Accueil » Test » Test : Alienware m17, une RTX 2080 en liberté, un Core i9 qui étouffe

Test : Alienware m17, une RTX 2080 en liberté, un Core i9 qui étouffe

1 : Design et détail de la config 2 : L'extérieur 3 : L'intérieur 4 : Performances graphiques 5 : Performances CPU, stockage et PCMark 6 : Températures 7 : Nuisances sonores, autonomie

Conclusion

Image 2 : Test : Alienware m17, une RTX 2080 en liberté, un Core i9 qui étouffe
5/10

Alienware m17 (Core i9-8950HK + RTX 2080)

3833.60€ > Dell
On aime
  • Performances en jeu
  • Qualité de l'écran 4K IPS
  • Possibilité d'ajouter un deuxième SSD
  • Design compact
On n’aime pas
  • Core i9 trop à l'étroit dans ce chassis
  • Températures
  • Clavier 2KRO pour un modèle gaming
  • Clavier chaud en jeu !
  • Faible autonomie, même sur l'iGP
  • Throttling CPU
Verdict :

S’il est alléchant sur le papier, cet Alienware m17 surprend un peu quand on se penche sur ses performances : si elles sont très bonnes à première vue, son processeur surpuissant est hélas trop limité par ce châssis et ne peut réellement montrer ce dont il est capable. Du coup, la machine accuse de vraies contre-performances dans les jeux dépendants du CPU comme Far Cry 5 ou The Division. On lui préférera clairement la version dotée d’un Core i7-8750H ! La qualité de l’écran 4K compense un peu notre impression générale (mais sans G-Sync), et la RTX 2080 Max-Q sera même suffisamment performante pour faire tourner certains jeux dans cette définition. Au final, pour ce prix très élevé, cette machine accuse bien trop de faiblesses, surtout pour les joueurs, pour que nous puissions la conseiller. Elle nous apprend au moins une chose : il faut être plus raisonnable sur la configuration, et en tirer le maximum, plutôt que viser trop loin dans des composants surpuissants qui seront finalement bridés.

plus

Sommaire :

  1. Design et détail de la config
  2. L'extérieur
  3. L'intérieur
  4. Performances graphiques
  5. Performances CPU, stockage et PCMark
  6. Températures
  7. Nuisances sonores, autonomie
  8. Conclusion