Accueil » Test » Test : les GeForce GTX 1050 et GTX 1050 Ti à la conquête de l’entrée de gamme

Test : les GeForce GTX 1050 et GTX 1050 Ti à la conquête de l’entrée de gamme

1 : À la découverte des GeForce GTX 1050 et GTX 1050 Ti 3 : Notre méthode de test des GeForce GTX 1050/Ti 4 : Ashes of the Singularity, BF1, Doom, & GTA V 5 : Project CARS, StarCraft 2, The Witcher 3, and World of Warcraft 6 : Mesures de consommation 7 : Températures, fréquences et tensions 8 : Conclusion

La GeForce GTX 1050 Ti Gaming X 4 Go en détails

Image 1 : Test : les GeForce GTX 1050 et GTX 1050 Ti à la conquête de l'entrée de gamme

Nvidia ayant renoncé à présenter un design de référence pour la GeForce GTX 1050 (Ti), nous avons dû aller à la pêche aux exemplaires de test. Nos tests de performance seront réalisés sur une GeForce GTX 1050 Ti 4G OC et une GeForce GTX 1050 2G OC de MSI. Pour nos mesures de consommation, de températures et de bruit, nous avons pris la GeForce GTX 1050 Ti Gaming X 4 Go, toujours de MSI.

Cette situation a ses avantages : nous testons des cartes que des joueurs vont vraiment acheter, et pas un modèle théorique réservés à la presse ou presque. Mais en contrepartie, nos mesures ne sont valables pour une implémentation spécifique et pas forcément représentative des autres modèles. 

En l’espèce, la GeForce GTX 1050 Ti Gaming X 4 Go représente la crème de la crème des GeForce GTX 1050 Ti. La plupart des cartes vendues seront bien moins chères que ce modèle. Avec cette carte de MSI, on a donc affaire au maximum de ce que l’on peut tirer d’une puce GP107.

Construction déjà vue, mais solide

Le couvercle du dissipateur est constitué comme sur les modèles supérieurs d’une coque en plastique noir et rouge relativement fine qui cache le système de refroidissement autoporté. La carte pèse 526 grammes, à mettre principalement sur le compte de son radiateur.

La carte a des dimensions standards à ce niveau de performance : 22,9 cm de long, 12,5 cm de haut pour 3,5 cm d’épaisseur. Elle occupe donc deux slots sur la carte mère. Les pales des deux ventilateurs sont montées sur un double roulement à billes et mesurent 8,7 cm de diamètre. L’espace pour leur rotation compris, on a donc deux ventilateurs de 9 cm.

Image 2 : Test : les GeForce GTX 1050 et GTX 1050 Ti à la conquête de l'entrée de gamme

Image 3 : Test : les GeForce GTX 1050 et GTX 1050 Ti à la conquête de l'entrée de gamme

La face arrière de la platine ne possède pas de plaque arrière. MSI a bien fait, car on n’en a pas besoin pour la stabilisation de la carte ou son refroidissement, comme nos résultats vont le montrer. C’est donc autant d’économisé.  

Le dessous de la carte révèle une boucle du caloduc nickelé de 8 mm d’épaisseur en métaux composites qui évacue la chaleur vers les deux extrémités de la carte en formant un S.

Image 4 : Test : les GeForce GTX 1050 et GTX 1050 Ti à la conquête de l'entrée de gamme

Le dessus de la carte porte une inscription MSI rétroéclairée. On retrouve l’autre courbe du caloduc en forme de S et un connecteur d’alimentation PCIe orienté à 180° à l’extrémité de la carte. Nous verrons plus tard si ce connecteur est vraiment utile.

Image 5 : Test : les GeForce GTX 1050 et GTX 1050 Ti à la conquête de l'entrée de gamme

L’extrémité arrière de la carte est complètement ouverte et révèle des lamelles à l’horizontale qui dirigent le flux d’air chaud vers les extrémités de la carte. Cette solution est plutôt pratique car elle permet l’évacuation d’une partie non négligeable de la chaleur directement hors du boitier à travers les ouvertures de l’équerre PCI.

Image 6 : Test : les GeForce GTX 1050 et GTX 1050 Ti à la conquête de l'entrée de gamme

L’équerre PCI possède trois sorties, qui peuvent être utilisées simultanément. Outre une sortie DVI Dual-Link (uniquement numérique), on retrouve un port HDMI 2.0 et d’une sortie DisplayPort 1.4.

Image 7 : Test : les GeForce GTX 1050 et GTX 1050 Ti à la conquête de l'entrée de gamme

Le reste de l’équerre est pourvu de trous d’aération. Comme toutes les sorties sont réunies sur une même ligne, laissant la place aux ouvertures d’aération, l’extraction de l’air chaud directement hors du boitier fonctionne assez bien.

Un ventirad surdimensionné

Le bloc de refroidissement est ici nettement plus modeste que sur la GeForce GTX 1060 Gaming X 6G ou 3G. Il faut dire aussi que la carte chauffe nettement moins. Plutôt que du cuivre nickelé, on a donc recours à de l’aluminium sur lequel est posé directement le radiateur avec ses ailettes à l’horizontale. Cette solution demeure cependant, à ce niveau de performance, particulièrement soignée.

Image 8 : Test : les GeForce GTX 1050 et GTX 1050 Ti à la conquête de l'entrée de gamme

L’unique caloduc de 8 mm de diamètre est fondu dans la masse du bloc de refroidissement. Il repose directement sur le GPU selon le principe direct heat touch (DHT pour les intimes). C’est une bonne solution, particulièrement sur des puces de dimension réduite qui dégagent peu de chaleur. 

Les deux puces de GDDR5 au-dessus du GPU sont refroidies par le radiateur grâce à deux pads thermiques, mais les deux autres puces mémoire ainsi que les convertisseurs de tension ne sont eux refroidis que par le souffle du ventilateur à leur surface.

PCB et composants : du grand classique

Le circuit imprimé semble un peu vide, mais les composants sont bien ordonnés. On voit clairement qu’une carte plus courte aurait été facilement réalisable.

Image 9 : Test : les GeForce GTX 1050 et GTX 1050 Ti à la conquête de l'entrée de gamme

Les trois convertisseurs de tension GPU sont pilotés par un contrôleur uP9509 de chez UPI Semiconductor Corp. Ces MOSFET à double canal N sont de type M3816 et embarquent convertisseurs de tension de haut et bas étage, drivers et diodes de Schottky. Ça économise de la place sur le PCB et c’est aussi moins cher.

Image 10 : Test : les GeForce GTX 1050 et GTX 1050 Ti à la conquête de l'entrée de gammeImage 11 : Test : les GeForce GTX 1050 et GTX 1050 Ti à la conquête de l'entrée de gamme

Le contrôleur de tension mémoire est un petit uP1537 de chez uPI Semiconductor Corp. Il régit un couple de MOSFET avec un  M3116 pour le haut étage et un M3106 pour le bas étage. Les drivers et diodes de Schottky sont aussi intégrés aux convertisseurs. 

Image 12 : Test : les GeForce GTX 1050 et GTX 1050 Ti à la conquête de l'entrée de gammeImage 13 : Test : les GeForce GTX 1050 et GTX 1050 Ti à la conquête de l'entrée de gamme

Le monitoring du courant n’est cette fois pas assuré par une puce INA1221 mais par une solution maison. MSI utilise les mêmes bobines depuis des années, des composants milieu de gamme relativement bien encapsulés. Dans tous les cas, ils sont meilleurs que les bobines Magic de chez Foxconn, même s’il faut les assembler manuellement.

Image 14 : Test : les GeForce GTX 1050 et GTX 1050 Ti à la conquête de l'entrée de gammeImage 15 : Test : les GeForce GTX 1050 et GTX 1050 Ti à la conquête de l'entrée de gamme

La GeForce GTX 1050 Ti possède 4 Go de mémoire et utilise quatre modules Samsung K4G80325FB-HC25 d’une capacité de huit gigabits (32 x 256 Mbits) qui supportent une tension allant de 1,305 à 1,597 Volt. Un overclocking de ces dernières est envisageable si on veille à ne pas dépasser une température de 85°C.

Sommaire :

  1. À la découverte des GeForce GTX 1050 et GTX 1050 Ti
  2. La GeForce GTX 1050 Ti Gaming X 4 Go en détails
  3. Notre méthode de test des GeForce GTX 1050/Ti
  4. Ashes of the Singularity, BF1, Doom, & GTA V
  5. Project CARS, StarCraft 2, The Witcher 3, and World of Warcraft
  6. Mesures de consommation
  7. Températures, fréquences et tensions
  8. Conclusion