Accueil » Test » Test : faut-il une carte mère hors de prix pour un bon overclocking ? » Page 2

Test : faut-il une carte mère hors de prix pour un bon overclocking ?

1 : Introduction 3 : Différences physiques 4 : Résultats d'overclocking 5 : Conclusion

Différences de BIOS

Une carte mère, aussi haut de gamme soit elle, restera médiocre si le BIOS ne tient pas la route. Par exemple, un mauvais BIOS appliquera les mauvais réglages sur les options laissées en « automatique », ce qui peut empêcher la carte de démarrer si les tensions sont trop basses, ou endommager le matériel si elles sont trop élevées. Vous pouvez aussi rencontrer des valeurs qui ne sont pas prises en compte, des réglages inaccessibles, ou des timings RAM mal paramétrés qui empêchent la machine d’être stable, etc.

BIOS Flashback en haut de gamme

La fonction Flashback chez ASUS et Flashback+ chez MSI permet de changer de BIOS sans processeur ni mémoire. Cette fonction est particulièrement utile lorsque votre processeur n’est pas encore pris en charge par le BIOS. La puce permettant ce petit miracle n’étant pas donnée, seule les cartes haut de gamme la possèdent, inutile donc de chercher celle-ci sur la Z170-P ou sur la SLI PLUS.

Image 1 : Test : faut-il une carte mère hors de prix pour un bon overclocking ?Avantage à la XPOWER et à la MAXIMUS VIII EXTREME

Réglages de tensions suffisants

 – Z170A XPOWER : Toutes les tensions sont disponibles, il y en a bien plus qu’il n’en faut. La majorité peut être laissée en auto si vous n’utilisez pas de refroidissement extrême.

Image 2 : Test : faut-il une carte mère hors de prix pour un bon overclocking ?


Z170A SLI PLUS : Le BIOS ressemble beaucoup à celui de la XPOWER, mais quelques options ont disparu. Aucun problème pour une utilisation sous air ou eau, l’utilisateur ne sera pas bridé.

Image 3 : Test : faut-il une carte mère hors de prix pour un bon overclocking ?Z170 MAXIMUS VIII EXTREME : Toutes les tensions ne sont pas sur cet écran, mais il n’en manque aucune. Pour les utilisateurs avancés (extrêmes) certaines tensions se cachent dans l’onglet « Tweaker’s Paradise ».

Image 4 : Test : faut-il une carte mère hors de prix pour un bon overclocking ?

Z170-P : Nous avions un peu peur que cette carte ne propose pas suffisamment de tension pour concurrencer les autres. Le choix est certes restreint, mais il y a ce qu’il faut. CPU Core pour le processeur, DRAM pour la mémoire, VCCIO et SA pour le contrôleur mémoire. Nous n’en demanderons pas plus pour ce test.

Image 5 : Test : faut-il une carte mère hors de prix pour un bon overclocking ?

Load-Line Calibration pour tous

Le LLC permet de stabiliser la tension d’alimentation lorsque la charge s’amplifie. Lorsque le processeur est au repos, il consomme peu d’énergie et donc les 1,3 V demandés seront facilement atteints. Une fois le test démarré le processeur est d’avantage sollicité et la tension va baisser légèrement (à 1,26 V par exemple). Si le test est très lourd, elle peut même tomber d’avantage. Evidemment pour la stabilité du système cela n’est pas bon. Les cartes possèdent donc parfois une fonction appelée Load-Line Calibration. Une fois activée, le LLC va augmenter artificiellement la tension d’alimentation pour limiter cet effet.

Image 6 : Test : faut-il une carte mère hors de prix pour un bon overclocking ?Image 7 : Test : faut-il une carte mère hors de prix pour un bon overclocking ?

MSI Z170 SLI PLUS : un seul mode LLC, que l’on a donc activé sans hésitation.

MSI Z170 XPOWER : les options sont nombreuses et le petit graphique à droite du BIOS illustre les différences. Le mode 1 sera le plus agressif, alors que le mode 8 contrera en partie seulement l’effet de baisse (Vdrop). D’après nos tests les modes 2 et 3 sont les plus convaincants. Le mode 1 est trop agressif.

Image 8 : Test : faut-il une carte mère hors de prix pour un bon overclocking ?Image 9 : Test : faut-il une carte mère hors de prix pour un bon overclocking ?

Asus Z170 MAXIMUS 8 Extreme : nous utiliserons le mode 6 qui a une légère tendance à trop augmenter la tension alors que le mode 5 la laisse un tout petit peu trop basse. Evitez tout de même les modes 7 ou 8 qui sont trop agressifs.

Asus Z170-P : elle n’est pas en reste avec sept modes disponibles, nous qui avions peur qu’elle n’ai pas de LLC… Le mode 5 est retenu !

Profils spéciaux en haut de gamme

Attaquons maintenant les profils préenregistrés, et commençons par les profils globaux qui touchent un peu à tout.

Image 10 : Test : faut-il une carte mère hors de prix pour un bon overclocking ?

La XPOWER n’est pas très riche, vous trouverez simplement un mode LN2 extrême qui va désactiver un certain nombre d’options d’économie d’énergie et de protection. Rien de miraculeux mais nous l’utilisons régulièrement et apprécions sa présence. Le mode NOC permet l’OC non officiel des processeurs non K par le biais du BCLK. L’option Real Thread est à utiliser pour Windows XP, mais elle ne semble pas fonctionnelle.

Image 11 : Test : faut-il une carte mère hors de prix pour un bon overclocking ?

La MAXIMUS VIII EXTREME propose plusieurs profils dont un appelé « Gamers ». Attention toutefois, ces profils génériques sont fait pour marcher avec tous les processeurs ou presque, ils ont donc une fâcheuse tendance à envoyer la purée bien trop vite. Le meilleurs moyen de les utiliser est de les activer, de voir ce qu’il change et de finir l’ajustement manuellement. 

Cette carte mère propose également un mode LN2. Pour l’activer il faut déplacer un interrupteur sur le PCB. Une fois engagé cela repousse les limites des tensions d’alimentation, augmente certains paramètres et donne accès à d’autres profils. Âmes sensibles s’abstenir, il s’agit de profil pour l’azote liquide !

En entrée de gamme, les SLI PLUS et Z170-P ne disposent d’aucun profil global.

Profil mémoire 

Optimiser la mémoire est long et fastidieux, aussi lorsque les premiers profils ont fait leur apparition il y a quelques années, tous les overclockeurs les ont accueillis à bras ouvert. Bien que proposé par ASUS initialement, les autres fabricants lui ont emboité le pas. Comme tous profils, ils ne peuvent être parfaits, mais cela permet de bien dégrossir le travail et d’économiser un temps précieux. C’est donc un point de départ bienvenu !

Image 12 : Test : faut-il une carte mère hors de prix pour un bon overclocking ?Image 13 : Test : faut-il une carte mère hors de prix pour un bon overclocking ?

Image 14 : Test : faut-il une carte mère hors de prix pour un bon overclocking ?

Chez MSI les deux cartes disposent des mêmes options. Il faut donc choisir si vos barrettes sont composées de puce Micron, Hynix ou Samsung et ensuite choisir le réglage qui vous convient. Tous les profils ne seront pas stables avec vos barrettes, inutile de rêver !

ASUS n’est pas en reste, mais seulement avec la MAXIMUS VIII EXTREME. Une fois le type de puce choisi (2×4 Go de Samsung simple face dans notre cas), un second menu s’ouvre avec un choix impressionnant de réglage. Choisir le bon menu semble compliqué, mais si vous le demandez nous ferons un article à ce sujet, un peu de pratique, un coup d’œil sur le code barre ou entre le dissipateur et le PCB et les informations sont rapidement acquises.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Différences de BIOS
  3. Différences physiques
  4. Résultats d'overclocking
  5. Conclusion