Accueil » Test » Test Microsoft HoloLens : encore limité, mais déjà révolutionnaire » Page 3

Test Microsoft HoloLens : encore limité, mais déjà révolutionnaire

1 : Éclaircissons le mystère HoloLens 2 : Élargissez ce champ de vision !

Conclusion : vivement la version 2 !

Image 1 : Test Microsoft HoloLens : encore limité, mais déjà révolutionnaire

Une heure d’essai n’est évidemment pas assez pour se faire une idée complète du potentiel du casque HoloLens, mais nous devrons nous en contenter pour le moment. Les premières impressions sont tout de même diablement positives. Microsoft tient là un produit qui, malgré sa ressemblance, ne souffre pas des défauts de casques de réalité virtuelle :il ne donne pas la nausée, il ne choque pas par sa faible résolution, il n’est pas dépendant d’un PC hôte. L’étude ergonomique est également excellente et le HoloLens reste étonnamment léger (579 g, comme nous l’ont répété à l’envi nos hôtes chez Microsoft).

Les usages possibles sont très vastes. Les premiers industriels à avoir sauté le pas l’utilisent pour visualiser des modèles 3D pour faciliter la conception, pour former des techniciens avant une intervention sur un équipement, voire pour les aider au cours de l’intervention. Un cuisiniste américain l’a même installé dans ses magasins pour permettre aux clients de visualiser leur future cuisine avant achat.

Un prototype avancé, pas encore un produit fini

Difficile, alors, de ne pas être enthousiaste. Toutefois, HoloLens dans sa version actuelle n’est pas sans défaut. Citons d’abord son prix, 3300 euros, qui le met hors de portée de tous sauf les développeurs et entreprises intéressés. Parlons ensuite de sa puissance interne. Un processeur Atom Cherry Trail et 2 Go de RAM ne seront jamais suffisants pour une utilisation intensive. Si Microsoft veut vraiment faire de HoloLens un ordinateur d’usage répandu, il devra lui donner les moyens d’exécuter des applications sérieuses. Mais ces deux défauts sont faciles à corriger via une production à plus grande échelle et grâce au secours de la loi de Moore encore vaillante. Reste le principal défaut, qui sera sans doute le plus complexe à éradiquer : le champ de vision des hologrammes. Il est bien trop étroit pour que Microsoft puisse espérer convaincre le grand public.

En l’état, HoloLens est donc une belle démonstration technique pleine de promesses. Espérons qu’il se transforme en produit mature rapidement. Vivement la version 2 !

Sommaire :

  1. Éclaircissons le mystère HoloLens
  2. Élargissez ce champ de vision !
  3. Conclusion : vivement la version 2 !