Accueil » Actualité » Snow Leopard dans 3 jours

Snow Leopard dans 3 jours

64 bits et 32 bits ?

Snow Leopard est 64 bits, c’est une grande nouvelle. Pourtant, sur beaucoup de machines, il démarre en 32 bits. Est-ce un problème ? Non, pas réellement. Même actuellement, avec le noyau 32 bits de Leopard, il est possible d’utiliser plus de 4 Go de RAM (32 Go via la technologie PAE) et les applications 64 bits peuvent se lancer sur le noyau 32 bits. Le noyau 64 bits de Snow Leopard pose en fait plus de problèmes qu’il n’amène d’avantages : les pilotes doivent être réécrits, certains programmes sont incompatibles et il ne prend vraiment l’avantage que sur les machines dotées de plus de 32 Go de RAM, ce qui reste, avouons-le, rare.

Image 1 : Snow Leopard dans 3 jours

Snow Leopard, alias Mac OS X 10.6, arrive dans trois jours. Le système d’Apple, qui ressemble à une mise à jour mineure, n’est pourtant pas si anodin qu’il peut y paraître. Rappelons que Snow Leopard n’apporte pas de grosses avancées visuelles ni de nouvelles « killer app » comme Time Machine ou Spotlight en leur temps, mais qu’en contrepartie, il est proposé au prix très doux de 29 €.

Des différences peu visibles

Rien de bien visible, mais beaucoup de différences : premièrement, le code a été nettoyé. Exit les PowerPC, le support de certains vieux matériels (comme la synchronisation PalmOS) et donc, petit avantage, diminution de la taille du système. Apple parle de 6 Go de gagnés sur le disque dur, c’est toujours ça de pris. Mais les nouveautés viennent d’une plus grande ouverture au monde (Mail est compatible Exchange, une technologie Microsoft), des améliorations de certains programmes, comme QuickTime X qui offre enfin un système digne de Mac OS X, et surtout de quelques avancées invisibles, dont on verra les fruits d’ici quelques mois. En effet, Snow Leopard propose Grand Central et OpenCL (notamment). Le premier est un système permettant de mieux gérer les processeurs à plusieurs cores (et avec les 16 threads que peuvent gérer les Mac Pro, ce n’est pas inutile) et le second permet d’utiliser la puissance de calcul des cartes graphiques récentes pour effectuer des calculs généralistes. Enfin, le système s’ouvre un peu plus au 64 bits, même si le noyau en lui-même reste en 32 bits dans la majorité des cas. Reste que même si recompiler une application pour Snow Leopard permet parfois de gagner en performances, il va falloir attendre quelques mois pour que les applications tirent vraiment parti de Snow Leopard. Ce n’est pas, en soi, un problème, mais Apple aura fort à faire pour montrer que Snow Leopard n’est pas une mise à jour mineure alors que Microsoft va sortir un système qui semble très réussi et qui, lui, montre bien la différence.

En attendant, on peut parier que beaucoup d’utilisateurs vont aller acheter la mise à jour, surtout étant donné son prix.