Accueil » Test » Test : MSI RTX 2060 Gaming Z, une carte graphique sous stéroïdes !

Test : MSI RTX 2060 Gaming Z, une carte graphique sous stéroïdes !

Généreuse en MHz, discrète, mais très chère.

1 : Intro et caractéristiques 2 : La carte en détail 3 : Démontage : PCB et dissipateur 4 : Benchmarks Full HD / QHD 6 : Températures, fréquences et overclocking 7 : Ventilation et bruit 8 : Résumé et conclusion

Consommation

La consommation au repos de 9 W est similaire à celle de la Founders Edition. En jeu et en test de torture, la carte consomme presque 200 W, soit plus que le Power Limit par défaut fixé dans le BIOS. En poussant la carte dans ses derniers retranchements, on obtient au maximum 210 W, malgré le Power Limit fixé à 200 W. Ce modèle est donc l’un des rares à consommer au final plus que le Power Limit, de l’ordre de 5 %.

Image 1 : Test : MSI RTX 2060 Gaming Z, une carte graphique sous stéroïdes !

L’image suivante montre les limites de consommation fixées par MSI dans le logiciel propriétaire : 

Image 2 : Test : MSI RTX 2060 Gaming Z, une carte graphique sous stéroïdes !

Les tensions sont tout à fait normales, et en overclocking, c’est la consommation maximale qui limite la carte, pas sa tension. Certains déploreront que Nvidia ne laisse pas de marge de manœuvre supplémentaire, d’autres se féliciteront qu’il est ainsi presque impossible d’endommager le GPU. 

Image 3 : Test : MSI RTX 2060 Gaming Z, une carte graphique sous stéroïdes !

La répartition de la charge entre les différentes entrées d’alimentation est bien gérée, puisque le slot de la carte mère n’est jamais sollicité à plus de 5,5 A, la limite préconisée. Comme la carte ne possède qu’un connecteur d’alimentation ATX externe, la fente de la carte mère est néanmoins plus sollicitée que sur d’autres modèles.

Image 4 : Test : MSI RTX 2060 Gaming Z, une carte graphique sous stéroïdes !

Mesure des pics de consommation

Comme nous l’expliquions dans l’article « Carte graphique vs. boitier d’alimentation – les pics de consommation sont-ils dangereux ? »,lorsque l’on mesure la consommation d’une carte au millième de seconde, on observe des pics bien plus importants qu’annoncés, et ceux-ci peuvent dans certains cas mener à l’arrêt impromptu du boitier d’alimentation. En effet, la consommation moyenne relevée sur plusieurs secondes (la TBP pour « Typical Board Power »), communiquée par le fabricant ou mesurée par la plupart des testeurs, ne permet pas de déduire automatiquement qu’un boitier d’alimentation est capable de soutenir la charge d’une carte graphique actuelle.

Image 5 : Test : MSI RTX 2060 Gaming Z, une carte graphique sous stéroïdes !

Des pics de consommation d’une durée allant de 1 à 10 ms peuvent en effet enclencher le mécanisme d’arrêt d’urgence (OPP, OCP), en particulier sur les alimentations multi-rails, et ce, alors que la consommation moyenne est bien en dessous de la norme. Pour la MSI RTX 2060 Gaming Z, je conseille donc une alimentation capable de fournir au moins 250 W au GPU. Le graphique suivant montre l’évolution de la consommation avec une mesure toutes les 20 ms, un intervalle qui sert aussi aux mesures :

Graphiques détaillés de la consommation et de l’intensité

Comme de coutume, nous incluons les graphiques détaillés de la consommation et de l’intensité électrique obtenus grâce à notre oscillographe. Ils montrent comment la carte réagit sur une période donnée.

Sommaire :

  1. Intro et caractéristiques
  2. La carte en détail
  3. Démontage : PCB et dissipateur
  4. Benchmarks Full HD / QHD
  5. Consommation
  6. Températures, fréquences et overclocking
  7. Ventilation et bruit
  8. Résumé et conclusion