Accueil » Test » Test : KFA2 RTX 2080 Ti HoF, une débauche de luxe et de puissance

Test : KFA2 RTX 2080 Ti HoF, une débauche de luxe et de puissance

Le luxe selon KFA2, tout en blanc !

1 : Intro et caractéristiques 2 : La carte en détails 4 : Benchmarks Full HD / QHD 5 : Consommation 6 : Températures, fréquences et overclocking 7 : Ventilation et nuisances sonores 8 : Résumé et conclusion

Démontage : PCB et dissipateur

Analyse du PCB

Ce qui saute tout de suite aux yeux, ce sont les trois prises d’alimentation externe ATX, indispensables pour fournir le courant nécessaire à une carte au Power Limit de 450 W. Sur chaque entrée d’alimentation, on retrouve un point de mesure et un circuit LC composé d’une bobine de 330mH et d’un condensateur pour lisser les pics de courant.

Image 1 : Test : KFA2 RTX 2080 Ti HoF, une débauche de luxe et de puissance

Le contrôleur PWM est un XDPE10281 produit par Infineon. Ce modèle tout nouveau, est capable de fournir les tensions très précises nécessaires aux GPU de dernière génération. En outre, il sait gérer directement le doublement des phases, ce qui permet de se passer de doubleur. On économise ainsi de la place sur le PCB. C’est la première fois que l’on retrouve cette puce sur une carte graphique, et nous espérons que d’autres constructeurs s’en inspireront rapidement.  

On compte 16 circuits de conversion du courant qui correspondent à 8 phases doublées. Un contrôleur PWM beaucoup plus simple, un uP9509 de UPI, régule les trois phases (non doublées) dédiées à la mémoire.

On observe aussi un interrupteur qui permet de passer de l’un à l’autre BIOS.

Image 2 : Test : KFA2 RTX 2080 Ti HoF, une débauche de luxe et de puissance

À l’arrière du PCB, KFA2 n’a placé aucun composant notable. Dans l’ensemble, le PCB a un aspect chargé mais ordonné et bien pensé. 

Dissipateur et plaque arrière

Le système de refroidissement, coque comprise, pèse plus de 1000 grammes. Quatre caloducs de 8 mm de diamètre et un de 6 mm transmettent la chaleur émise par le GPU jusqu’aux extrémités des radiateurs. Comme toujours chez KFA2, trois ventilateurs de 8,7 cm poussent l’air dans les interstices des lamelles des radiateurs pour refroidir l’ensemble. 

Image 3 : Test : KFA2 RTX 2080 Ti HoF, une débauche de luxe et de puissance

Un cadre de stabilisation et refroidissement en aluminium est placé entre les radiateurs et le PCB. Il refroidit la mémoire et les VRM via de fins pads thermiques de 1 mm d’épaisseur.

Image 4 : Test : KFA2 RTX 2080 Ti HoF, une débauche de luxe et de puissance

Contrairement à la Lightning Z de MSI, l’intégralité des convertisseurs de tension (à droite) est couverte par cette plaque de refroidissement, ce qui permet un refroidissement optimal, comme nous le verrons dans la partie dédiée.

Image 5 : Test : KFA2 RTX 2080 Ti HoF, une débauche de luxe et de puissance
Image 6 : Test : KFA2 RTX 2080 Ti HoF, une débauche de luxe et de puissance

La plaque arrière en aluminium ne participe pas au refroidissement. Dommage, même si le refroidisseur s’en sort bien tout seul.

Type de refroidissementPar air
Bloc de refroidissement GPUradiateur en cuivre
RadiateurEn aluminium, orientation verticale, lamelles peu espacées
Caloducs4 de 8 mm de diamètre et 1 de 6 mm, en cuivre
Refroidissement VRM16 VRM GPU via plaque de refroidissement,
3 VRM mémoire via plaque de refroidissement
Refroidissement mémoireVia bloc de refroidissement GPU
Ventilateurs3 ventilateurs de 8,7 cm à 11 pales,
semi-passif contrôlé
Plaque arrièreEn aluminium, sans sytème de refroidissement

Sommaire :

  1. Intro et caractéristiques
  2. La carte en détails
  3. Démontage : PCB et dissipateur
  4. Benchmarks Full HD / QHD
  5. Consommation
  6. Températures, fréquences et overclocking
  7. Ventilation et nuisances sonores
  8. Résumé et conclusion