Accueil » Actualité » Test : la GTX 1080 Ti sous watercooling, un monstre à 2,1 GHz !

Test : la GTX 1080 Ti sous watercooling, un monstre à 2,1 GHz !

1 : Un bon gros watercooling full cuivre

Overclocking, conso, températures, performances

Overclocking et stabilité

Difficile de dire si ce sera bien le cas avec toutes les GTX 1080 Ti du marché, mais notre exemplaire nous a impressionnés : son GPU est monté à 2,1 GHz sans aucun problème !

Image 1 : Test : la GTX 1080 Ti sous watercooling, un monstre à 2,1 GHz !

Pour ce faire, nous avons un peu tout poussé à fond : limite de puissance à 120 % et 100 mV de plus pour le GPU. Nous avons augmenté la fréquence par étape, pour atteindre 190 MHz de plus sur la fréquence de base. La fréquence boost montait alors de manière stable à 2100 MHz dans les jeux, mais aussi dans les tests plus violents.

La stabilité a été testée avec notre boucle de test classique en 4K sous Metro: Last Light, mais aussi sous The Witcher 3, Ghost Recon Wildlands, 3DS Max, NVIDIA Iray, et LuxRender, sans oublier les tests de torture de Furmark pendant 60 minutes.

Image 2 : Test : la GTX 1080 Ti sous watercooling, un monstre à 2,1 GHz !

Dans cette capture d’écran, la limite de puissance de 112 % n’est que passagère. Cette limite affichée variait constamment entre 110 et 120 %.

Fréquences réelles et consommation

Nous utilisons Metro: Last Light, car sur la durée, c’est le jeu qui fait le plus chauffer la carte graphique en moyenne. The Witcher 3 peut monter plus haut en demande pour le GPU, mais trop ponctuellement. En fonction de la charge appliquée au GPU, sa fréquence boost variait un peu lors de nos test, comme vous pouvez le voir ici-bas. Le GPU était la plupart du temps à 2101 MHz, mais pouvait descendre parfois à 2088 MHz en jeu, et très ponctuellement à 2000 MHz.

Image 3 : Test : la GTX 1080 Ti sous watercooling, un monstre à 2,1 GHz !

En pratique, la limite des 120 % n’est jamais atteinte dans nos tests. La carte atteint parfois 119 % dans nos logs, mais de manière très ponctuelle. La plupart du temps, elle tourne autour d’une moyenne de 114-115 %. Notre mesure de consommation est d’ailleurs similaire : 287 W en moyenne.

Image 4 : Test : la GTX 1080 Ti sous watercooling, un monstre à 2,1 GHz !

Performances et efficacité

Pour les tests de performances, utilisons The Witcher 3 et son très beau moteur graphique. Après quelques essais, nous avons constaté qu’un taux d’images par seconde plus élevé en QHD permettait à la carte d’avoir une charge plus forte et constante sur le GPU. Nous avons donc privilégié cette définition par rapport à la définition 4K pour avoir des résultats d’efficacité (rendement puissance/W) plus fiables.

Nous avons mesuré les performances par incréments de 100 MHz en fréquence boost. Pour les fréquences les moins élevées, nous avons également diminué au maximum la limite de consommation de la carte sous les 100 % pour qu’elle réduise la tension du GPU (en restant stable évidemment).

Image 5 : Test : la GTX 1080 Ti sous watercooling, un monstre à 2,1 GHz !

Alors que la consommation de la carte augmente de manière quasi-linéaire, ce n’est pas le cas pour ses performances, avec un gain qui se réduit peu à peu avec la fréquence, surtout pour le nombre minimal d’images par seconde, ce qui est assez surprenant.

De 1400 MHz à 2100 MHz, nous gagnons tout de même environ 17 ips sur la moyenne, et 13 ips sur le minimum. Dommage, nous n’avions pas de TITAN X pour comparer l’efficacité de la monté en fréquence avec la GTX 1080 Ti.

Températures et mesures infra-rouge

Ces fréquences de Boost très élevées nécessitent des températures GPU dans les 40°C, et le seul moyen d’y parvenir, c’est d’utiliser un circuit ouvert de watercooling bien puissant. Notre installation offrait un écart de température de seulement 7°C entre le GPU et l’eau du watercooling sortant du waterblock. Nous n’avons pas installé la plaque arrière d’Aquacomputer, notamment pour faire nos mesures.

Image 6 : Test : la GTX 1080 Ti sous watercooling, un monstre à 2,1 GHz !

Pas plus de 44°C, c’est plutôt jouissif !

Températures maximales
Capteur GPU
44°C (GPU-Z)
Socket GPU
43,7 °C (caméra infra-rouge)
Eau en entrée
28,2°C (capteur intégré)
Eau en sortie
36,7°C (capteur intégré)
VRM (max)
55,6°C (caméra infra-rouge)
VRAM (max)
52,3°C (caméra infra-rouge)
Température ambiante
22,1°C (caméra infra-rouge)

Voilà de quoi illustrer les énormes performances de refroidissement du waterblock en cuivre de notre carte graphique :

Image 7 : Test : la GTX 1080 Ti sous watercooling, un monstre à 2,1 GHz !

Pour rappel, voici les températures classiques de la carte avec son refroidissement à air :

Image 8 : Test : la GTX 1080 Ti sous watercooling, un monstre à 2,1 GHz !

Conclusion

Il est désormais clair que, tout comme la TITAN X, la GeForce GTX 1080 Ti est un véritable monstre lorsqu’on lui supprime ses contraintes thermiques. Avec un refroidissement à air, il sera difficile de dépasser de manière stable les 1,9 GHz, mais sous eau, c’est la limite de puissance de la carte qui reste comme seul obstacle. Les passionnés qui souhaitent acheter une GTX 1080 Ti devraient envisager cette solution pour profiter du véritable potentiel de la carte.

Image 9 : Test : la GTX 1080 Ti sous watercooling, un monstre à 2,1 GHz !

Il est possible que certaines cartes de fabricants partenaires relèvent la limite de puissance de leur 1080 Ti, ce qui pourrait nous réserver encore quelques surprises sous watercooling !

Image 11 : Test : la GTX 1080 Ti sous watercooling, un monstre à 2,1 GHz !

GeForce GTX 1080 Ti

824€ > Amazon

Image 11 : Test : la GTX 1080 Ti sous watercooling, un monstre à 2,1 GHz !

Aquacomputer kryographics TITAN X

101€ > AquaTuning

Sommaire :

  1. Un bon gros watercooling full cuivre
  2. Overclocking, conso, températures, performances