Accueil » Test » Test : étude de la RX Vega 64 sous watercooling extrême » Page 2

Test : étude de la RX Vega 64 sous watercooling extrême

1 : Introduction, système de test 3 : Tensions et fréquences 4 : Tensions et consommation 5 : Températures, l'effet surprise 6 : Undervolting et efficacité énergétique 7 : Conclusion

Installation et détails du waterblock

Un refroidissement optimal

Image 1 : Test : étude de la RX Vega 64 sous watercooling extrêmePour parvenir à nos fins, il nous faut donc tout d’abord réaliser un système de refroidissement capable de fournir une température constante tout en absorbant jusqu’à 400 W de chaleur. Seul un système watercooling personnalisé est capable d’une telle performance et nous avons eu à nouveau recours à notre Chiller associé à un waterblock adapté pour garantir une température de l’eau à 20°C.

Nous utilisons donc un refroidisseur Alphacool Eiszeit 2000 Chiller en combinaison avec une plaque de refroidissement EK-FC Radeon Vega de EK Water Blocks. Il s’agit d’une plaque en cuivre nickelée qui refroidit mémoire, convertisseurs de tension et bobines. Pour tout dire, le système a fonctionné à merveille.Image 2 : Test : étude de la RX Vega 64 sous watercooling extrême

Pour que le système single slot de watercooling n’ait pas l’air trop bizarre, nous remplaçons l’équerre PCI originale par une plus petite fournie avec le bloc. Seul petit souci, les vis dépassent un peu de l’équerre de remplacement, mais rien de dramatique.

Image 3 : Test : étude de la RX Vega 64 sous watercooling extrême

Une fois que l’on a soigneusement débarrassé le GPU de la pâte thermique d’origine (attention à ne pas l’endommager !) on peut appliquer une fine couche de la nouvelle pâte thermique à l’aide d’une petite spatule. Il vaut mieux laisser un peu de l’ancienne pâte thermique entre les puces plutôt que de s’acharner pour tout enlever, au risque d’endommager les fragiles composants.

Image 4 : Test : étude de la RX Vega 64 sous watercooling extrême

Contrairement à ce que préconise la notice, nous préférons appliquer les pads thermiques sur le bloc de refroidissement et pas directement sur les composants du PCB. Pour le montage, nous plaçons le PCB sur le bloc de refroidissement (et pas l’inverse), ainsi, nous sommes sûrs qu’aucun pad ne se décolle pendant la manœuvre.

Image 5 : Test : étude de la RX Vega 64 sous watercooling extrême

Une fois vissée, la carte graphique est en quelques minutes prête à l’emploi. Le montage n’est vraiment pas compliqué, pour peu qu’on fasse attention aux propriétés physiques du GPU.

Image 6 : Test : étude de la RX Vega 64 sous watercooling extrême

La face arrière du PCB révèle les nombreuses vis de fixation utilisées, il n’y en a pas moins de sept tout autour du package. Les vis reposent sur des lamelles en polyamide pour éviter toute pression excessive.

Image 7 : Test : étude de la RX Vega 64 sous watercooling extrême

Notez que pour nos tests thermiques par caméra infrarouge, nous avons enlevé la plaque arrière pour ne pas avoir à la percer aux endroits de mesures.

Image 8 : Test : étude de la RX Vega 64 sous watercooling extrême

Sommaire :

  1. Introduction, système de test
  2. Installation et détails du waterblock
  3. Tensions et fréquences
  4. Tensions et consommation
  5. Températures, l'effet surprise
  6. Undervolting et efficacité énergétique
  7. Conclusion