Accueil » Actualité » Test : Gigabyte Vega 56 Gaming OC, un modèle de discrétion

Test : Gigabyte Vega 56 Gaming OC, un modèle de discrétion

1 : Disponibilité et caractéristiques 2 : La carte en détail 3 : PCB et alimentation électrique 4 : Performances en jeu 5 : Consommation 6 : Températures, fréquences et OC 7 : Système de refroidissement et nuisances sonores

Conclusion

La Gigabyte RX Vega 56 Gaming OC donne l’impression d’une carte fabriquée à contrecœur, sur laquelle on a simplement assuré les fondamentaux. La réduction des coûts se laisse clairement remarquer à l’apparence austère de la carte, mais aussi à sa réalisation peu ambitieuse. Mais après tout, ce n’est pas forcément un mal puisque dans chaque catégorie de prix, il faut bien un modèle de base en complément des modèles phares.

Et comme modèle de base, il n’y a pas grand-chose à critiquer de la prestation Gigabyte. On pourrait souhaiter un peu plus d’entrain de la part des ventilateurs, car c’est la première carte Gigabyte que nous testons depuis longtemps qui aurait pu se permettre d’être plus bruyante ! En considérant son poids et son système de refroidissement, on ne peut que s’étonner que la carte parvienne à rester aussi discrète, mais les températures restent élevées en raison de la disposition des composant sur le PCB. Pour autant, ces températures restent contrôlées et ne devraient pas trop entrer négativement en ligne de compte dans l’appréciation finale.  

Image 1 : Test : Gigabyte Vega 56 Gaming OC, un modèle de discrétion

Il faut mentionner le système Direct Heat Touch particulièrement bien réalisé. Bien qu’il soit généralement utilisé pour réduire le coût du système de refroidissement en économisant un bloc de refroidissement en cuivre onéreux voire une chambre à vapeur, il épouse ici au millimètre près les composants les plus chauds. Espérons que cette réalisation exemplaire fasse des émules parmi la concurrence. La faible différence de température entre la carte Sapphire et la Gigabyte prouve qu’il ne faut pas renoncer à l’essentiel quand on veut faire des économies.

La fréquence et la consommation sont dans ce qu’on pourrait attendre d’une telle carte et sa performance en jeu est tout à fait respectable. Il faudra laisser de côté l’overclocking, à moins d’être prêt à endurer des nuisances sonores très élevées. Il sera par contre possible de gagner quelques MHz à coup de réglages des tensions. Il faudra vivre alors avec le risque qu’une mise à jour des pilotes ou de Windows ne rendent l’undervolting instable. L’outil WattMan est en tout cas à éviter, car ses fonctions sont trop basiques.

Conclusion

Image 3 : Test : Gigabyte Vega 56 Gaming OC, un modèle de discrétion

Gigabyte Radeon RX Vega 56 Gaming OC

On aime
  • Silence !
  • Dissipateur à contact direct bien conçu
  • Performances honorables face à la GTX 1070 Ti
On n’aime pas
  • Disponibilité fictive…
  • Températures un peu élevées
  • Ventilateurs à accélérer
Verdict :

S’il n’y avait pas ce problème de la disponibilité, la Gigabyte RX Vega 56 serait sans nulle doute la carte d’entrée de gamme à conseiller pour passer à l’architecture Vega. Difficile pourtant de s’enthousiasmer pour une carte conçue surtout pour limiter les coûts de production d’une mini-série difficilement rentable pour le fabricant. Et si la disponibilité devait soudainement se détendre, il serait possible pour Gigabyte de rapidement sortir une déclinaison Aorus, laquelle était prévue au départ pour une sortie en juillet-aout de l’année dernière… L’espoir fait vivre !

plus

Sommaire :

  1. Disponibilité et caractéristiques
  2. La carte en détail
  3. PCB et alimentation électrique
  4. Performances en jeu
  5. Consommation
  6. Températures, fréquences et OC
  7. Système de refroidissement et nuisances sonores
  8. Conclusion