Accueil » Test » Test Kindle Fire HD : la meilleure tablette d’Amazon

Test Kindle Fire HD : la meilleure tablette d’Amazon

1 : Introduction 2 : Kindle UI : une formule éprouvée 3 : Streaming vidéo & sortie HDMI 4 : Performances CPU et GPU 5 : Performances stockage : Amazon corrige un gros défaut 6 : Quelles performances pour l’écran ? 7 : Autonomie et temps de charge 8 : Performances Wi-Fi : meilleures à longue distance ? 10 : Annexe : débug USB, captures d’écran et root

Conclusion

Le Kindle Fire HD marque une réelle progression à plusieurs niveaux : ergonomie, performances, qualité audio, fidélité des couleurs, connexion réseau ainsi que les avancées propres à Ice Cream Sandwich. Pour faire simple, le Kindle Fire HD est peut être la première tablette qui mérite vraiment le logo d’Amazon.

Il est très (trop) facile de tenir ce genre de raisonnement après coup, mais il nous semble d’une part que le Kindle première génération aurait dû être ce Kindle Fire HD et d’autre part que la sortie du Kindle 2ème génération non-HD ne s’imposait pas. Amazon a certes augmenté la fréquence de son SoC et installé une nouvelle version d’Android, mais le Kindle Fire 2ème génération fait globalement dépassé dès sa sortie : pour 40 euros de moins qu’un Kindle Fire HD ou une Nexus 7, l’espace de stockage est divisé par deux, de même que la résolution et la qualité de l’écran sont inférieurs. De plus, le Kindle Fire 2ème génération est nettement inférieur à la tablette de Google en termes de performances.

Image 1 : Test Kindle Fire HD : la meilleure tablette d'Amazon

C’est précisément les performances qui nous laissent sur notre faim dans la mesure où Amazon a choisi de s’appuyer sur des SoC OMAP quatrième génération certes éprouvés, mais qui ne font pas le poids par rapport à certaines tablettes concurrentes équipées de Tegra 3. Ajoutons à cela que Tegra 4 devrait voir le jour début 2013 si l’on croit ce que l’on entend dire.

Cette critique s’étend au-delà du GPU ou des fonctionnalités graphiques : Amazon améliore la connectivité Wi-Fi du Kindle Fire HD, mais le Kindle Fire 2ème génération n’est pas capable d’atteindre les débits de la Nexus 7. De plus, Amazon n’a presque pas fait évoluer son navigateur Silk : mieux vaut désactiver l’accélération logicielle du chargement des pages via le cloud tant le résultat est discutable.

Pourquoi ne pas tout simplement s’arrêter là et prendre une Nexus 7 ? Après tout, la tablette de Google est la première à laquelle nous avons attribué une distinction.

Le fait est que la distribution des contenus numériques reste un champ de bataille : acheter une Nexus 7 revient à s’enferrer au Google Play store et ses films, journaux, magazines et musique. Amazon fait de même avec ses Kindle Fire et Kindle Fire HD, mais la légitimité du géant américain dans ce secteur est plus évidente que celle de Google à l’heure actuelle. On notera cependant qu’il est impossible d’accéder à Google Play sur une tablette d’Amazon à moins de la rooter et de charger des API Google.

Le marché des tablettes a évolué depuis l’année dernière : les principaux vendeurs de contenus numériques ont saisi son potentiel et se lancent avec enthousiasme dans le hardware. Le fait de vendre des tablettes à bas prix n’est pas un problème pourvu que le retour sur investissement se fasse sur la musique, les films, livres et magazines. Alors que l’on se retrouvait captif d’un écosystème logiciel comme celui d’Apple, Google (ce qui vaut pour n’importe quel appareil sous Android) ou encore HP, on voit maintenant des acteurs comme Amazon créer des niches pour enfermer les utilisateurs dans un réseau distinct, un peu comme un opérateur mobile. Reste à voir si l’on souhaite adhérer à cette pratique.

Au final, le Kindle Fire 2ème génération comme le Kindle Fire HD marque une évolution appréciable par rapport au Kindle Fire 1ère génération pourvu que l’on soit un client régulier d’Amazon, a fortiori aux Etats-Unis vu les possibilités de streaming vidéo « gratuit » pour les abonnés Prime. Dans le cas contraire, mieux vaut se diriger vers la concurrence pour trouver une tablette plus puissante et un environnement logiciel moins restrictif.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Kindle UI : une formule éprouvée
  3. Streaming vidéo & sortie HDMI
  4. Performances CPU et GPU
  5. Performances stockage : Amazon corrige un gros défaut
  6. Quelles performances pour l’écran ?
  7. Autonomie et temps de charge
  8. Performances Wi-Fi : meilleures à longue distance ?
  9. Conclusion
  10. Annexe : débug USB, captures d’écran et root