Accueil » Test » Test : AMD Threadripper 1900X, mieux qu’un Ryzen 7 1800X ?

Test : AMD Threadripper 1900X, mieux qu’un Ryzen 7 1800X ?

1 : Introduction, caractéristiques 2 : Organisation du CPU : Infinity Fabric 3 : Latences et overclocking 4 : VRMark et 3DMark 5 : AotS: Escalation et Civilization VI 6 : Battlefield 1 et Dawn of War III 7 : Grand Theft Auto V et Hitman 8 : Shadow of Mordor et Project CARS 9 : Far Cry Primal et Rise of the Tomb Raider 11 : Rendu, transcodage, compression & AVX 12 : Perfs moyennes et conclusion

Bureautique et productivité

Nous avons utilisé le mode « creator » du Threadripper 1900X pour les tests applicatifs, ce dernier permettant au processeur d’utiliser l’intégralité de ses 8C/16T. Toutefois, certains programmes peu threadés peuvent bénéficier des modes NUMA/UMA et Legacy.

Adobe Creative Cloud

La majeure partie de la suite de test Adobe Creactive Cloud met en avant les processeurs d’Intel parce qu’elle privilégie la performance par coeur. Si le Threadripper 1900X se montre compétitif et profite de l’overclocking, le potentiel légèrement supérieur du 1920X en la matière lui permet de finir mieux placé sur la plupart des tests.

After Effects répond bien à l’augmentation du nombre de cœurs, d’où un rapport de force plus équilibré. Notons que le Ryzen 7 1800X se comporte moins bien que d’habitude ici, largement distancé par un 1900X proposant le même nombre de coeurs et threads. L’explication vient de la mémoire : After Effects tire parti de la configuration quad channel de Threadripper. Nous avons répété le test en n’installant que deux barrettes sur notre configuration Threadripper pour constater que l’écart se limitait alors à ~6 secondes, mettant ainsi 1900X et Ryzen 7 1800X à quasi égalité. Cette tendance se retrouve également sur les benchmarks Photoshop (Heavy) et InDesign.

Navigateurs Internet

Les tests des navigateurs Internet dépendent essentiellement de la performance par coeur : fréquence et débit en instructions par cycle sont donc primordiaux. Ces tests assez peu threadés illustrent également le seul inconvénient engendré par l’overclocking du 1900X.

En effet, la fréquence maximale stable atteinte (4 GHz) est identique à celle atteinte en Precision Boost sur quatre cores : l’overclocking n’a donc d’intérêt qu’à partir du moment où les tâches sollicitent plus de quatre coeurs. Toutefois, le 1900X est capable d’atteindre à l’origine 4,2 GHz sur quatre coeurs grâce à l’XFR, pourvu que le refroidissement le permette. Le processeur entre et sort de divers profils de consommation (P-States) afin d’atteindre ces fréquences, sachant par ailleurs que les commandes pour ces profils envoyées par l’OS, en particulier pour les tâches générant des charges par à-coups, peuvent atténuer les gains de performances. Autrement dit, la fréquence XFR boost à 4,2 GHz du 1900X ne se traduit pas forcément par des gains de performances sur ce même processeur overclocké, mais dans le cas de tâches faiblement threadées et soutenues dans le temps, le 1900X overclocké sera dépassé par la fréquence XFR du processeur sans overclocking.

En pratique, le 1900X s’en tire mieux sans overclocking sous Kraken JavaScript et MotionMark, mais les écarts sont assez faibles. Notons que le Ryzen 7 1800X avec overclocking surpasse le 1900X. De leur côté, les processeurs Intel s’appuient sur leurs fréquences et débits en instructions par cycle pour figurer au sommet des classements.

Le chiffrage est un domaine particulièrement important pour sécuriser de nombreux usages comme les transactions en ligne. On note que les Threadripper affichent une avance confortable sur les processeurs Intel en matière de performances en hachage SHA2-256 sur un coeur. Ils sont également compétitifs dans les tests AES-256 sur un coeur, contexte dans lequel le Core i7-7820X tire clairement parti de ses performances AVX2 par rapport au Core i7-8700K.

Les tests AEX-256 multicoeurs offrent des résultats qui dépendent très largement du nombre de coeurs et des fréquences, bien que le 1900X ne voie pas ses performances significativement améliorées par l’overclocking dans le test SHA-256.

Productivité

Nous avons inclus des portions de la suite de test PCMark 10 dans notre protocole. Comme son nom l’indique, le test « application start-up » mesure la vitesse de chargement de plusieurs types de programmes comme éditeurs de texte, GIMP et navigateurs Internet, aussi bien dans un contexte de démarrage à froid qu’en reprise. Le Core i7-7820X domine les Threadripper overclockés de peu, mais lorsque l’on overclocke à son tour le processeur d’Intel, l’écart se creuse de manière importante. Notons par ailleurs que l’overclocking n’apporte quasiment pas de performances supplémentaires au Core i7-8700K.

Le benchmark de visioconférence mesure les performances des programmes mono et multi-utilisateurs utilisant Windows Media Foundation pour la lecture vidéo et l’encodage dans ce domaine. Il simule également la reconnaissance faciale au cours du test afin de représenter le plus fidèlement possible les performances en conditions réelles. Notons que le benchmark s’appuie sur l’accélération matérielle et l’accélération OpenCL, raison pour laquelle on constate un léger gain de performances dans le deuxième cas. Les Threadripper 1900 et 1920X sont en milieu de peloton, tandis que le Ryzen 7 1800X overclocké se comporte mieux en accélération matérielle qu’en OpenCL.

Le benchmark en retouche d’image mesure les performances avec les binaires de Futuremark qui font appel à la librairie ImageMagick. L’accélération OpenCL apporte des gains considérables, de même que les processeurs proposant les fréquences les plus élevées sont généralement ceux qui proposent les meilleures performances.

Le 1900X profite de l’overclocking, mais le Ryzen 1800X fait encore mieux. Remarquons qu’en accélération matérielle, le Threadripper fait parler la force brute de ses 12C/24T. Le 1900X parvient à battre le Core i7-7820X à fréquences d’origine, mais l’overclocking inverse le rapport de forces.

Sommaire :

  1. Introduction, caractéristiques
  2. Organisation du CPU : Infinity Fabric
  3. Latences et overclocking
  4. VRMark et 3DMark
  5. AotS: Escalation et Civilization VI
  6. Battlefield 1 et Dawn of War III
  7. Grand Theft Auto V et Hitman
  8. Shadow of Mordor et Project CARS
  9. Far Cry Primal et Rise of the Tomb Raider
  10. Bureautique et productivité
  11. Rendu, transcodage, compression & AVX
  12. Perfs moyennes et conclusion