Accueil » Test » Test : KFA2 RTX 2080 Ti HoF, une débauche de luxe et de puissance

Test : KFA2 RTX 2080 Ti HoF, une débauche de luxe et de puissance

Le luxe selon KFA2, tout en blanc !

1 : Intro et caractéristiques 2 : La carte en détails 3 : Démontage : PCB et dissipateur 4 : Benchmarks Full HD / QHD 6 : Températures, fréquences et overclocking 7 : Ventilation et nuisances sonores 8 : Résumé et conclusion

Consommation

La consommation au repos de 20 W est nettement supérieure à la normale. Mais après tout, les illuminations RVB, l’écran OLED et son contrôleur ARM ainsi que les ventilateurs stimulés en permanence consomment logiquement. En jeu, la carte consomme 290 W et en test de torture 287 W, soit un peu moins que le Power Limit par défaut de 300 W. En poussant la carte dans ses derniers retranchements avec le Power Limit relevé à 450 W, elle s’octroie seulement 378 W, ce qui témoigne de la qualité du chip embarqué.

Image 1 : Test : KFA2 RTX 2080 Ti HoF, une débauche de luxe et de puissance

L’image suivante montre les limites de consommation fixées par KFA2 dans le logiciel propriétaire : 

Image 2 : Test : KFA2 RTX 2080 Ti HoF, une débauche de luxe et de puissance

Les tensions par défaut sont peu élevées, ce qui témoigne une fois de plus d’un chip de grande qualité et se traduit en overclocking par une consommation totale inférieure de 40 W à celle de la MSI Lightning Z, pour une performance similaire. 

Image 3 : Test : KFA2 RTX 2080 Ti HoF, une débauche de luxe et de puissance

La répartition de la charge entre les différentes entrées d’alimentation est bien gérée, puisque le slot de la carte mère n’est jamais sollicité à plus de 5,5 A, la limite préconisée. Même en overclocking extrême, la fente de la carte mère est préservée et on n’aura pas à craindre d’instabilité à ce niveau. 

Image 4 : Test : KFA2 RTX 2080 Ti HoF, une débauche de luxe et de puissance

Mesure des pics de consommation

Lorsque l’on mesure la consommation d’une carte au millième de seconde, on observe des pics bien plus importants qu’annoncés, et ceux-ci peuvent dans certains cas mener à l’arrêt impromptu du boitier d’alimentation. En effet, la consommation moyenne relevée sur plusieurs secondes (la TBP pour « Typical Board Power »), communiquée par le fabricant ou mesurée par la plupart des testeurs, ne permet pas de déduire automatiquement qu’un boitier d’alimentation est capable de soutenir la charge d’une carte graphique actuelle.

Image 5 : Test : KFA2 RTX 2080 Ti HoF, une débauche de luxe et de puissance

Des pics de consommation d’une durée allant de 1 à 10 ms peuvent enclencher le mécanisme d’arrêt d’urgence (OPP, OCP), en particulier sur les alimentations multi-rails, et ce, alors que la consommation moyenne est bien en dessous de la norme. Pour cette carte, nous conseillons donc une alimentation capable de fournir au moins 400 W avec un overclocking modéré et 500 W avec une augmentation de la tension. Le graphique suivant montre l’évolution de la consommation avec une mesure toutes les 20 ms, un intervalle qui sert aussi aux mesures :

Graphiques détaillés de la consommation et de l’intensité

Comme de coutume, nous incluons les graphiques détaillés de la consommation et de l’intensité électrique obtenus grâce à notre oscilloscope. Ils montrent comment la carte réagit sur une période donnée.

Sommaire :

  1. Intro et caractéristiques
  2. La carte en détails
  3. Démontage : PCB et dissipateur
  4. Benchmarks Full HD / QHD
  5. Consommation
  6. Températures, fréquences et overclocking
  7. Ventilation et nuisances sonores
  8. Résumé et conclusion