Accueil » Test » Test : PNY GeForce GTX 1650 XLR8 OC, un max d’efficacité sans connecteur d’alim PCIe

Test : PNY GeForce GTX 1650 XLR8 OC, un max d’efficacité sans connecteur d’alim PCIe

1 : Intro et caractéristiques 2 : La carte en détails 3 : Analyse du PCB 4 : Performance en Full-HD 6 : Températures, fréquences et overclocking 7 : Ventilation et nuisances sonores 8 : Conclusion

Consommation et charge

Au repos, la PNY GTX 1650 XLR8 OC a un appétit d’oiseau : elle ne dépasse pas 6 W. La limite de consommation est fixée comme sur le modèle de référence à 75 W. Cependant, cette valeur n’est jamais atteinte, ni en jeu où la carte s’octroie au maximum 62 W, ni même en test de torture, plafonnant à 62 W. 

Image 1 : Test : PNY GeForce GTX 1650 XLR8 OC, un max d'efficacité sans connecteur d'alim PCIe

Voici le récapitulatif des limites fixées dans le logiciel propriétaire par PNY :

Image 2 : Test : PNY GeForce GTX 1650 XLR8 OC, un max d'efficacité sans connecteur d'alim PCIe

Les tensions sont relativement basses : même à froid, on ne mesure au maximum que 0,97 V. Une fois la carte chaude, la tension se stabilise en jeu aux environs de 0,925 V.

Image 3 : Test : PNY GeForce GTX 1650 XLR8 OC, un max d'efficacité sans connecteur d'alim PCIe

La charge sur le slot de la carte mère ne dépasse pas les 5,2 A, la limite préconisée de 5,5 A est donc respectée. Le Power Limit ne permet de toute façon pas vraiment d’aller au-delà.

Image 4 : Test : PNY GeForce GTX 1650 XLR8 OC, un max d'efficacité sans connecteur d'alim PCIe

Mesure des pics de consommation

Lorsque l’on mesure la consommation d’une carte au millième de seconde, on observe des pics bien plus importants qu’annoncés, et ceux-ci peuvent dans certains cas mener à l’arrêt impromptu du boitier d’alimentation. En effet, la consommation moyenne relevée sur plusieurs secondes (la TBP pour « Typical Board Power »), communiquée par le fabricant ou mesurée par la plupart des testeurs, ne permet pas de déduire automatiquement qu’un boitier d’alimentation est capable de soutenir la charge d’une carte graphique actuelle.

Image 5 : Test : PNY GeForce GTX 1650 XLR8 OC, un max d'efficacité sans connecteur d'alim PCIe

Des pics de consommation d’une durée allant de 1 à 10 ms peuvent en effet enclencher le mécanisme d’arrêt d’urgence (OPP, OCP), en particulier sur les alimentations multi-rails, et ce, alors que la consommation moyenne est bien en dessous de la norme. Pour cette petite PNY légèrement overclockée par défaut, nous conseillons donc une alimentation capable de fournir au moins 80 W. Le graphique suivant montre l’évolution de la consommation avec une mesure toutes les 20 ms, un intervalle qui sert aussi aux mesures :

Graphiques détaillés de la consommation et de l’intensité

Comme de coutume, nous incluons les graphiques détaillés de la consommation et de l’intensité électrique obtenus grâce à notre oscillographe. Ils montrent comment la carte réagit sur une période donnée. On observe par exemple que la ligne 3,3 V n’est presque pas utilisée. 

Sommaire :

  1. Intro et caractéristiques
  2. La carte en détails
  3. Analyse du PCB
  4. Performance en Full-HD
  5. Consommation et charge
  6. Températures, fréquences et overclocking
  7. Ventilation et nuisances sonores
  8. Conclusion