Accueil » Test » Test : étude de la RX Vega 64 sous watercooling extrême » Page 7

Test : étude de la RX Vega 64 sous watercooling extrême

1 : Introduction, système de test 2 : Installation et détails du waterblock 3 : Tensions et fréquences 4 : Tensions et consommation 5 : Températures, l'effet surprise 6 : Undervolting et efficacité énergétique

Conclusion

Il est donc possible de configurer la RX Vega 64 de manière plus efficace que par défaut. En raison des particularités de fonctionnement du système AVFS, un changement manuel de la tension n’a d’effet positif que lorsque l’on relâche simultanément la pression au niveau du Power Limit, afin que le système puisse retrouver un équilibre. La limitation de fréquence devient alors un des facteurs limitants parmi d’autres, comme la température. Les limites sont propres à chaque carte et il faudra expérimenter pour trouver le meilleur compromis, lequel dépend fortement de la qualité du GPU embarqué.

Même si nous ne sommes pas pas parvenus à améliorer l’efficacité énergétique de la carte, notre overclocking manuel permettant d’obtenir 5% de performance en plus pour seulement 7% de consommation supplémentaire (soit 20 W) constitue une très bonne performance si on la compare aux 41% de conso en plus pour seulement 11% de performance supplémentaire que les réglages sans diminution de la tension permettent. Il faut donc baisser la tension pour overclocker de manière efficace. C’est l’une des particularités de l’architecture Vega.

Capteurs de températures à corriger

On apprécierait beaucoup qu’AMD revoie un peu sa copie au niveau des températures, tant au niveau de leur mesure que de leur communication. En l’état, nous ne pouvons que conseiller de privilégier les températures « Hotspot » communiquées par des outils tels que GPU-Z, car ce qui est indiqué par Wattman, du moins lorsque les températures sont basses, n’est absolument pas crédible.

Image 1 : Test : étude de la RX Vega 64 sous watercooling extrêmeLe bloc de refroidissement EK-FC Radeon Vega de EK Water Blocks mérite quant à lui un grand bravo : montage sans accroc, performance de refroidissement tout simplement excellente… Il n’y a vraiment rien à lui reprocher et nous ne saurions que trop le recommander à tous les possesseurs de Vega 56 ou 64 en recherche d’une solution de refroidissement efficace.

Certes, la plaque arrière est un nid à traces de doigts… mais convenablement manipulée et installée (gants de coton ou petit chiffon indispensables), elle est d’une grande élégance !

Sommaire :

  1. Introduction, système de test
  2. Installation et détails du waterblock
  3. Tensions et fréquences
  4. Tensions et consommation
  5. Températures, l'effet surprise
  6. Undervolting et efficacité énergétique
  7. Conclusion