Accueil » Test » Test : phononic HEX 2.0, dissipation à effet Peltier contre watercooling et aircooling » Page 4

Test : phononic HEX 2.0, dissipation à effet Peltier contre watercooling et aircooling

1 : Présentation du HEX 2.0 2 : Examen du dissipateur en détails 3 : Montage très simple 5 : Protocole de test et concurrents 6 : Résultats des tests 7 : Conclusion

Module Peltier et logiciel pilote

Nous abordons ici un point un peu plus technique, point qui fait la particularité de ce dissipateur : son module thermoélectrique à effet Peltier. Une fois alimentée, la cellule TEC va pomper la chaleur sur l’une de ces faces. Sur l’image ci-dessous, c’est celle représentée en bleu. Elle est dite face froide. La chaleur va alors être refoulée de l’autre côté, sur ce qu’on appelle alors la face chaude, représentée en rouge. Prenons pour exemple un module qui aurait la capacité de maintenir un delta de 10°C entre ces deux faces. Si la partie chaude est à 40°C alors la partie froide sera à 30°C, et votre processeur sera bien au frais.

Image 1 : Test : phononic HEX 2.0, dissipation à effet Peltier contre watercooling et aircooling

Attention à la condensation

En pratique, c’est un peu plus compliqué. Sur un système classique, le radiateur doit évacuer la chaleur émise par le processeur. Dans le cas d’un Core i7-6700k, on parle de 91 W. Sur un système avec un TEC, le radiateur doit évacuer la chaleur émise par le processeur, mais il doit aussi se charger de celle dégagée par la cellule thermoélectrique.

Et oui, à partir du moment où elle est alimentée, elle va elle-même chauffer sur sa face chaude. Ici nous avons un module de puissance assez faible, de l’ordre de 30 W. Le dissipateur va donc devoir éliminer 91 + 30 = 121 W. Et plus la quantité de chaleur est élevée, plus le radiateur sera en difficulté. Cela va se traduire par une augmentation de la température de la face chaude, prenons pour exemple 80°C. Le système permet un écart de 10°C entre les deux faces : on aura donc une face froide à 70°C… Vous l’aurez compris, la clé du succès, c’est donc d’avoir une face chaude la plus fraîche possible pour que la face froide soit vraiment froide. Sans cela, les performances seront moins bonnes que celles d’un ventirad classique.

Pour vous achever, que ce passe t-il si la face chaude à une température identique à celle de l’air ambiant ? Disons 25°C. Et bien la face froide va être à 15°C, toujours à cause de notre delta de 10°C. Un processeur à 15°C ? C’est plutôt sympa… Mais quand une surface est plus froide que la température ambiante, le risque de formation de condensation augmente, tel un miroir dans une salle de bain.

Il y a alors un fort risque que des gouttelettes d’eau se forment. Inutile de vous dire que des gouttelettes d’eau dans un PC, ce n’est pas recommandé ! Mais pas de panique : Phononic pilote le HEX 2.0 pour éviter tout ces soucis.

Pour approfondir le sujet, Phononic propose des documents sur le sujet.

Gestion logicielle indispensable

L’aiguille verte indique l’état d’alimentation de la cellule TEC. Lorsqu’elle est à gauche c’est que le module thermoélectrique ne consomme rien, le module est désactivé. En revanche, plus elle tourne vers la droite et plus la consommation du module augmente.

Image 2 : Test : phononic HEX 2.0, dissipation à effet Peltier contre watercooling et aircooling
Pour piloter le module thermoélectrique, Phononic  propose plusieurs profils de refroidissement :

Standard : lorsque le processeur est au repos, le module est désactivé. Cela permet de limiter la consommation électrique, mais surtout d’éviter la formation de condensation. Plus le processeur chauffera et plus le module thermoélectrique montera en puissance. A 100% il consomme entre 35 et 40w.

Déjanté : le nom parle de lui-même, puissance maximale quoi qu’il arrive (attention à la condensation !).

Ambiant élevé : c’est un mode d’utilisation conseillé pour les lieux très chauds et humides. Le démarrage de la cellule est retardé afin de limiter les risques de formation de gouttelettes d’eau.

Smart Set : avant de pouvoir choisir ce mode, il faut que l’utilisateur calibre le système à l’aide du bouton situé juste en dessous. Un simple clic suffit et la procédure ne dure pas plus de quelques secondes. Le fonctionnement est identique au mode standard, mais comme personne n’utilise son PC de la même façon le calibrage permet au logiciel de savoir quand le processeur est au repos. Un CPU qui tournerait à 40°C au repos enclencherait le démarrage trop fréquent du TEC, ce qui causerait une hausse de sa consommation électrique. A l’inverse un CPU qui tournerait à 20°C au repos devrait attendre une élévation de la température importante avant que le Peltier ne démarre. Le calibrage permet donc d’adapter la plage de fonctionnement à chaque système.

Toujours sur le même écran, vous avez la possibilité de mettre à jour le logiciel. Notez que le firmware peut aussi être mis à jour. Phononic invite d’ailleurs les utilisateurs à leur faire parvenir leurs avis et retours d’expérience afin de perfectionner le système. Pour finir vous avez la possibilité de choisir la couleur du logo LED présent sur le dissipateur.

Sommaire :

  1. Présentation du HEX 2.0
  2. Examen du dissipateur en détails
  3. Montage très simple
  4. Module Peltier et logiciel pilote
  5. Protocole de test et concurrents
  6. Résultats des tests
  7. Conclusion