Accueil » Actualité » SSD : le SandForce SF3700 atteint 1,8 Go/s

SSD : le SandForce SF3700 atteint 1,8 Go/s

Image 1 : SSD : le SandForce SF3700 atteint 1,8 Go/s

LSI vient d’annoncer le SF3700, la troisième génération de contrôleur SandForce. Cette nouvelle version du contrôleur propose maintenant deux interfaces : soit le SATA 6 gigabits/s soit le PCI-Express.

Plusieurs versions

Les SF3719 et SF3729 visent le milieu de gamme. Les deux contrôleurs offrent du SATA 6 gigabits/s (600 Mo/s au maximum) ou deux lignes PCI-Express 2.0, soit une bande passante maximale de 1 Go/s. La différence entre les deux se fait a priori sur les canaux de mémoire, comme actuellement : quatre canaux sur l’entrée de gamme et huit canaux en haut de gamme.

Le SF3739 et SF3759 visent deux marchés : celui des SSD haut de gamme et le monde professionnel. Le premier offrira du SATA 6 gigabits/s mais aussi quatre lignes PCI-Express 2.0 (2 Go/s) alors que le second vise le marché professionnel et devrait être compatible NVMe, une nouvelle norme spécifiquement pensée pour les SSD PCI-Express. Actuellement, les SSD PCI-Express utilisent en effet — pour des raisons de compatibilité — les commandes AHCI. Elles permettent d’utiliser un SSD PCI-Express comme si c’était un SSD SATA classique, sans soucis de compatibilités. Les rares SSD PCI-Express (chez Apple ou Sony) utilisent d’ailleurs l’AHCI.

Image 2 : SSD : le SandForce SF3700 atteint 1,8 Go/s

Dans les nouveautés du contrôleur, il y a quelques idées intéressantes. Premièrement, le code d’erreur ECC varie en fonction de l’usure d’une cellule, ce qui permet de garder une partie de la mémoire pour la gestion de l’usure sur les cellules peu usée, où les risques d’erreurs sont plus faibles. Deuxièmement, à la manière de certaines barrettes de RAM, il est possible de travailler sur neuf canaux pour la mémoire flash : le dernier est utilisé pour stocker des données de parité (pour éviter la perte de données) sans empiéter sur la capacité disponible pour l’utilisateur. Plus concrètement, un SSD classique avec huit canaux et une capacité réelle de 256 Gio a une capacité utile de 224 Go, alors qu’avec le neuvième canal de mémoire flash, on peut utiliser 288 Gio de mémoire flash pour une capacité utilisable de 256 Go de mémoire.

LSI intègre aussi une technologie qui permet de modifier à la volée la capacité du SSD. Cette fonction ne sera proposée que sur les modèles professionnels pour des raisons de compatibilité, et utilise une fonction des contrôleurs SandForce présente depuis plusieurs années : la compression des données. Actuellement, les contrôleurs SandForce compressent les données pendant les transferts pour améliorer les débits, mais la capacité disponible ne bouge pas. Avec cette nouvelle fonction, la capacité est dynamique, en fonction des données écrites, ce qui demande évidemment un système d’exploitation et des pilotes adaptés.

Au niveau des performances, une démonstration avec de la mémoire flash Toshiba devrait avoir lieu d’ici quelques jours, avec des débits de 1,8 Go/s. Comme souvent, avec les contrôleurs SandForce, il s’agit a priori de performances sur des données très compressibles, ce qui accélère les débits. Actuellement, en PCI-Express, les SSD utilisés dans certains portables Apple (à base de contrôleurs et de mémoire Samsung) atteignent 1,2 Go/s en écriture.

Physiquement, les puces SF3719 et SF3729 visent surtout les PC portables et les SSD devraient utiliser un format M.2, soit en SATA soit en PCI-Express. On devrait retrouver le SF3739 dans des SSD M.2 (en PCI-Express ou en SATA) mais aussi en 2,5 pouces, bien évidemment uniquement en SATA. La version professionnelle (SF3759) ne se retrouverait que dans des cartes PCI-Express.

Nous vous rappelons que nous avons publié récemment un comparatif de SSD et que les modèles à base de SandForce SF21xx se placent généralement très bien dans nos tests.