Accueil » Comparatif » Stockage en ligne : lequel choisir ?

Stockage en ligne : lequel choisir ?

1 : C'est quoi un bon stockage dans le Cloud ? 2 : Dropbox 4 : Amazon Cloud Drive 5 : Apple iCloud 6 : Microsoft OneDrive 7 : MEGA 8 : Tresorit 9 : DrivinCloud 10 : Tableau récapitulatif

Google Drive

Image 2 : Stockage en ligne : lequel choisir ?

Google Drive

Pour l'écosystème Google

voir€ > Google Drive
Verdict :

Google Drive est un concurrent très sérieux : ses fonctions sont étendues surtout si on utilise déjà les autres services Google (les vidéos sont réencodées pour s’adapter à tous les terminaux, les documents sont éditables via les Google Apps, on visualise toutes les photos de Google Photos). Même pris à part, Google Drive est attirant, surtout maintenant qu’il va se doter d’une fonction de sauvegarde. Avec 1 To pour moins de 120 euros par an, Google Drive est tout à fait adapté à la sauvegarde des documents essentiels d’un PC.

Lire le test
Capacité gratuite (Go) 15
Taille limite des fichiers en Go 5 000
Streaming audio et vidéo
Historique oui
Client Windows, Mac, Android, iOS
Fonction de synchronisation oui
Fonction de sauvegarde non
Protocole d'accès standard non
Transferts chiffrés oui
Stockage chiffré oui
Clé de chiffrement personnel non
Nationalité hébergeur US

Synchronisation

Image 3 : Stockage en ligne : lequel choisir ?Il y a quelques années, pouvoir enregistrer n’importe quel document sur le généreux espace de stockage offert par Google restait du domaine du rêve, ou du hack, pour les plus aventureux (l’utilitaire GMail Drive par exemple, stockait les fichiers en tant que pièces jointes d’emails fictifs). Puis début 2012, Google a exaucé les prières de ses nombreux adeptes et a sorti son propre service Google Drive. Enfin, la société a progressivement unifié ses services si bien qu’aujourd’hui, l’espace de stockage d’un utilisateur Google est utilisé aussi bien pour ses mails que pour Google Photos ou ses autres documents.

Google Drive est donc un espace de stockage utilisable avec ou sans client. Le client éponyme est conçu à l’image de celui de Dropbox : il sert à synchroniser entre un PC et le Cloud un dossier dédié et uniquement ce dossier. On peut toutefois, comme avec Dropbox, spécifier quels sous dossiers du dossier Google Drive doivent être synchronisés avec tel ou tel ordinateur.

Google Drive existe pour Windows, Mac OS, iOS et bien sûr Android. Ces applications donnent un accès complet à son espace de stockage, permettent d’y ajouter des fichiers (dont les photos prises et vidéos prises, de manière automatique si on en fait le choix) ou d’en consulter (même des vidéos en streaming).

L’application Mac et PC partage le même défaut que Dropbox et bon nombre de ses concurrents : elle ne synchronise qu’un seul dossier spécifique (baptisé automatique Google Drive). Il est toujours possible de limiter la synchronisation à certains sous dossiers, mais il n’est pas possible de choisir plusieurs dossiers locaux, hors du dossier Google Drive. Il est possible de tenter de contourner cette barrière via des liens symboliques, mais le support n’est absolument pas assuré par Google et se fait donc aux risques et périls de l’utilisateur.

Sauvegarde

Jusqu’à aujourd’hui, Google Drive n’est pas conçu pour la sauvegarde : l’application Mac/PC ne sait pas sauvegarder le contenu de plusieurs dossiers à intervalles réguliers. On peut toutefois toujours créer un dossier sur Google Drive dans lequel on placera des copies de documents précieux. On peut choisir de ne pas synchroniser ce dossier en local, afin d’éviter des suppressions malencontreuses. Google conserve les fichiers supprimés pendant 30 jours ; un filet de secours qui peut s’avérer utile. 

Ceci dit, Google a annoncé que la prochaine version de l’application Drive se dotera d’une fonction de sauvegarde ! Elle s’appellera Backup and Sync et sortira le 28 juin. On n’en sait encore très peu sur son fonctionnement, mais une capture d’écran laisse comprendre qu’on pourra choisir certains dossiers à sauvegarder sur le Cloud.

Image 4 : Stockage en ligne : lequel choisir ?

Autres fonctions

Google Drive n’est pas montable comme un disque réseau, n’est pas accessible via FTP ou un autre protocole ouvert. Google accepte les fichiers de tout type, mais impose des limites de taille pour certains. Les documents pouvant être édités via les Google Apps sont l’objet de restrictions spécifiques très précises : par exemple, les fichiers textes ne peuvent excéder le million de caractères, les feuilles de calculs doivent avoir moins de 400 000 cellules et moins de 256 colonnes, les présentations sont limitées à 100 Mo. Les autres fichiers  – indépendants des Google Apps – peuvent monter jusqu’à 5 To.

Mais plus que ces détails techniques, la force de Google Drive, c’est la foule d’applications Google qui sont « branchées » dessus. Ainsi, on peut enregistrer les pièces jointes de ses mails dans son Drive ou lier un fichier du Drive dans un mail. On profite aussi grâce à son unique compte Google d’une suite bureautique complète et de qualité, d’un calendrier, d’un gestionnaire de contacts, etc. Google Photos aspire automatiquement les clichés pris par un smartphone Android et offre des outils de retouches intéressants. Les vidéos stockées sur Drive peuvent être visionnées via un lecteur identique à celui de YouTube. Le partage de fichiers est instantané, etc., etc., etc.

Sécurité

L’avantage de confier ses données à un géant du web tel que Google est qu’on est assuré de la qualité de l’infrastructure technique. Google possède une expertise dans ce domaine que peu d’autres entreprises peuvent égaler ; la disponibilité et la rapidité des serveurs sont exemplaires.

Sur le critère de la confidentialité, en revanche, Google Drive prête le flan à la critique, même si le service a fait des progrès. Aujourd’hui, les données de l’utilisateur sont chiffrées pendant leur transport et lorsqu’elles sont stockées sur les serveurs. Une authentification à deux facteurs est possible.

Toutefois Google Drive n’offre pas la possibilité de chiffrer localement via une clé privée et choisie par l’utilisateur. Google est donc totalement en mesure de déchiffrer les données sans action de l’utilisateur (et ne s’en prive pas pour fournir son service). Étant de nationalité américaine et utilisant des serveurs au moins en partie sur sol américain, Google se doit de satisfaire les demandes d’accès des autorités américainest.

Prix

Google a eu une politique tarifaire très variable ces dernières années, tour à tour extrêmement abordable puis assez onéreux. À l’heure où nous écrivons ses lignes, Google Drive fait partie des Cloud les moins coûteux. D’emblée, un compte gratuit donne droit à 15 Go. Soulignons toutefois qu’ils sont utilisés pour tous les services Google (Mail, Photos, Drive). Un très gros utilisateur de GMail partira donc avec un handicap. Pour les photographes, le verdict est très variable : si on accepte de ne charger sur Drive que des photos recompressées par Google, celles-ci ne comptent pas dans l’espace utilisé. Mais des photos en « qualité originale » sont décomptées du quota.

Heureusement, il suffit de 1,99 euros par mois (23,88 euros par an) pour augmenter son espace de 100 Go (soit 115 Go au total). Une somme tellement dérisoire qu’on aurait du mal à ne pas la justifier. Mieux, on peut s’offrir 1 To de stockage pour 9,99 euros par mois, 2 To pour 19,99 euros ou carrément 10 To pour 99,99 euros par mois. Des capacités supérieures sont disponibles, mais leur attrait est moins évident.

Sommaire :

  1. C'est quoi un bon stockage dans le Cloud ?
  2. Dropbox
  3. Google Drive
  4. Amazon Cloud Drive
  5. Apple iCloud
  6. Microsoft OneDrive
  7. MEGA
  8. Tresorit
  9. DrivinCloud
  10. Tableau récapitulatif