Accueil » Actualité » Snapdragon 808 et 810 : du 64 bits ARM chez Qualcomm

Snapdragon 808 et 810 : du 64 bits ARM chez Qualcomm

Qualcomm vient d’annoncer deux nouveaux modèles dans la gamme Snapdragon 8xx, après le 801 et le 805. Et les nouveaux Snapdragon 808 et 810, attendus en 2015, sont intéressants et étonnants à plus d’un titre.

ARM, 64 bits, big.LITTLE

On sent tout de suite que l’ambiance est un peu fébrile chez Qualcomm : après nous avoir expliqué pendant des années que les cores asynchrones sont meilleurs que le big.LITTLE d’ARM, que le 64 bits ne sert à rien, que les processeurs à 8 cores sont de la poudre aux yeux et que les architectures maisons sont meilleures que celles d’ARM… Qualcomm annonce un processeur en architecture big.LITTLE, avec 8 cores 64 bits qui proviennent de chez ARM.

Des SoC très complets

Le Snapdragon 810 (MSM8994) va donc intégrer quatre cores Cortex A57 et quatre cores Cortex A53 en architecture big.LITTLE. La partie graphique sera un nouveau GPU de chez Qualcomm, l’Adreno 430, et la mémoire sera de la LPDDR4-1600 en dual channel, sur un bus 32 bits. Côté I/O, on peut notamment noter la gestion de la mémoire eMMC 5.0, et Qualcomm va aussi intégrer la décompression et l’encodage du H.265, ce qui devrait notamment permettre de filmer en 4K facilement avec les smartphones équipés.

Le Snapdragon 808 se place un peu en-dessous : on a six cores au total, avec deux cores Cortex A57 et quatre cores Cortex A53. Le GPU est un Adreno 418 et l’encodage H.265 n’est pas de la partie. De même, pour la mémoire, on passe à deux canaux 32 bits de LPDDR3-933.

Image 1 : Snapdragon 808 et 810 : du 64 bits ARM chez QualcommQualcomm

Point important, le Wi-Fi n’est pas intégré dans les SoC, contrairement aux autres Snapdragon 800, et il faudra donc ajouter une puce supplémentaire sur la carte mère pour la compatibilité 802.11ac.

La LTE en plus rapide

La grande nouveauté des puces est la possibilité d’agréger les porteuses en LTE (4G) : le modem intégré dans les SoC peut utiliser trois porteuses pour atteindre un débit maximal de 300 mégabits/s (soit un spectre de 40 MHz au total). C’est intéressant pour des opérateurs qui disposent de plusieurs bandes de fréquences, comme Bouygues en France : il sera possible d’utiliser trois bandes de fréquences simultanément pour améliorer les débits. 

Les deux puces sont paradoxales : elles sont puissantes et les améliorations sont intéressantes, mais le fait est qu’elles utilisent le savoir faire d’ARM et pas celui de Qualcomm. C’est un pari risqué : les autres fabricants de SoC ARM sont en train de travailler sur des modems LTE (NVIDIA en proposent déja) et ils pourront, en 2015, proposer des SoC équipés des mêmes cores CPU en face des puces de Qualcomm.

Les deux puces devraient se retrouver dans les smartphones du printemps 2015, avec une annonce au MWC de la même année.