Accueil » Actualité » Snow Leopard : un OS plus pro, moins cher

Snow Leopard : un OS plus pro, moins cher

Image 1 : Snow Leopard : un OS plus pro, moins cherComme vous avez dû le voir, Mac OS X 10.6, alias Snow Leopard, a été annoncé hier. Ce système, que certains qualifient de Service Pack, est une évolution majeure, mais le peu de nouveautés visuelles a contraint Apple à le proposer à un prix très doux : au lieu des 129 $ habituels, Snow Leopard sera proposé à 29 $ aux utilisateurs de Leopard (10.5).

Intel only

Le nouveau système se limite aux ordinateurs équipés d’un processeur x86, soit la majorité des Mac sortis depuis 2006. Les PowerPC (G3, G4 ou G5) devront rester sous 10.5. Le système, qui prendra moins de place sur le disque dur (6 Go de gagnés selon Apple) est disponible en 32 bits (pour les machines dotées d’un Core Duo ou d’un Core Solo) ou, c’est une nouveauté, en 64 bits, pour les modèles plus récents. Deux nouveautés intéressantes, certaines fonctions de QuickTime X et OpenCL, ne sont pas prises en charge sur toutes les machines. L’accélération vidéo nécessite une carte 9400M au minimum alors qu’OpenCL fonctionne sur les modèles dotés d’une 8600M, 8800GT/GTS, 9400M, 9600M, GT 120, GT 130 et sur les Radeon 4850/4870. Concrètement, les MacBook Pro (depuis juin 2007), certains iMac et quelques Mac Pro sont compatibles dans les machines qui ont plus de 6 mois.

Entièrement réécrit

Le système a été réécrit, certaines applications comme le Finder gagnent en fonctionnalités et Exposé (notamment) est mieux intégré. Il est plus rapide, propose quelques nouveautés (icônes plus grandes, récupération depuis la corbeille, etc.). Spotlight s’améliore et offre plus de possibilités et Time Machine est plus rapide pour la sauvegarde initiale (logique, le système prend moins de places). Le menu « Services », méconnu, passe en menu contextuel et Automator (tout aussi méconnu) évolue aussi. Bonne nouvelle, le système indiquera aussi quel application bloque un périphérique avant son éjection (clé USB, etc.).La majorité des applications fournies sont codées en 64 bits (certaines le sont déjà actuellement dans Leopard).

Grand Central et Open CL

Deux nouvelles options sont intéressantes pour les performances : Grand Central et Open CL. La première permet en fait au système de gérer l’allocation des threads (des morceaux de programmes indépendants, en simplifiant) au lieu de laisser cette tâche aux programmes. La seconde permet d’utiliser la puissance de la carte graphique pour effectuer des calculs, en aidant le CPU. Notons que dans les deux cas, il est nécessaire de réécrire les applications pour tirer parti de ces nouveautés.

QuickTime X

La nouvelle version de QuickTime est totalement différente de l’ancienne, avec une interface très discrète, le plein écran, une accélération vidéo via la carte graphique (pour le H.264), la possibilité de créer du contenu pour iPhone/iPod facilement, tout comme uploader directement les vidéos sur YouTube. Plus rapide, selon Apple, il est aussi capable de lire des flux vidéo HTTP facilement.

Une compatibilité Exchange

Bonne nouvelle pour les professionnels, les applications de Snow Leopard sont compatibles Exchange (2007). Que ce soit Mail, le Carnet d’adresses ou iCal, les logiciels se synchronisent avec un serveur Exchange directement. Spotlight est intégré à ce support et Apple joue aussi sur le fait que son support d’Exchange est intégré dans l’OS, contrairement à Microsoft qui oblige à acheter Outlook. Dans les faits, si l’intégration est correcte (ce qui reste à vérifier), Snow Leopard s’intégrera plus facilement en entreprise que le Mac OS X actuel.

Dans les autres options mineures, notons le support du multitouch à trois et quatre doigts sur les anciens modèles (MacBook Pro Penryn et MacBook Air), des améliorations de vitesse dans la connexion au Wi-Fi, un pilote pour lire (et pas écrire) du HFS+ sous Windows, etc.

Ce qui fâche

Reste que tout n’est pas rose : de l’extérieur, Snow Leopard ressemble à un Service Pack (même s’il en est loin) et beaucoup de nouvelles fonctions (comme Open CL) demandent une machine récente. De plus, le système n’offre rien de visuellement attrayant pour se vendre, ce qui explique le prix. Le principal problème vient du fait que les applications doivent êtres réécrites (tout du moins en partie) pour Snow Leopard (Grand Central et Open CL nécessitent 10.6) et que cette réécriture ne sera a priori effective que quand le parc de machines sera assez grand. Mais les utilisateurs ne passeront sous 10.6 que s’il y a des applications intéressantes. Et autant un appareil qui a moins de 6 mois tirera bien parti des nouveautés de l’OS autant un Mac plus ancien ne gagnera pas grand chose dans beaucoup de cas.

Pour le prix, Apple propose Snow Leopard dès septembre au prix de 29 $ (pour les possesseurs de Leopard), 9,95 $ (pour ceux qui achètent un Mac dès maintenant) ou 169 $ (en pack avec iLife et iWork) pour les rares utilisateurs de Mac Intel encore restés sous Tiger.