Accueil » Test » Test : Coffee Lake Core i7-8700K et 8700, la bombe d’Intel » Page 16

Test : Coffee Lake Core i7-8700K et 8700, la bombe d’Intel

1 : Intro : une « réévolution » ! 2 : Chipset Z370 et circuit graphique 3 : Méthode de test 4 : VRMark et 3DMark 5 : AotS: Escalation et Civilization VI 6 : Battlefield 1 et Dawn of War III 7 : Grand Theft Auto V et Hitman 8 : Shadow of Mordor et Project CARS 9 : Far Cry et Rise of the Tomb Raider 10 : PAO, bureautique, multimédia et compression 11 : Station de travail 2D 12 : Station de travail 3D 13 : Station de travail : calcul CPU et rendu 14 : Calcul scientifique 15 : Consommation 17 : Rapport perf/prix et conclusion

Apports de l’overclocking et températures

Overclocking

Pour nous assurer que nos tentatives d’overclocking sont ne sont pas limitées par la température (rappelons qu’Intel applique toujours de la pâte thermique de mauvaise qualité entre le die et le heatspreader) nous avons sorti notre Chiller qui refroidit de manière constante à 20°C la surface du processeur. Nous avons atteint sans problème les 5 GHz, un score déjà assez facile à obtenir sur Kaby Lake. À 5,1 GHz, Windows démarrait et on a réussi à faire tourner deux jeux, mais lorsqu’on lançait Cinebench, le système crashait.  

Nous souhaitons à ce titre évoquer la modification manuelle de la Load Line, qui affecte aussi les températures. Selon la carte mère et le fabricant, on peut choisir entre plusieurs profils ou paramétrer manuellement les tensions. On peut par exemple diminuer significativement la tension du cœur en charge sans affecter la performance. Sur notre carte mère, nous avons fait tourner Prime95 aux fréquences de base mais avec une tension oscillant entre 1,28 V et 1,18 V, ce qui a permis de gagner presque 8°C au niveau du package.

Cependant, de nombreux kits mémoire ne supportent pas bien une baisse de tension et se montrent alors instables. Ces modifications dépendent aussi fortement de la qualité du chip. Notre exemplaire n’était pas un CPU de compétition puisque nous ne sommes pas parvenus à maintenir les 5 GHz de manière stable. Si la plupart des jeux tournait sans problème, le système plantait après quelques minutes de Creo3 ou de programmes de HPC.

Il faut donc prendre avec des pincettes les succès d’overclocking qui circulent en ce moment bien au-delà des 5 GHz et rappeler que ces valeurs ont été obtenues avec des programmes spécifiques et ne sont pas tenables au quotidien. Mieux vaut sacrifier 100 MHz et avoir un système stable.

Observons le graphique suivant qui montre la corrélation entre l’augmentation de la consommation et de la performance. Le gain de performance suit la consommation de manière régulière jusque 4,8 GHz et décline au-delà, tandis que la consommation continue d’augmenter.

Image 1 : Test : Coffee Lake Core i7-8700K et 8700, la bombe d'Intel

Températures

Bonne nouvelle pour Monsieur Tout-le-monde : à moins de se faire des sessions de Prime95 pendant des heures, ces CPU se laissent parfaitement refroidir jusque 4,8 GHz avec un bon ventirad. La pâte thermique Intel constitue certes toujours un problème, mais rien d’insurmontable.

Le graphique suivant montre la température package obtenue après 20 minutes d’échauffement avec une tension cœur élevée sur un système de watercooling all-in-one. Un bon ventirad dans un boitier bien ventilé devrait pouvoir faire aussi bien.

Image 2 : Test : Coffee Lake Core i7-8700K et 8700, la bombe d'Intel

En charge violente, malgré notre refroidisseur Chiller, notre CPU overclocké sue à grosses gouttes et consomme presque 170 W en moyenne, même si on enregistre des pics au-delà de 180 W qui font monter la température au-delà de la limite, ce qui active le Throttling. Ici, même le meilleur système de watercooling ne peut pas faire mieux.

Image 3 : Test : Coffee Lake Core i7-8700K et 8700, la bombe d'Intel

En résumé

Étonnant ce que ces petites bêtes sont capables d’avaler, si on les pousse un peu ! Malgré tout, les Core i7-8700 et 8700K sont assez faciles à refroidir, même par air. Raisonnablement overclocké, le Core i7-8700K reste gérable tant qu’on évite de faire du rendu pendant des heures ou d’utiliser des programmes tirant parti des instructions AVX. Dans ce dernier cas, il vaut mieux passer à un système de watercooling all-in-one.

Sommaire :

  1. Intro : une « réévolution » !
  2. Chipset Z370 et circuit graphique
  3. Méthode de test
  4. VRMark et 3DMark
  5. AotS: Escalation et Civilization VI
  6. Battlefield 1 et Dawn of War III
  7. Grand Theft Auto V et Hitman
  8. Shadow of Mordor et Project CARS
  9. Far Cry et Rise of the Tomb Raider
  10. PAO, bureautique, multimédia et compression
  11. Station de travail 2D
  12. Station de travail 3D
  13. Station de travail : calcul CPU et rendu
  14. Calcul scientifique
  15. Consommation
  16. Apports de l'overclocking et températures
  17. Rapport perf/prix et conclusion