Accueil » Test » Test : MSI Trident 3, aussi petit et plus puissant qu’une PS4 Pro

Test : MSI Trident 3, aussi petit et plus puissant qu’une PS4 Pro

1 : MSI Trident 3 : découverte 2 : Design intérieur modulaire et évolutif 3 : Performances en jeux 5 : Verdict

Overclocking, silence et refroidissement

Overclocking virtuel

Rappelons que le processeur de notre configuration de test est un Core i7 7700, non taillé pour l’overclocking. MSI a par ailleurs choisi un chipset Intel H110, non taillé pour l’overclocking. Et installé un système de refroidissement compact, non taillé pour l’overclocking.

Image 1 : Test : MSI Trident 3, aussi petit et plus puissant qu'une PS4 ProReste la carte graphique. Les GeForce GTX 1060 sont plutôt dociles. Un petit tour par NVInspector révèle que MSI n’a pas bloqué la carte du Trident 3 et que l’on peut modifier à loisir les fréquences du GPU, de la mémoire aussi bien que les limites de consommation et de température.

Malheureusement, nous ne sommes pas parvenus à trouver un réglage stable au-delà de 5 MHz supplémentaires sur le GPU. Autant dire que l’exercice est totalement futile.

Températures limites

Image 2 : Test : MSI Trident 3, aussi petit et plus puissant qu'une PS4 Pro

Un PC aussi compact peut-il refroidir correctement ses composants ? En jeu la réponse est un grand oui, mais…

Lorsqu’on passe en mode torture pour vérifier la tenue des dissipateurs dans le pire des cas, là encore, pas de grosse frayeur. Le GPU est maintenu à 80 °C, la limite de température imposée dans les pilotes. Le CPU, lui est laissé libre de monter jusqu’à 97 °C. C’est très près de la température maximum à partir de laquelle ce genre de puces se protège en abaissant sa fréquence, mais nous n’avons rencontré aucun cas de throttling en usage normal.

En revanche, nous avons constaté du throttling dans quelques très furtives occasions, qui ressemblent plus à une erreur de gestion des ventilateurs ou des fréquences Turbo du CPU. Par exemple, dans 3D Mark Time Spy, lorsque le logiciel passe du test graphique numéro 2 au test physique, le processeur monte soudain à 99 °C ce qui provoque un emballement du ventilateur CPU quelques secondes avant que tout ne revienne à la normale. Or le test physique a ceci de particulier qu’il s’agit surtout d’un test CPU. Soudainement, donc, le système se retrouve avec un GPU libéré de calcul mais un CPU à fond et il laisse le CPU monter un peu trop haut. Et pourtant, une session de torture dans une application purement CPU, comme Cinebench ou Prime95 ne suffit pas à déclencher ce comportement.

Silence au rendez-vous, sauf…

Image 3 : Test : MSI Trident 3, aussi petit et plus puissant qu'une PS4 Pro

Au repos, le MSI Trident est parfaitement discret. Dans une pièce très silencieuse (28 dBA) on entend son léger souffle, mais avec 30,1 dBA mesuré à 30 cm de la face avant il faudrait vraiment être exigeant pour trouver cela dérangeant. En jeu, le sonomètre monte à environ 36 dBA. Là encore, c’est un excellent résultat, très proche de celui obtenu par le Zbox Magnus EN1070 de Zotac.

La similitude entre les deux machines ne s’arrêtent pas là, puisqu’en torture sous Furmark et Prime95, le Trident 3 pousse jusqu’à 40 dBA, quand le Zbox atteignait 39,9 dBA. Ex-aequo, les deux mini-PC sont très satisfaisants sur le chapitre bruit.

Le MSI Trident pêche cependant par sa gestion des ventilateurs. Lors des transitions entre charge mixte CPU+GPU et charge CPU seule, lorsque se manifeste le phénomène de throttling, le ventilateur CPU se met à tourner à fond et produit alors 54,4 dBA. Heureusement, ces épisodes ne durent que quelques secondes et devraient disparaître à l’occasion d’une mise à jour du BIOS.

Sommaire :

  1. MSI Trident 3 : découverte
  2. Design intérieur modulaire et évolutif
  3. Performances en jeux
  4. Overclocking, silence et refroidissement
  5. Verdict