Accueil » Test » Synology DS415+ : le NAS grande capacité efficace » Page 13

Synology DS415+ : le NAS grande capacité efficace

1 : Introduction 2 : Caractéristiques techniques 3 : Fonctionnalités logicielles 4 : Prix, garantie et accessoires 5 : Interface logicielle 6 : Tour du propriétaire 7 : Performances séquentielles 8 : Performances aléatoires 9 : Performances SMB/CIFS 10 : Performances iSCSI 11 : Performances multi-clients 12 : Performances serveur

Conclusion

Synology a beau commercialiser de nombreux NAS depuis plusieurs années, nous n’avons pas toujours été impressionnés par tous leurs produits. Le DS415+ change-t-il la donne à nos yeux ? La réponse est nuancée.

Image 1 : Synology DS415+ : le NAS grande capacité efficace

Le temps semble n’avoir aucune emprise sur certaines conceptions matérielles, alors que d’autres doivent vraiment être mises de côté. Le DS415+ a quelque chose de l’Antec PlusView : extrêmement populaire à la fin des années 90, on le trouvait encore dans le commerce 10 ans plus tard. Le NAS de Synology s’appuie sur une conception qui a fait ses preuves, mais les produits concurrents sont plus compacts et n’emploient qu’un seul grand ventilateur au lieu de deux petits. Par ailleurs, on aurait vraiment apprécié avoir un port USB 3.0 en façade ainsi qu’un bouton permettant d’effectuer une sauvegarde des données sur un périphérique de stockage externe.

Exception faite de ce bouton, les bémols du DS415+ n’auront pas de réelle importance pour tous ceux qui souhaitent augmenter leur capacité de stockage en Intranet ou accéder à un large volume de données via Internet, c’est-à-dire la plupart d’entre nous. La présence d’un port HDMI, du son 7.1 ou encore de gadgets à portée domotique peuvent sembler séduisants mais en pratique, ils s’avèrent peu pratiques et finissent par être ignorés y compris dans un environnement de travail.

Parvenue à sa version 5.2., l’interface utilisateur de Synology commence à rivaliser avec celles des marques taïwanaises concurrentes pour ce qui est des nouvelles fonctionnalités logicielles. Docker, technologie de virtualisation qui a le vent en poupe, a par exemple été mis en avant par Synology et QNAP à peu près en même temps tandis que les autres marques tentent de rattraper leur retard. Synology a par ailleurs proposé assez tôt le cache SSD, signe que DiskStation Manager accueille de nouvelles fonctionnalités bien plus vite qu’auparavant.

Le DS415+ n’est livré qu’avec 2 Go de mémoire système, ce qui semple juste mais le moteur de compression permet à DiskStation Manager de rester réactif. Toutefois, la compression ne peut pas faire de miracles : ce NAS n’a pas vocation à faire tourner une multitude de programmes en parallèle.

Synology s’est ici concentré sur le stockage avant tout et le fait est que le DS415+ est très bon dans ce domaine. Nos benchmarks illustrent ce constat : nous n’avons pas décelé la moindre faiblesse au niveau des optimisations mises en place par la marque. A vrai dire, le DS415+ a suffisamment été peaufiné pour concurrencer l’Asustor AS7004T, lequel coûte deux fois plus cher au bas mot.

On aime : Pensé pour le stockage avant tout, le SD415+ est un très bon produit dans ce domaine. Très facile à configurer pour quelqu’un qui débuterait avec les NAS, le SD415+ propose suffisamment de fonctionnalités pour surprendre les autres.

On n’aime pas : A défaut de proposer autant d’extras que la concurrence, nous aurions souhaité une politique tarifaire plus agressive.

Conclusion : Le DS415+ propose de très bonnes performances en stockage tout en étant en retard sur les dernières fonctionnalités proposées par les produits concurrents. Synology sait pourtant proposer ces extras sur d’autres modèles, mais ici, il est question de stockage avant tout.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Caractéristiques techniques
  3. Fonctionnalités logicielles
  4. Prix, garantie et accessoires
  5. Interface logicielle
  6. Tour du propriétaire
  7. Performances séquentielles
  8. Performances aléatoires
  9. Performances SMB/CIFS
  10. Performances iSCSI
  11. Performances multi-clients
  12. Performances serveur
  13. Conclusion