Accueil » Test » Synology DS415+ : le NAS grande capacité efficace » Page 5

Synology DS415+ : le NAS grande capacité efficace

1 : Introduction 2 : Caractéristiques techniques 3 : Fonctionnalités logicielles 4 : Prix, garantie et accessoires 6 : Tour du propriétaire 7 : Performances séquentielles 8 : Performances aléatoires 9 : Performances SMB/CIFS 10 : Performances iSCSI 11 : Performances multi-clients 12 : Performances serveur 13 : Conclusion

Interface logicielle

Image 1 : Synology DS415+ : le NAS grande capacité efficace

La configuration d’un NAS Synology est particulièrement simple ; les six images ci-dessous montrent à quel point il est facile de paramétrer le NAS pour une première utilisation.

Il suffit de sept écrans pour commencer à utiliser le DS415+ : pas la peine de donner les soixante premières décimales de Pi ou encore un échantillon ADN pour cela. Si la plupart des NAS sont faciles à installer et configurer, Synology nous semble proposer le processus le plus rapide, lequel gère un maximum de détails sans nécessiter une interaction excessive avec l’utilisateur.

Image 2 : Synology DS415+ : le NAS grande capacité efficace

DiskStation Manager 5.2 propose une expérience digne d’un desktop avec une vraie interface utilisateur ainsi qu’une rubrique d’assistance permettant d’être guidé dans l’utilisation de toute fonction avancée.

Image 3 : Synology DS415+ : le NAS grande capacité efficace

Le raccourci dans le coin supérieur gauche renvoie vers le control-center, lequel regroupe les réglages pour la configuration avancée ainsi que d’autres fonctionnalités fréquemment utilisées.

Image 4 : Synology DS415+ : le NAS grande capacité efficace

Un panneau de commandes simplifié permet de configurer groupes d’utilisateurs, utilisateurs, dossiers partagés ainsi que d’autres paramètres essentiels.

Dès lors qu’une mise à jour est disponible, DiskStation Manager peut prévenir l’administrateur système, de même que les utilisateurs peuvent télécharger automatiquement la mise à jour puis l’installer en quelques clics.

Les NAS de Synology démarrent avec une adresse IP déterminée par le routeur via DHCP. La majorité d’entre nous assignera une adresse IP dédiée au NAS, opération rendue facile par le logiciel. D’autres paramètres, comme le DNS et la passerelle, se configurent dans la même zone dans un souci de commodité.

Il existe par ailleurs des paramètres permettant d’indexer les fichiers média à fins de diffusion DLNA, mais ils augmentent les activités de balayage en arrière-plan.

Les autorisations peuvent être accordées par fonctionnalité ou par dossier. L’OS active par défaut la compression mémoire, fonctionnalité sensée améliorer la réactivité du système. A l’usage, le système d’exploitation semble effectivement réactif au travers des menus et pages, ce qui nous pousse à croire à l’affirmation de la marque d’autant plus que le DS415+ fonctionne avec 2 Go de mémoire système.

Après avoir défini les dossiers partagés, les utilisateurs peuvent accéder au système depuis Windows, Linux ou d’autres NAS afin de transférer des données.

Les options relatives au stockage s’enrichissent dès lors qu’une grappe est installée. Synology a incorporé les volumes ainsi que les pools pour les données. Les pools permettent aux disques durs de se situer sous les volumes, tout en sachant que les disques peuvent faire tourner plus d’un volume lorsque l’on opte pour le stockage par pool. Par ailleurs, un disque peut accueillir une partie d’un RAID 0 tout en faisant partie d’une grappe RAID 5.

Le cache SSD est maintenant souvent proposé sur bon nombres de produits Synology. Un assistant permet de guider l’utilisateur tout en offrant de précieux conseils sur tel ou tel réglage.

Il fut un temps où les logiciels de Synology étaient en retard par rapport à la concurrence, mais la marque taïwanaise a rattrapé son retard depuis. A présent, on trouve suffisamment d’options pour faire basculer un NAS du stockage pur et simple vers le serveur applicatif.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Caractéristiques techniques
  3. Fonctionnalités logicielles
  4. Prix, garantie et accessoires
  5. Interface logicielle
  6. Tour du propriétaire
  7. Performances séquentielles
  8. Performances aléatoires
  9. Performances SMB/CIFS
  10. Performances iSCSI
  11. Performances multi-clients
  12. Performances serveur
  13. Conclusion