Accueil » Actualité » Steam assouplit sa politique de remboursement

Steam assouplit sa politique de remboursement

Image 1 : Steam assouplit sa politique de remboursement
Valve octroie désormais le droit aux utilisateurs de sa plateforme Steam de se faire rembourser leur achat. Ce n’est pas nouveau, puisque la firme avait déjà annoncé en mars dernier cette possibilité suite aux pressions émanant de la part de l’Union européenne.
Cependant, la société de Gabe Newell semblait gagner du temps en proposant des conditions de remboursement on ne peut plus restrictives.

Ainsi le droit de rétractation ne s’appliquait plus une fois le jeu acheté et présent dans votre bibliothèque. Désormais, l’éditeur lâche un peu de lest et permet aux joueurs la restitution du prix de leur achat sous deux conditions. Il sera donc toujours question d’un délai de maximum 14 jours après achat. S’il est dorénavant possible de se faire recréditer ses espèces sonnantes et trébuchantes après avoir installé et joué, il ne faudra cependant pas s’y être adonné plus de deux heures.

Une clause bien évidemment implémentée afin d’éviter de profiter des titres du catalogue de la plateforme gratuitement. Les DLC sont également éligibles à ce droit de remboursement, mais pas tous. Sont exclus les contenus téléchargeables modifiant le gameplay d’un jeu, par exemple ceux octroyant la possibilité d’augmentation de niveau de votre avatar.

Sont également soumis à remboursement les achats en jeu seulement si le contenu n’est pas offert (Steam gift) ou modifié. Sans surprise, ces modalités ne s’appliquent qu’aux achats effectués directement sur la plateforme Steam. Toutefois, si vous êtes sujet à un bannissement VAC sur un titre, il ne sera pas possible pour vous de récupérer vos deniers.

Grogne des studios indépendants

Si cette décision peut apparaitre comme un pas dans la bonne direction pour le consommateur, les studios indépendants ne pensent pas la même chose. Comme le soulignent nos confrères de Next INpact , ces derniers pensent que cette limite des deux heures d’essai n’est pas une bonne solution. Leur principal argument est que cette condition se base avant tout sur la durée de vie des jeux estampillés AAA.

Les petites productions à la durée de vie très courte se retrouveraient donc sanctionnées. Les joueurs pouvant désormais tirer profit de ce système en terminant le jeu rapidement puis en se le faisant directement rembourser. Valve affirme cependant qu’ils resteront vigilants et que ses équipes pourront être amenées à refuser des remboursements en cas de comportement abusif. La société explique qu’il est également possible de se faire rembourser un jeu acquis juste avant les soldes plus chers que son prix soldé.