Accueil » Actualité » Test : GeForce GTX 1060 3 Go, la carte qui ne dit pas son nom

Test : GeForce GTX 1060 3 Go, la carte qui ne dit pas son nom

1 : Introduction : le GP106-300 2 : La carte en détail 3 : Test de performances en jeu 5 : Tests de consommation électrique 6 : Température, bruit et verdict final

DirectX 11 contre DirectX 12, face à la Radeon RX 470

Hitman 2016 : DirectX 12 et utilisation mémoire

Après un passage très chaotique à DirectX 12 via un patch, Hitman semble, après plusieurs correctifs, enfin correctement optimisé pour la nouvelle API de Microsoft. De même, les pilotes d’AMD et de NVIDIA nous semblent aujourd’hui optimisés pour ce jeu, ce qui nous permet de le tester en profondeur, comme un cas d’école.

Première chose, nous avons remarqué que, même en Full HD, le jeu ne propose pas les options d’ombrage les plus élevées sur la GeForce GTX 1060 3 Go, à cause de son manque de mémoire. La version 6 Go parvient à activer toutes les options, tout comme la Radeon RX 480 8 Go. Même constat dans Doom, par exemple, qui demande plus de 4 Go de mémoire pour activer les options graphiques estampillées « Cauchemar » !

Nous avons donc réduit les options graphiques d’ombrage pour toutes les cartes de ce test. Ces options réduites font passer l’occupation de la mémoire graphique sous cette limite physique de 3 Go. Vous êtes prévenus !

Image par seconde : premiers constats

L’évolution des scores en images par seconde suit totalement la logique des cartes en présence. La GTX 1060 6 Go est légèrement plus rapide grâce à ses 128 cœurs CUDA de plus. Elle est toutefois surpassée par la Radeon RX 470 8 Go sous DirectX 12 et DirectX 11.

Image 1 : Test : GeForce GTX 1060 3 Go, la carte qui ne dit pas son nom

Occupation CPU et mémoire

Nous avons choisi d’utiliser une plateforme moins haut de gamme pour effectuer ces tests spéciaux, avec un processeur AMD FX 8350 sans overclocking, afin de bien voir la charge du jeu sur le CPU, et l’éventuelle libération de ressources que DirectX 12 peut offrir au processeur central.

Image 2 : Test : GeForce GTX 1060 3 Go, la carte qui ne dit pas son nom

On constate que l’occupation du CPU est intimement liée aux performances de la carte graphique, ce qui est très logique. DirectX 12 permet d’adoucir l’utilisation du CPU, nettement si l’on n’oublie pas que les performances des cartes graphiques augmentent aussi. DirectX 12 n’évite toutefois pas certains pics d’utilisation CPU à 100 %.

Côté mémoire, en DirectX 11, la Radeon RX 470 8 Go utilise nettement plus de mémoire graphique, mais en DirectX 12, elle garde environ le même niveau d’utilisation mémoire, tandis que les GeForce monopolisent environ 500 Mo de plus.

Image 3 : Test : GeForce GTX 1060 3 Go, la carte qui ne dit pas son nom

Temps d’affichage des images

Pour aller plus loin, nous allons examiner le temps que passe chaque image affichée à l’écran, ce qui permet de se rendre compte des micro-saccades qui peuvent survenir dans le jeu. La GTX 1060 6 Go est nettement plus régulière que sa petite sœur à 3 Go. C’est déjà plus mitigé face à la RX 470, dont la régularité n’est pas flagrante, notamment car elle souffre de gros pics de temps d’affichage en DirectX 12.

Image 4 : Test : GeForce GTX 1060 3 Go, la carte qui ne dit pas son nom

Reste que globalement, ces graphiques de pourcentage montrent que les GeForce GTX 1060 6 Go et Radeon RX 470 ont un meilleur comportement que la GTX 1060 3 Go sous DirectX 12 : la plupart des images affichées restent dans un pic moins large, entre 7 et 12 ms. C’est un peu moins flagrant sous DirectX 11.

Image 5 : Test : GeForce GTX 1060 3 Go, la carte qui ne dit pas son nom

Écarts de temps d’affichage

Ces graphiques montrent le pourcentage d’image dont l’écart de temps d’affichage est inférieur à 10 ms par rapport au temps d’affichage de l’image précédente. On voit sur ces graphiques que la GeForce GTX 1060 3 Go offre des temps d’affichage plus irréguliers, puisque la majorité des écarts de temps d’affichage des images sont au-dessous des 10 ms.

Image 6 : Test : GeForce GTX 1060 3 Go, la carte qui ne dit pas son nom

Dans les graphiques ci-dessous, on met en rapport les variations de temps d’affichage des images par rapport à la courbe d’image par seconde. On peut du coup constater un comportement beaucoup moins encourageant pour la Radeon RX 470 : de nombreux pics à plus de 100 ms d’écart avec l’image précédente, voir 400 ms, montrent que si la majorité des images s’affichent très régulièrement, il y aura de forte saccades régulières en pratique dans le jeu.

Image 7 : Test : GeForce GTX 1060 3 Go, la carte qui ne dit pas son nom

Notre indice de fluidité

Du coup, nous avons mis au point un indice de fluidité réelle du jeu en fonction de la régularité du temps d’affichage de chaque image au cours de nos tests. Les graphiques ci-dessous représentent la courbe d’images par seconde en moyenne au cours du temps, avec, en gris, une courbe de fluidité perceptible en fonction des écarts de temps d’affichage entre chaque image, et du temps d’affichage de chaque image. Les pics de temps d’affichage trop courts sont filtrés pour ne laisser que les pics touchant plusieurs images consécutives, que le joueur pourra réellement remarquer.

Entre 0 et 5, on considère que la fluidité est parfaite à acceptable. Au-delà, la fluidité est entachée pas des micro-saccades, et on considère le jeu injouable à 10.

On remarque qu’avec la Radeon RX 470, si la fluidité est parfaite dans la majorité des cas, le jeu souffre de graves saccades ponctuelles sous DirectX 12. DirectX 12 améliore la fluidité globale, mais provoque de rares saccades plus visibles par rapport à DirectX 11. Seule la GeForce GTX 1060 6 Go en est exempte.

Image 8 : Test : GeForce GTX 1060 3 Go, la carte qui ne dit pas son nom

Sommaire :

  1. Introduction : le GP106-300
  2. La carte en détail
  3. Test de performances en jeu
  4. DirectX 11 contre DirectX 12, face à la Radeon RX 470
  5. Tests de consommation électrique
  6. Température, bruit et verdict final