Accueil » Actualité » Steam bride désormais les utilisateurs gratuits

Steam bride désormais les utilisateurs gratuits

Image 1 : Steam bride désormais les utilisateurs gratuits

C’est pour tenter de juguler la recrudescence du nombre de spams et tentatives de phishing que Valve a décidé de mettre en place des restrictions pour les utilisateurs gratuits de Steam. La plateforme de Gabe Newell va en effet serrer la vis à ces personnes en leur coupant l’accès à certains services.

Petit rappel tout d’abord, un utilisateur gratuit de Steam est une personne qui n’a pratiquement fait aucun achat sur la plateforme puisqu’il suffit de dépenser 5 euros ou bien créditer son porte-monnaie virtuel de la même somme pour être considéré comme un utilisateur payant. Alors autant vous dire que cette limitation ne concernera pas les joueurs un minimum actifs sur le service. Des limitations s’appliquent toutefois, car entrer une clé achetée sur un autre site ou alors entrer le code issu d’un jeu boîte ne suffit pas à qualifier le compte.

Si toutefois vous entrez dans le groupe des « gratuits », il ne sera plus possible de :

  • Envoyer des invitations
  • Ouvrir un chat de groupe
  • Voter sur Greenlight, sur les Evaluations et les objets du Workshop
  • Participer au Marché de la Communauté
  • Poster fréquemment dans les discussions
  • Augmenter son Niveau de Profil
  • Soumettre du contenu pour le Workshop
  • Accéder à l’API de Steam
  • Utiliser le navigateur web ainsi que le chat mobile

En clair, ces comptes « dormants » dont la proportion nous est inconnue représentent une source de danger pour les propriétaires face à la recrudescence d’actes frauduleux, mais est également un mauvais signe pour Valve qui souffre d’une publicité négative. Reste que cette bride qui s’applique aux personnes qui n’ont pas (ou presque pas) de contenu dans leur bibliothèque est vraiment légère, puisque les conditions d’activation pour passer le compte en payant sont minimes, pour ne pas dire quasi-immédiates à l’achat d’un jeu. A moins de ne jurer que par le free-to-play