Accueil » Dossier » Test Ivy Bridge Intel Core i7-3770K : un bon cru ? » Page 2

Test Ivy Bridge Intel Core i7-3770K : un bon cru ?

1 : Introduction 3 : HD Graphics 4000 : Tick, Tock, Tick+ 4 : HD Graphics 4000 : 3DMark 11 et Batman 5 : HD Graphics 4000 : Skyrim et WoW 6 : HD Graphics 4000 : support natif du GPGPU 7 : Quick Sync : l’arme secrète encore améliorée 8 : Compatibilité avec les cartes-mères existantes 9 : Overclocking : des résultats mitigés 10 : Overclocking de la mémoire 11 : Configuration de test et benchmarks 12 : PCMark 7 13 : 3DMark 11 14 : Sandra 2012 SP3 15 : Adobe CS 5.5 16 : Création de contenu 17 : Bureautique 18 : Compression de fichiers 19 : Encodage audio/vidéo 20 : Batman: Arkham City 21 : The Elder Scrolls V: Skyrim 22 : World Of Warcraft: Cataclysm 23 : Consommation et efficacité énergétique 24 : Core i7-3770K / Core i5-2550K : que choisir ? 25 : Conclusion

Le core Ivy Bridge en détail

Sans grande surprise, la majeure partie des technologies dont bénéficie l’Ivy Bridge ont fait leur apparition sur le Sandy Bridge ; le fondeur s’est avant tout concentré sur la finesse de gravure, qui passe de 32 à 22 nm. Les capacités des cores de l’Ivy Bridge sont par conséquent très semblables à celles des processeurs de la génération précédente.

Chaque core contient toujours 32 Ko de cache L1 dédié aux données, 32 Ko de cache L1 dédié aux instructions et 256 Ko de cache L2 ; les processeurs quad-core comme le Core I7-3770K que nous passons en revue aujourd’hui, contiennent en outre 8 Mo de cache L3 partagé (2 Mo par core). Les latences semblent très semblables à celles du Sandy Bridge, ce qui indique que la bande passante du cache devrait être comparable.

Intel affirme cependant avoir apporté aux cores de petites modifications qui améliorent leurs performances dans certaines situations. La société n’est pas rentrée dans les détails, se contentant de mentionner qu’une douzaine de nouvelles fonctionnalités, réparties pour moitié dans les cores et pour moitié dans le cache et le contrôleur mémoire, accéléraient désormais le fonctionnement de l’architecture. Il est heureusement assez simple de procéder à des tests en monothreadé avec la fréquence bloquée à 3,5 GHz et le Turbo Boost désactivé pour comparer la vitesse du Core i7-3770K à celle du Core i7-2700K.

Image 1 : Test Ivy Bridge Intel Core i7-3770K : un bon cru ?

Image 2 : Test Ivy Bridge Intel Core i7-3770K : un bon cru ?

Image 3 : Test Ivy Bridge Intel Core i7-3770K : un bon cru ?

Comme on peut le constater sur le graphique ci-dessus, l’Ivy Bridge permet de gagner environ trois secondes dans nos tests Lame, iTunes et création de PDF ; un écart peu impressionnant par rapport à celui que nous avions décelé entre le Sandy Bridge et le Nehalem, mais il s’agit d’un résultat correspondant à nos attentes.

Il apparaît donc clairement que l’amélioration d’IPC (instructions traités par cycle) qu’Intel a apportées à l’Ivy Bridge ne suffisent pas, à elles seules, à justifier une mise à niveau depuis le Sandy Bridge.

La firme de Santa Clara a néanmoins intégré à sa puce deux fonctions orientées sécurité qui devraient plaire à certaines catégories de développeurs : Digital Random Number Generator (DRNG) et Supervisor Mode Execution Protection (SMEP).

Image 4 : Test Ivy Bridge Intel Core i7-3770K : un bon cru ?

La première est une instruction conforme aux normes établies en matière de génération de nombres aléatoires et a pour but d’offrir une source fiable et performante d’entropie (l’élément qui permet de mesurer le degré d’imprévisibilité d’une clé de chiffrement). Les applications peuvent faire appel au DRNG et obtenir des nombres réellement aléatoires à une vitesse pouvant atteindre 2 à 3 Gbit/s. L’instruction est accessible au niveau utilisateur ou système d’exploitation sans aucun privilège particulier.

Image 5 : Test Ivy Bridge Intel Core i7-3770K : un bon cru ?

La deuxième fonctionnalité, SMEP, vise à contrer les attaques de type « élévation de privilèges », qui consistent à tenter d’accéder à des ressources normalement protégées. En bref, elle empêche l’exécution de code superviseur au sein des pages mémoire en mode utilisateur.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Le core Ivy Bridge en détail
  3. HD Graphics 4000 : Tick, Tock, Tick+
  4. HD Graphics 4000 : 3DMark 11 et Batman
  5. HD Graphics 4000 : Skyrim et WoW
  6. HD Graphics 4000 : support natif du GPGPU
  7. Quick Sync : l’arme secrète encore améliorée
  8. Compatibilité avec les cartes-mères existantes
  9. Overclocking : des résultats mitigés
  10. Overclocking de la mémoire
  11. Configuration de test et benchmarks
  12. PCMark 7
  13. 3DMark 11
  14. Sandra 2012 SP3
  15. Adobe CS 5.5
  16. Création de contenu
  17. Bureautique
  18. Compression de fichiers
  19. Encodage audio/vidéo
  20. Batman: Arkham City
  21. The Elder Scrolls V: Skyrim
  22. World Of Warcraft: Cataclysm
  23. Consommation et efficacité énergétique
  24. Core i7-3770K / Core i5-2550K : que choisir ?
  25. Conclusion