Accueil » Test » Test : overclocking du Ryzen 7 2700X sous azote liquide ! » Page 4

Test : overclocking du Ryzen 7 2700X sous azote liquide !

1 : Intro et config de test 2 : Carte mère de test, et étage d'alimentation 3 : Préparation du matériel 5 : Scaling de fréquence à 20°C 6 : Scaling de fréquence sous azote liquide 7 : Ponçage du CPU 8 : Bonus photos 9 : Conclusion

Réglage du BIOS en overclocking

Le BIOS utilisé, E7B77AMS.111O2, était le dernier en date lorsque nous avons commencé nos essais. Nous utilisons généralement le BIOS disponible publiquement afin de vous permettre de reproduire nos résultats, mais cette fois, nous avons conservé ce BIOS extrême afin de tester le LN2 Mode. La seule différence notable, à notre connaissance, est la présence de ce mode LN2 que nous n’avons finalement pas utilisé puisque peu nécessaire.

Pour ceux d’entre vous qui disposent de carte mère X470 d’un autre fabriquant, les informations fournies vous donneront un bon point de départ : le principe reste similaire, même si les noms des options peuvent changer.
Image 1 : Test : overclocking du Ryzen 7 2700X sous azote liquide !
  • CPU Ratio : Il s’agit du multiplicateur utilisé pour le calcul de la fréquence du processeur. Augmentez celui-ci pour overclocker votre CPU. Attention, sur la plupart des cartes mères lorsqu’il n’est pas réglé sur Auto, l’XFR/turbo se désactive : le processeur passe automatiquement en mode overclocking et les économies d’énergie sont désactivées. Il est ajustable par palier de 0,25x. Pour nos tests en air, nous l’avons définit sur 40.00 afin que tous les processeurs puissent démarrer. Nous augmentons ensuite le coefficient depuis le système d’exploitation. 
  • Downcore control : Il permet de désactiver des cœurs de votre processeur. Sauf cas particulier, cela n’est pas nécessaire.
  • Performance Regulator : Il permet d’améliorer l’efficacité du processeur et donc le score de celui-ci dans certains benchmarks. Une option indispensable pour un overclocker. 
  • CPU Base Clock : Il s’agissait d’une option très importante sur les cartes mères pour processeur Ryzen à leur sortie. Depuis, AMD à grandement amélioré les choses et a débloqué de nombreux paramètres mémoire. L’overclocking par BCLK n’est donc plus nécessaire, sauf si vous ne voulez pas modifier le ratio du CPU.
  • A-XMP : Pour la plupart des tests nous l’avons définit sur le profil 2 qui règle automatiquement nos barrettes de G.skill flare X à 2933 MHz 14-14-14-34. Pour certains tests sous azote, la RAM a été réglée manuellement, nous en reparlerons.
  • DRAM Frequency : Ici nous l’avons laissé en automatique puisque l’A-XMP s’est occupé de régler la fréquence de la mémoire.
  • Memory Try It ! : Si vous avez des difficultés pour overclocker votre RAM, vous pouvez essayer certains des modes proposés afin de voir si ceux-ci vous permettent d’améliorer les choses.  
  • Memory Retry Count : Lorsque l’on commence à trifouiller cette option ce n’est généralement jamais très bon. Il s’agit du nombre de fois que la carte mère va essayer de démarrer avant de considérer qu’elle n’y arrivera pas. Si vous mettez 1, après une tentative elle vous indiquera « overclocking failed ». 
  • Advanced DRAM Configuration : Si vous avez quelques jours devant vous, c’est l’endroit ou il faut vous rendre. Cela ne sera pas simple, peaufiner vos timings permettra une nette augmentation de vos scores (voir notre étude des timings sur Ryzen 2000)
Image 2 : Test : overclocking du Ryzen 7 2700X sous azote liquide !
Voici un exemple de tension pour l’overclocking en ambiant/extrême.
  • CPU Core Voltage : à 1,35 V sur notre exemple. Il peut être monté à 1.7 V voire plus sans soucis lorsque le godet est à -196°C. Lors de nos premiers tests, nous commencions à 1,5 V dans le BIOS et montions sous OS, mais avec un peu d’expérience,  nous avons déterminé qu’il était plus simple, et non dommageable, de démarrer directement à la valeur souhaitée.
  • CPU NB/Soc Voltage : En air, nous n’avons pas rencontré de difficulté avec seulement 1.05 V. Ce réglage permet notamment de stabiliser la RAM. Evitez de dépasser 1,2 V, et surtout attention, si vous utilisez un APU la tension de la partie graphique et liée à ce réglage. Sous froid, avec la RAM très fortement overclockée, le passage de 1,25 à 1,3 V nous a permis de suffisamment la stabiliser pour passer des tests qui échouaient auparavant. 
  • DRAM Voltage : Sur nos barrettes mémoire, 1,35 V était suffisant pour 3200 MHz en 14-14-14. Une fois la RAM fortement overclockée nous avons poussé celui-ci à plus de 1,8 V pour 3800 MHz en 12-11-11.
  • CPU 1P8 Voltage : En air nous l’avons verrouillé à 1,8 V, mais sous froid celui-ci permet de stabiliser le processeur et surtout de tenir des températures plus faibles sans coupure. De 2,1 V pour la plupart de nos processeurs sous azote liquide, nous l’avons augmenté jusqu’à 2,3 V pour le plus pénible d’entre eux.
A titre indicatif UNIQUEMENT, voici une gamme de tensions issue d’un guide dédié aux overclockers. 

Image 3 : Test : overclocking du Ryzen 7 2700X sous azote liquide !
Passons au menu DigitALL Power, notre favoris.

Image 4 : Test : overclocking du Ryzen 7 2700X sous azote liquide !

Nous rappelons que le LLC permet de stabiliser la tension d’alimentation lorsque la charge s’amplifie. Quand  le processeur est au repos, il consomme peu d’énergie et donc les 1,35 V demandés seront facilement atteints. Une fois le test démarré le processeur est d’avantage sollicité et la tension va baisser légèrement (à 1,3 V par exemple). Si le test est très lourd, elle peut même tomber d’avantage. Évidemment pour la stabilité du système, cela n’est pas bon. Les cartes possèdent donc parfois une fonction appelée Load-Line Calibration. Une fois activée, le LLC va augmenter artificiellement la tension d’alimentation en charge pour limiter cet effet.
  • CPU Loadline Calibration Control : Le LLC est un paramètre important, nous y reviendrons dans les pages de ce dossier. Mais vous savez déjà que notre réglage idéal est en mode 3. Nous avions, comme à notre habitude, commencé un graphique pour déterminer le meilleur niveau, mais dans la mesure où la petite illustration à droite dans le BIOS est fiable, nous vous conseillons de vous y reporter. Avec le mode 3 la tension était parfaitement stable.  
  • CPU Over/Under Voltage Protection : Les OVP et UVP protègent le système des surtensions et des sous-tensions. Nous cherchons principalement la stabilité, une valeur plus importante offre une meilleure marge de manœuvre.
  • CPU Over Current Protection : L’OCP protège le système des sur-courants, le mode [Enhanced] permet de pousser le système d’avantage avant que la protection ne soit enclenchée.
  • CPU Switching Frequency : La fréquence de fonctionnement des étages d’alimentation, plus elle sera élevée et plus le système aura une alimentation stable, au détriment de la température de ceux-ci. Si vos VRM ont tendance à chauffer, essayez de mettre ce paramètre au minimum et de voir si la stabilité est toujours assurée. 
  • CPU VRM Over Température Protection : Les étages d’alimentation sont parfois mis à rude épreuve, mais sur cette carte mère, les étages d’alimentation sont suffisamment solides pour ne pas vous en inquiéter. Pour ce réglage [110 °C] nous a semblé une valeur suffisamment élevée, mais raisonnable pour ne pas risquer d’endommager de notre matériel.
  • Les autres réglages sont identiques mais pour le northbridge (NB) intégré au CPU. Les noms varient en fonction des cartes mères et fabricants. 
  • VR 12VIN OCP Expander : Repousse la limite de consommation maximale autorisée. Avec une valeur trop faible, la consommation maximale sera réduite en impactant les performances. Une fois activé, le processeur aura plus de marge de manœuvre.

Sommaire :

  1. Intro et config de test
  2. Carte mère de test, et étage d'alimentation
  3. Préparation du matériel
  4. Réglage du BIOS en overclocking
  5. Scaling de fréquence à 20°C
  6. Scaling de fréquence sous azote liquide
  7. Ponçage du CPU
  8. Bonus photos
  9. Conclusion