortex A9 (mais moins qu’un A15), les Kraits de Qualcomm ont des cores indépendants au niveau de la fréquence, le projet Denver de NVIDIA est prévu pour les serveurs, etc.

Notons par ailleurs que le fait d’obtenir une licence permettant d’utiliser un core maison n’implique pas d’abandonner les cores ARM : Qualcomm intègre les Cortex A5 et A7 dans ses puces d’entrée de gamme, Apple utilise toujours le Cortex A9 dans l’Apple A5 et NVIDIA n’a pas encore dévoilé son projet Denver, les puces Tegra sont toujours basées sur des Cortex A9 et A15. De même, avoir une licence de ce type n’implique pas de produire un core : Microsoft en a une et la société ne propose pas de processeurs.

Par contre, Samsung a plus de marge de manoeuvre avec une licence de ce type et pourrait proposer, à terme, des cores parfaitement adaptés à ses appareils. Reste à voir quand ce sera possible : créer un processeur n’est pas une chose triviale et demande souvent quelques années de travail pour une puce performante.