Accueil » Test » Test : GeForce GTX 1660 Ti, Turing sans RTX en milieu de gamme

Test : GeForce GTX 1660 Ti, Turing sans RTX en milieu de gamme

NVIDIA s’attaque au milieu de gamme sous les 300 euros.

1 : Offensive en milieu de gamme 3 : EVGA GTX 1660 Ti XC Black Gaming en détail 4 : GTX 1660 Ti MSI Gaming X en détail 5 : MSI 1660 Ti Gaming X : PCB et dissipateur 6 : Benchmarks Full HD 7 : Benchmark QHD 8 : Consommation 9 : Fréquences et températures 10 : Ventilation et bruit 11 : Perfs moyennes, ips/W et ips/euros 12 : Conclusion

La puce TU116 en détail : Turing sans RTX

Presque un nouveau GPU

Le GPU TU116 est une puce totalement nouvelle, et complète, sans unité désactivée. Côté architecture, on retrouve la même structure que Turing, mais sans les coeurs Tensor et RT des GeForce RTX. Ces coeurs ne sont pas désactivés, mais simplement absents. C’est notamment pourquoi la puce est bien plus petite, avec beaucoup moins de transistors (6,6 milliards). Le TU116 est toutefois 42 % plus grand que le GPU GP106 de la GTX 1060. Il reste néanmoins plus petit que le GPU de la GTX 1070 et ses 7,2 milliards de transistors.

L’apport des unités INT32

Pas de coeurs RT ni Tensor, certes, mais le GPU TU116 conserve pas mal d’autres avantages de l’architecture Turing. A commencer par ses unités de calcul INT32 capables de fonctionner en même temps que les unités FP32, pour ajouter 5,4 TOPS aux 5,4 TFLOPS du GPU (ou 5,5, ça dépend des slides…). Ces unités s’exécutent en parallèle pour augmenter les performances de la carte, alors qu’un GPU Pascal doit alterner entre calcul INT (entiers) et FP (virgule flottante). Certains jeux en profiteront, mais pas tous.

Image 3 : Test : GeForce GTX 1660 Ti, Turing sans RTX en milieu de gamme

Le FP16 en force

Autre avantage conservé : les unités FP32 développent deux fois plus de puissance en FP16, ce qui n’est toutefois pas crucial en 3D où le calcul FP32 simple-précision domine. On passe donc de 5,4 à 10,9 TFLOPS exactement, alors que la GTX 1060 sur GPU Pascal s’effondre en FP16.

Image 4 : Test : GeForce GTX 1660 Ti, Turing sans RTX en milieu de gamme

Nous avons effectué des tests synthétiques sur Sandra pour vérifier cet écart, montrant bien que Pascal divise ses performances par 64 en FP16. Par ailleurs, la progression du TU116 en FP32 est substantielle, sachant que la consommation n’augmente pas !

Image 5 : Test : GeForce GTX 1660 Ti, Turing sans RTX en milieu de gamme

En zoomant sur le FP16, cet autre test montre différents comportements des GPU dans différentes épreuves en demi-précision. Les calculs GEMM exploitent les coeurs Tensor de la RTX 2060, ce qui explique ses excellentes performances, alors que la GTX 1660 Ti se repose uniquement sur ses unités FP classiques. Les calculs FFT et N-Body n’exploitent pas les coeurs Tensor et s’étalonnent donc plus logiquement entre les GPU TU106 et TU116. Le GPU Pascal GP106 de la GTX 1060 ne peut pas vraiment exister dans aucun des trois tests.

Image 6 : Test : GeForce GTX 1660 Ti, Turing sans RTX en milieu de gamme

Adaptive shading pour tous

Autre spécificité : on retrouve dans cette puce la capacité à exploiter les dernières technologies de shading de NVIDIA. On parle du Mesh Shading, mais surtout du Variable Rate Shading que nous avons récemment testé sur RTX 2060. La techno est désormais appelée Adaptive Shading. L’astuce fut trouvée par Intel en 2014 sous le nom de « coarse pixel shading« . Elle a vite mené au « foveated rendering » pour la VR, et NVIDIA en propose actuellement la version la plus avancée.

Image 7 : Test : GeForce GTX 1660 Ti, Turing sans RTX en milieu de gamme

Meilleur encodeur NVENC

Si le bus mémoire reste à 192 bits, la GDDR6 permet d’augmenter la bande passante finale à 288 Go/s, alors que la GTX 1060 est à 192 Go/s. La GTX 1660 Ti profite aussi de la mémoire cache unifiée de Turing, mais aussi de son encodeur vidéo NVENC amélioré, annoncé meilleur que du x264 en Preset Fast sur CPU. Une fonction que nous allons bientôt tester…

Image 8 : Test : GeForce GTX 1660 Ti, Turing sans RTX en milieu de gamme

Gains de performances annoncés

Au final, NVIDIA annonce de gros gains en performances. La carte serait notamment trois fois plus puissante qu’une GTX 960, et 1,4 fois plus rapide qu’une GTX 1060 à consommation égale. Evidemment, notre test est là pour en avoir le coeur net.

Sommaire :

  1. Offensive en milieu de gamme
  2. La puce TU116 en détail : Turing sans RTX
  3. EVGA GTX 1660 Ti XC Black Gaming en détail
  4. GTX 1660 Ti MSI Gaming X en détail
  5. MSI 1660 Ti Gaming X : PCB et dissipateur
  6. Benchmarks Full HD
  7. Benchmark QHD
  8. Consommation
  9. Fréquences et températures
  10. Ventilation et bruit
  11. Perfs moyennes, ips/W et ips/euros
  12. Conclusion