Accueil » Test » Test : overclocking du Ryzen 7 2700X sous azote liquide ! » Page 5

Test : overclocking du Ryzen 7 2700X sous azote liquide !

1 : Intro et config de test 2 : Carte mère de test, et étage d'alimentation 3 : Préparation du matériel 4 : Réglage du BIOS en overclocking 6 : Scaling de fréquence sous azote liquide 7 : Ponçage du CPU 8 : Bonus photos 9 : Conclusion

Scaling de fréquence à 20°C

Nous apprécions particulièrement ces courbes de progression en fonction d’un paramètre, que ce soit la température, la tension d’alimentation… Elles permettent, d’un simple coup d’œil, de voir si un paramètre mérite qu’on lui accorde du temps, que l’on investisse de l’argent, mais également de savoir quand s’arrêter.   

Evolution en fonction de la tension d’alimentation 

Dans cette partie, vous allez voir le comportement du processeur à différentes tensions d’alimentation. Nous partirons donc du scénario type undervolting pour finir avec de l’overclocking. Nous avons utilisé un test court, Cinebench R15, les valeurs annoncées ne sont donc pas 100% stables. Dans le cas d’une charge plus lourde, la progression observée sera toutefois similaire.

Image 1 : Test : overclocking du Ryzen 7 2700X sous azote liquide !


Pas besoin d’être un expert pour voir que le 2700X laisse sur place notre bon vieux 1800X. Côté nouvelle génération, même avec 1,0 V, notre processeur était capable de tenir plus de 3700 MHz, fréquence de base (sans turbo) de ce 2700X. La consommation de la plateforme s’élevait alors à 115 W. En passant à 1,1 V, la fréquence fait un bond de 200 MHz.

Dès 1,15 V nous passons la barre de 4 GHz, là où notre 1800X avait besoin de 1,3 V. Notre dernier palier sera effectué à 4275 MHz, pour 1,4 V.
Comme sur la plupart des composants informatiques, une petite augmentation de la tension permet d’abord un gain très net en fréquence, mais ce gain faiblit peu à peu avec l’augmentation du VCore. Passer de 1,0 à 1,1 V permet un gain en fréquence de 200 MHz alors que le passage de 1,3 à 1,4 V n’offre qu’une progression de 75 MHz. 

Dans ces conditions, il semble difficile de conseiller une tension plus élevée que 1,3 à 1,35 V pour une utilisation quotidienne. Pour des benchmarks la tension peut être poussée à 1,4 V sans trop de risque.

Image 2 : Test : overclocking du Ryzen 7 2700X sous azote liquide !
Et la consommation dans tout cela ? Nous l’avons relevé, ainsi que la température pour chaque point de fonctionnement. 

Image 3 : Test : overclocking du Ryzen 7 2700X sous azote liquide !

Les résultats ne sont pas très surprenants, plus la fréquence grimpe et plus la consommation et la température augmente. Si nous regardons l’efficacité avec une formule simple, fréquence sur consommation, nous obtenons environ:
  • 32 MHz par Watt à 3725 MHz
  • 26 MHz par Watt à 4000 MHz
  • 23 MHz par Watt à 4150 MHz
  • 18 MHz par Watt à 4250 MHz
Dans ces conditions, un fonctionnement autour des 4000-4100 MHz semble un bon compromis si vous voulez overclocker votre processeur. Au delà l’efficacité diminue trop rapidement.

Ryzen 7 2700X : tous égaux ?

Les six 2700X sont passées sur la même plateforme avec une tension fixée à 1,35 V.

Image 4 : Test : overclocking du Ryzen 7 2700X sous azote liquide !

Un tir groupé, c’est le moins que l’on puisse dire. Coïncidence ? Nous ne disposons pas d’assez de chiffre pour y répondre, mais le résultat est assez remarquable. Pourtant, les processeurs ne proviennent pas tous du même vendeur, et n’ont pas non plus la même date de production. Certains sont très récents, alors que d’autres nous sont parvenus avant la sortie officielle. C’est donc le processeur n°4 qui servira pour les tests sous azote liquide.  

Image 5 : Test : overclocking du Ryzen 7 2700X sous azote liquide !

Sommaire :

  1. Intro et config de test
  2. Carte mère de test, et étage d'alimentation
  3. Préparation du matériel
  4. Réglage du BIOS en overclocking
  5. Scaling de fréquence à 20°C
  6. Scaling de fréquence sous azote liquide
  7. Ponçage du CPU
  8. Bonus photos
  9. Conclusion