Accueil » Actualité » [Test Express] Qu’attendre d’un écran « Retina » ?

[Test Express] Qu’attendre d’un écran « Retina » ?

On parle beaucoup des écrans Retina, de l’indépendance de la résolution et des écrans à (très) haute définition actuellement. Avec l’arrivée de l’iPhone 4, de l’iPad 3 et des smartphones Android dotés d’écrans 720p, le sujet monte évidemment sur le tapis : à quand dans nos PC.

Nous vous invitions à relire notre dossier sur le sujet, publié en septembre 2011, qui montre bien l’intérêt d’un système indépendant de la résolution et les solutions disponibles. Si rien n’a changé officiellement, il y a eu quelques nouveautés depuis, que nous avons décidé d’explorer.

Le cas Windows 7

Le cas le plus flagrant est le dernier ultrabook d’Asus, le Zenbook UX21A Prime. Ce PC portable offre un écran de 11 pouces en 1 920 x 1 080, soit une résolution bien trop élevée de 200 ppp. Comme Windows 7 n’est pas un système indépendant de la résolution, Asus a choisi de régler les DPI à 125 % dans l’interface du système, ce qui a pour effet d’augmenter la taille du texte, tout du moins quand il est affiché via les API du système. Mais dans beaucoup de programmes, les textes sont rendus avec des méthodes différentes, ce qui donne des résultats parfois assez disgracieux, comme cette capture (issue du test d’AnandTech) le montre.

Image 1 : [Test Express] Qu'attendre d'un écran « Retina » ?

En attendant Windows 8 qui devrait adapter en partie l’interface Metro aux hautes définitions, les machines sous Windows 7 ne sont pas un bon choix pour les écrans en haute définition.

Le cas Mac OS X

Depuis notre dossier, Apple a proposé une bêta (Developer Preview) de Mountain Lion, qui est bien adaptée aux écrans haute définition. Le système est beaucoup plus efficace avec le réglage « HiDPI », qui consiste à utiliser une définition « Retina » multiple d’une définition classique pour le rendu en haute résolution. Le système contient par exemple des références à des écrans en 3 840 x 2 400 capables de se comporter comme des écrans en 1 920 x 1 200. L’idée est de rester en 1 920 x 1 200 pour les jeux et les programmes non adaptés et de travailler avec un rendu en définition native pour les programmes adaptés. Bien évidemment, la taille des éléments d’interface sera doublée pour que la taille relative reste la même : un texte sur un écran de 17 pouces en 1 920 x 1 200 sera de la même taille qu’un texte sur un écran en 3 840 x 2 400 « Retina ».

Image 2 : [Test Express] Qu'attendre d'un écran « Retina » ? Image 3 : [Test Express] Qu'attendre d'un écran « Retina » ?

Nous n’avons pas pu tester sur un des rares écrans « Retina » existants (IBM en a proposé au début des années 2000) mais le résultat est assez intéressant sur un écran de 30 pouces (2 560 x 1 600 en natif, 1 280 x 800 en HiDPI) et 20 pouces (1 600 x 1 200 en natif et 800 x 600 en HiDPI). Les textes sont très fin, agréables à l’oeil, et les applications Apple prennent bien en compte ce mode.

Android et iOS

Sous iOS, rien de neuf : l’iPad 3 est passé en 2 048 x 1 536, mais le fonctionnement est le même qu’avec le Retina sur l’iPhone 4. Sous Android, le système actuel qui gère le mieux l’indépendance de la résolution, la situation est intéressante : les constructeurs sont « obligés » de proposer des écrans d’une grande diagonale physique (4,5 pouces idéalement) pour rester dans des résolutions acceptables pour l’utilisateur (320 ppp) tout en proposant des écrans haute définition (1 280 x 720).

Comme on le voit, s’il y a des évolutions, tout n’est pas encore parfait, et aucune solution ne se démarque actuellement, en attendant de voir comment Microsoft va gérer ce problème avec Windows 8. Actuellement, il semble que l’on soit dans un mix entre la solution d’Apple (une seule option Retina et un rendu qui ne change pas) et celle de Google (plusieurs possibilités avec beaucoup de travail pour le développeur mais plus de flexibilités) : Microsoft devrait proposer — pour Metro uniquement — de développer pour plusieurs définitions fixes (a priori au moins trois).