Accueil » Test » Test : Asus ROG Spatha, la souris plus avancée du moment

Test : Asus ROG Spatha, la souris plus avancée du moment

1 : Design et démontage 2 : Souris à 2000 Hz : mesures CPU et ports USB 4 : Conclusion

Logiciel et ergonomie en jeu

C’est le plus important : que vaut cette souris en jeu ? Tout d’abord, que ce soit en filaire ou sans fil, aucune réelle différence n’est notable en termes de réactivité, même avec un taux de rafraichissement deux fois plus élevé en filaire. L’avantage du système sans fil de la ROG Spatha, c’est sa base, qui fait office de récepteur, en plus de chargeur. Une fois bien placée, il n’y aucun problème de réception à déplorer, et placer la souris en recharge après l’avoir utilisée est d’une simplicité enfantine grâce à son système d’accroche par aimant. L’autonomie n’est, du coup, pas un problème (comptez une bonne quinzaine d’heures d’utilisation).

Image 1 : Test : Asus ROG Spatha, la souris plus avancée du momentImage 2 : Test : Asus ROG Spatha, la souris plus avancée du moment

Asus ROG Armoury : un logiciel complet

Le logiciel de la ROG Spatha à l’avantage d’être très complet. On y trouve toutes les options possibles, jusqu’au réglage du taux de réponse des boutons. L’éclairage LED est totalement personnalisable, de toutes les manières imaginables. La création de macro est au point, les profils sont très utiles (mais pas assignable à un jeu en particulier). Tout est là pour combler le joueur. Un bon point !

Image 3 : Test : Asus ROG Spatha, la souris plus avancée du moment

Image 4 : Test : Asus ROG Spatha, la souris plus avancée du momentImage 5 : Test : Asus ROG Spatha, la souris plus avancée du moment

Image 6 : Test : Asus ROG Spatha, la souris plus avancée du moment

Excellent capteur, une fois calibré

Le capteur de la Spatha mériterait une petite mise à jour de firmware pour être un peu plus stable. Il nous a fallu le recalibrer plusieurs fois, à bas DPI (800 DPI), pour qu’il accroche sans aucun problème. Reste qu’après, aucun saut impromptu n’était à déplorer en jeu, le capteur est précis en toute situation, dans les FPS ou dans les MMORPG.

Image 7 : Test : Asus ROG Spatha, la souris plus avancée du moment

Et le pouce ? On le met où ?

Les 6 boutons MMORPG placés sur le côté droit de la souris sont indispensables pour certains jeux, mais nous ne comprenons pas ce design très répandu qui consiste à ne pas laisser de place libre au pouce pour le maintien de la souris. Même si les boutons latéraux de la ROG Spatha ne s’activent pas au moindre mouvement, nous défions quiconque de ne pas appuyer par erreur sur l’un d’entre eux avec le pouce lors de sessions de jeu très stressantes. Impossible d’échapper au clic par erreur. Du coup, il nous a fallu désactiver l’un des boutons pour pouvoir poser le pouce dessus sans risque.

Image 8 : Test : Asus ROG Spatha, la souris plus avancée du momentROG Spatha à gauche, Corsair M90 à droite

En comparaison, le design de la souris Corsair M90 est, selon nous, le seul valable : il laisse une large place au pouce, sans aucun problème de clic par erreur. Et la souris propose même trois boutons de plus autour du pouce ! Malheureusement, même Corsair a laissé tomber ce design pour se résigner à adopter celui des autres, sans aucune place pour le pouce, ce qui nous paraît totalement délirant !

Grandes et puissantes mains uniquement

L’autre problème de cette souris, c’est qu’elle s’adresse aux mains les plus grandes pour bien la contrôler. Les petites mains perdront beaucoup en précision, surtout dans les FPS. Et encore, même pour une grande main, il faudra de la puissance sous le coude pour gérer l’inertie de cette souris ROG Spatha, qui est très lourde (178 grammes !). La même souris compressée dans un gabarit plus compact et plus léger, serait parfaite. Même la souris Corsair M90, déjà lourde (146 grammes), paraît légère à côté de la ROG Spatha !

Image 9 : Test : Asus ROG Spatha, la souris plus avancée du moment

Sommaire :

  1. Design et démontage
  2. Souris à 2000 Hz : mesures CPU et ports USB
  3. Logiciel et ergonomie en jeu
  4. Conclusion