Accueil » Test » Test : Alphacool Eiswolf GPX-Pro, watercooling d’élite pour GTX 1080 et 1070

Test : Alphacool Eiswolf GPX-Pro, watercooling d’élite pour GTX 1080 et 1070

1 : Présentation, accessoires et brevets 3 : Températures et analyse infrarouge 4 : Nuisances sonores et conclusion

Montage et protocole de test


Design minutieux

Alphacool fournit une notice de montage dépliable qui explique à l’aide de textes et de graphiques comment faire pas à pas. Le problème, c’est que si cette notice est valable pour tous les modèles GPX-Pro, il se cache une petite erreur que nous expliquons plus loin.

Image 1 : Test : Alphacool Eiswolf GPX-Pro, watercooling d'élite pour GTX 1080 et 1070

Le bloc de refroidissement n’est pas fait d’une seule pièce, mais de deux : la pompe est vissée au reste du cadre, ce qui permet de changer uniquement la plaque de refroidissement lors d’un changement de carte graphique, et pas l’ensemble du système. La plaque de refroidissement en aluminium pressé épouse les protubérances et renfoncements de la surface du PCB, ce qui permet à la plaque d’être très proche des composants à refroidir, pour s’adapter à des pads thermiques très fins.

Image 2 : Test : Alphacool Eiswolf GPX-Pro, watercooling d'élite pour GTX 1080 et 1070

Pads thermiques à discipliner

Ces pads n’ont en effet qu’une épaisseur de 0,5 mm. Ils adhèrent très mal, glissent de leur place très facilement, et vous devrez vous y reprendre à plusieurs fois pour obtenir un résultat adéquat. La pâte thermique assez liquide vient de chez Gelid et n’est pas seulement réservée au GPU, comme nous l’avions d’abord cru en faisant un gros pâté sur ce dernier.

On peut en effet appliquer une très fine couche de pâte thermique sur les pads thermiques puis « coller » ceux-ci directement sur les composants à refroidir. Ça tient plutôt bien et n’affecte pas le refroidissement. On peut aussi coller les pads directement sur la plaque de refroidissement aux emplacements prévus.

Image 3 : Test : Alphacool Eiswolf GPX-Pro, watercooling d'élite pour GTX 1080 et 1070

Montage facile, mais mal expliqué

Ensuite, il faut retourner la carte graphique et la poser avec délicatesse sur la plaque de refroidissement, de sorte que les trous réservés au vissage soient face à face. Contrairement à ce que préconise le manuel, il faut visser tout de suite les quatre vis courtes, puisque celles-ci ne sont ensuite plus accessibles. On visse donc, et fermement !

Attention cependant ! Comme l’espace entre la plaque de refroidissement et le GPU est très réduit, il faut veiller à répartir la pression exercée sur l’ensemble de la carte, afin que la pâte thermique soit uniformément répartie. Il faut donc visser légèrement une vis, puis passer à la suivante, et ainsi de suite. À notre avis, il aurait été plus logique de fixer la plaque au niveau du socket GPU, quitte à ménager quatre trous sur la plaque arrière pour resserrer les vis plus tard. Nous avons fait part de nos remarques au constructeur.

On peut maintenant appliquer les pads thermiques épais sur la face arrière de la platine aux endroits stratégiques, comme indiqué dans le guide de montage. Ici aussi, on ne peut que conseiller de les coller afin d’éviter qu’ils ne glissent lors du montage ou lors d’un démontage futur.

Image 4 : Test : Alphacool Eiswolf GPX-Pro, watercooling d'élite pour GTX 1080 et 1070

Refroidissement arrière

Alphacool ne refroidit pas seulement les convertisseurs de tension (MOSFET), mais aussi les drivers et la puce de monitoring du courant, ainsi que d’autres composants électroniques mineurs, ce qui n’a pas grand intérêt, vu qu’ils ne chauffent que très peu.

En découpant les pads réservés aux composants qui chauffent peu de manière un peu chiche, on peut se garder un rectangle assez grand pour recouvrir le contrôleur PWM, qui, lui, chauffe vraiment, mais a été malheureusement oublié dans la notice d’Alphacool. Pour éviter les courts-circuits, on conseille cependant de placer un pad sur tous les emplacements prescrits dans la notice.

Image 5 : Test : Alphacool Eiswolf GPX-Pro, watercooling d'élite pour GTX 1080 et 1070

Sur la face arrière du GPU, sous laquelle se logent deux condensateurs assez épais,  il faut appliquer un pad plus fin. Comme le montre la photo ci-dessous, au démontage de la plaque arrière, le pad est complètement déchiré, ce qui témoigne de la forte pression exercée à cet endroit lorsqu’on visse la plaque sur le socket GPU.

Image 6 : Test : Alphacool Eiswolf GPX-Pro, watercooling d'élite pour GTX 1080 et 1070

Image 7 : Test : Alphacool Eiswolf GPX-Pro, watercooling d'élite pour GTX 1080 et 1070

À ceux que cela préoccupe ou qui souhaitent tout simplement une solution plus élégante, nous conseillons la solution ci-dessous que nous avons proposée à Gigabyte et qui équipe maintenant ses GeForce GTX 1060.

On prend donc un pad d’épaisseur similaire, mais plus large que l’original, dans la mesure où le point chaud du GPU est bien plus large que le pad original, et à l’aide de ciseaux ou d’un cutter, on ménage deux ouvertures pour les condensateurs. Au niveau industriel, une machine effectue cette tâche en un instant ; quant à nous, il nous faut faire avec les moyens du bord.

Ensuite il faut visser la plaque arrière. On commence par les quatre vis autour du GPU, toujours pour répartir de manière uniforme la pâte thermique. Ensuite on passe aux vis au-dessus des convertisseurs de tension, puis les autres vis.

Vissage terminé ! Nous conseillons cependant de vérifier que tout est bien en place après quelques heures d’utilisation.

Image 8 : Test : Alphacool Eiswolf GPX-Pro, watercooling d'élite pour GTX 1080 et 1070Image 9 : Test : Alphacool Eiswolf GPX-Pro, watercooling d'élite pour GTX 1080 et 1070

Comme Alphacool offre un système prérempli avec embouts à montage rapide, pas besoin de remplir soi-même les tuyaux et le radiateur, on peut tout de suite monter les composants ensemble. Une très bonne chose pour les novices en la matière.

Image 10 : Test : Alphacool Eiswolf GPX-Pro, watercooling d'élite pour GTX 1080 et 1070

Qui veut s’essayer au watercooling devrait donc commencer par une version Eiswolf avec radiateur prérempli, disponible en différentes tailles. Il faut mieux éviter le bricolage lorsque l’on débute, cela vient ensuite tout seul. 

Image 12 : Test : Alphacool Eiswolf GPX-Pro, watercooling d'élite pour GTX 1080 et 1070

Alphacool Eiswolf 120 GPX Pro

151€ > AquaTuning

Sommaire :

  1. Présentation, accessoires et brevets
  2. Montage et protocole de test

  3. Températures et analyse infrarouge
  4. Nuisances sonores et conclusion