Accueil » Actualité » Surcharge technologique chez les cadres seniors

Surcharge technologique chez les cadres seniors

Une étude réçente réalisée par TouchPaper met à jour un fait très intéressant qui pourraient contredire les partisans du tout technologique au sein des entreprises : les cadres seniors ne seraient pas plus efficaces quand ils sont équipés de PDA et autres ustensiles sans fils. Pire, leur productivité tendrait à diminuer du fait de leur incapacité à se servir de ces outils et des conséquences que cela entraine sur les services internes de maintenance.

Difficultés de connexion

Les fabricants et distributeurs de ces produits lorgnent sur les entreprises, arguant le fait que le travail ‘’nomade’’ permet des gains de temps et d’argents considérables. Mais dans la réalité, pour cette partie de la population professionnelle, cette logique n’est qu’un argument de vente, pas une réalité effective. Les taches les plus simples, comme la connexion d’un appareil portable au réseau dans des hotels, des centres de conférence ou encore des aéroports s’avère être un défi constant pour ces cadres seniors, souvent performants par ailleurs, mais incapables d’utiliser correctement ces équipements.

’Il est facile pour les organisations d’être épaté par l’avancée rapide des technologies mobiles disponibles aujourd’hui. Mais il faut alors penser à la formation et aux problèmes de maintenance si l’on veut tirer le meilleur de ces développements’’ évoque dans l’analyse Marina Stedman, le directeur marketing de TouchPaper.

Plus de travail de maintenance et de formation

Et ce sont les équipes techniques en interne des entreprises qui souffrent le plus de cette situation, puisque le plus souvent elles doivent à la fois former ces cadres, et réparer leurs erreurs. Cette situation est avérée au point que selon l’étude, les deux tiers des directeurs informatiques interrogés estiment que le fait d’équiper les cadres seniors de leurs entreprises d’équipements nomades crée une surcharge de travail en terme de support technique pour leurs unités. Soixante dix pour cent d’entre eux considèrent que le déploiement des ces matériels sont ‘’un défi majeur’’.