Accueil » Test » Test : NVIDIA Shield TV 3.2, profiter de Plex et jouer à tout-va !

Test : NVIDIA Shield TV 3.2, profiter de Plex et jouer à tout-va !

1 : Plex, la solution multimédia ultime ? 3 : Verdict

Mille et une manières de jouer sur la Shield

Image 1 : Test : NVIDIA Shield TV 3.2, profiter de Plex et jouer à tout-va !

La Shield TV n’est pas seulement un lecteur multimédia, c’est aussi et surtout une console de jeu. Une console bien particulière, puisqu’elle permet de jouer de nombreuses manières différentes. Voici un inventaire complet de toutes les possibilités de la Shield en matière de jeux vidéo, avec notre jugement sur chaque méthode de jeu :

Jouer sur la Shield TV

Quelques benchmarks d’abord

Image 2 : Test : NVIDIA Shield TV 3.2, profiter de Plex et jouer à tout-va !
Image 3 : Test : NVIDIA Shield TV 3.2, profiter de Plex et jouer à tout-va !

Il ne fait aucun doute que la Shield TV et son processeur Tegra X1 est l’appareil Android sur processeur ARM le plus puissant du moment… en 3D seulement. Car ses coeurs A57 et A53 sont déjà surpassés par ceux du processeur HiSilicon Kirin 955 du smartphone Huawei P9, particulièrement performant.

Image 4 : Test : NVIDIA Shield TV 3.2, profiter de Plex et jouer à tout-va !

En revanche, il n’est pas question de throttling (ralentissement du processeur en cas de surchauffe). Et pour cause, la console est équipée d’un refroidissement actif : son ventilateur s’active en cas de chauffe. Rassurez-vous, il est virtuellement inaudible : il faut vraiment coller l’oreille à la console pour l’entendre. Seul bémol : avec le temps, cette ventilation va s’encrasser de poussière… Attention, la console consomme environ 4 W en veille, ce qui est un peu trop, selon nous.

Image 5 : Test : NVIDIA Shield TV 3.2, profiter de Plex et jouer à tout-va !
Image 6 : Test : NVIDIA Shield TV 3.2, profiter de Plex et jouer à tout-va !

Les jeux Android classiques

C’est clairement l’exercice le plus simple pour la Shield TV. Le processeur Tegra X1 fera tourner tous les jeux sans aucun problème, à 60 images par seconde, si le jeu peut monter à cette cadence (beaucoup de jeux Android sont limités artificiellement à 30 ips). Pour la définition, la console va gérer sans aucun problème le Full HD, sauf si le jeu est encore limité en 720 de ce côté (c’est rare). Nous n’avons, en revanche, pas pu tester de jeux 3D en 4K.

Image 7 : Test : NVIDIA Shield TV 3.2, profiter de Plex et jouer à tout-va !

Les émulateurs

La question est plus épineuse, mais la Shield TV peut profiter des émulateurs portés sur son système d’exploitation Android TV. Ils sont disponibles sur le Play Store de Google, beaucoup sont toutefois payants. Nous ne les avons pas testés, mais ils sont bien présents pour faire tourner des jeux PlayStation (FPSE, ePSXe), Nintendo GameBoy, SNES, Neo Geo, etc. Même le fameux multi-émulateur RetroArch est bien de la partie, et gratuit ! Notez qu’on peut aussi brancher une manette PlayStation sur cette console, moyennant l’installation d’un logiciel… d’émulation.

Les jeux spéciaux Shield Hub

C’est déjà plus compliqué, mais certains jeux Shield Hub sont une petite prouesse pour la console Shield TV. Ce sont des portages de jeux PC, aux graphismes bien supérieurs et à l’environnement bien plus vaste que les jeux Android classiques. Doom 3, Borderlands, Borderlands 2, Resident Evil 5… Attention, ce dernier souffre de bugs (force close).

Borderlands 2 Shield TV

Ils sont impressionnants et sont les seuls à vraiment pousser la Shield TV dans ses retranchements, provoquant l’activation de son ventilateur. Difficile d’offrir 60 ips constants cependant. Ça reste jouable, mais pas au niveau d’une expérience PC. On regrette que la console ne puisse pas se configurer sur une sortie à 30 Hz pour offrir 30 ips constant dans ces jeux, plutôt que 60 ips parsemées de petites saccades trop fréquentes. Attention aussi, chacun de ces jeux nécessite environ 5 Go de stockage : il faudra se munir d’un stockage supplémentaire (rapide de préférence, USB 3.0 ou microSD Classe 10), ou acheter la Shield TV 500 Go (un disque hybride SSHD pour ne rien gâcher).

Le streaming depuis un PC : GameStream

Image 8 : Test : NVIDIA Shield TV 3.2, profiter de Plex et jouer à tout-va !

GameStream permet de jouer aux jeux de son puissant PC gaming (muni d’une GeForce) sur la console Shield TV. C’est du streaming qui fonctionne à merveille à condition d’avoir un réseau local correct. C’est très simple à utiliser et ça marche parfaitement (latence imperceptible), mais nécessite la création d’un compte auprès de NVIDIA. Il est ainsi possible de profiter de toute la puissance de la carte graphique de son PC, sans aucune perte. Seul bémol : on perd les vibrations sur le gamepad de la Shield (ce qui est aussi le cas pour toutes les autres solutions de streaming similaires).

Le cloud gaming : GeForce Now

GeForce Now, c’est un peu le NetFlix des jeux vidéo par NVIDIA. Le système fonctionne aussi de la plus simple des manières, et pourrait bien nous faire craquer : jouer à de gros jeux sur une plateforme qui ne consomme qu’une dizaine de Watts dans cette discipline, c’est très tentant. À condition d’avoir une grosse, voire très grosse, connexion (fibre), il est possible de jouer en Full HD à 60 images par seconde.

Image 9 : Test : NVIDIA Shield TV 3.2, profiter de Plex et jouer à tout-va !

Seulement voilà, la puissance GPU offerte pour chaque utilisateur n’est pas à la hauteur de nos espérances : seulement l’équivalent d’une GeForce GTX 960, nous a-t-on expliqué ! Et ça se ressent sur les très beaux jeux : The Witcher 3, par exemple, qui rame beaucoup si on pousse les options graphiques (ce qu’IL est parfaitement possible de faire à distance). NVIDIA explique avoir réglé aux petits oignons les options graphiques de chaque jeu. Ironie du sort, dans The Witcher 3, l’option HairWorks, exclusive NVIDIA, est… désactivée ! Il est possible de l’activer sans trop perdre en fluidité, mais comprenez notre légère frustration !

Pour GeForce Now, nous serions donc prêts à sauter le pas : s’y abonner. Mais seulement à condition d’avoir la garantie que tous les jeux y tourneront avec toutes leurs options graphiques au maximum.

Sommaire :

  1. Plex, la solution multimédia ultime ?
  2. Mille et une manières de jouer sur la Shield
  3. Verdict