Accueil » Actualité » Supercalculateur Cambridge-1 : NVIDIA revoit ses investissements à la hausse

Supercalculateur Cambridge-1 : NVIDIA revoit ses investissements à la hausse

L’enveloppe, fixée à 51,7 millions de dollars en octobre, s’élève désormais à plus de 100 millions de dollars.

En octobre 2020, NVIDIA avait annoncé la construction du supercalculateur le plus puissant du Royaume-Uni, baptisé « Cambridge-1 ». Pour ce système, l’entreprise prévoyait initialement d’investir environ 40 millions de livres sterling (51,7 millions de dollars à l’époque). Finalement, NVIDIA a revu son budget à la hausse. La société prévoit désormais un investissement avoisinant les 100 millions de dollars.

Image 1 : Supercalculateur Cambridge-1 : NVIDIA revoit ses investissements à la hausse

C’est ce qu’a indiqué Jensen Huang, lors du Six Five Summit. Reuters rapporte les propos du PDG de l’entreprise, lequel a déclaré que NVIDIA dépenserait « 100 millions de dollars, juste pour commencer » pour le superordinateur Cambridge-1. « Je veux dire, c’est un gros investissement. C’est le superordinateur le plus puissant du Royaume-Uni, et les chercheurs sont très enthousiastes à son sujet ».

Comme écrit sur une page consacrée au projet, Cambridge-1 s’appuiera sur 80 systèmes NVIDIA DGXA100. Ces derniers seront interconnectés par la technologie de mise en réseau NVIDIA Mellanox InfiniBand. Ce supercalculateur délivrera ainsi près de 400 pétaflops de performances d’IA et 8 pétaflops de performances LINPACK ; cela le positionnera à la 29e place du TOP500 des supercalculateurs les plus puissants du monde. Alimenté par des énergies entièrement renouvelables, il devrait surtout figurer parmi les 5 supercalculateurs les moins énergivores de la liste Green500.

Perlmutter : un supercalculateur armé de 6159 GPU NVIDIA A100 et 1536 processeurs EPYC 7763

Cambridge, ville où se situe le siège social d’ARM

Déjà en octobre, Jensen Huang déclarait : « Le supercalculateur Cambridge-1 sera un centre d’innovation pour le Royaume-Uni et permettra de poursuivre le travail révolutionnaire des chercheurs du pays dans le domaine de la santé et de la découverte de médicaments « . Parmi les premières entreprises à exploiter Cambridge-1, figurent GSK et AstraZeneca.

Selon certains observateurs, la rallonge de NVIDIA de quelques dizaines de millions de dollars n’est pas innocente. En effet, dans le contexte de l’offre de rachat d’ARM, elle permettrait à la firme de faire bonne figure auprès des autorités britanniques. D’ailleurs, Cambridge-1 se situe logiquement à Cambridge, ville qui abrite aussi le siège social d’ARM.

Source : Reuters