Accueil » Test » Test : PNY PREVAILPRO, portable unique sur Quadro P4000 Max-Q

Test : PNY PREVAILPRO, portable unique sur Quadro P4000 Max-Q

1 : Examen extérieur et config 2 : Démontage, examen intérieur 3 : Benchmarks : 2D et tests CPU intensifs 4 : Benchmarks combinés et suites logicielles 5 : Benchmarks graphiques 6 : Consommation, autonomie, nuisances sonores 8 : Résumé et conclusion

Températures, fréquences et mesures infrarouges

Températures et fréquences

La performance à attendre au quotidien dépend d’une part des spécifications du matériel, mais aussi de la qualité du refroidissement. De plus, les fréquences réelles du CPU et du GPU peuvent varier de manière significative d’un benchmark à l’autre. Nous effectuons nos mesures avec le portable branché sur le secteur.

Dans une boucle SolidWorks exigeante, la fréquence CPU oscille aux alentours de 3,5 GHz, car la charge est bien répartie sur tous les cœurs. La fréquence turbo n’est jamais atteinte. La température des cœurs CPU varie entre 60 et 70°C. Selon la difficulté des scènes à rendre, la fréquence GPU de la Quadro P4000 Max-Q oscille entre 1100 et 1250 MHz pour une température allant de 50 à 53°C. 

Image 1 : Test : PNY PREVAILPRO, portable unique sur Quadro P4000 Max-Q

En test de torture, la fréquence CPU descend à 3,4 GHz et la température monte à 85°C, mais la fréquence se maintient ensuite durablement à ce niveau. La température du GPU se stabilise à environ 69°C et la fréquence à 1100 MHz. 

Image 2 : Test : PNY PREVAILPRO, portable unique sur Quadro P4000 Max-Q

On voit que la fréquence Turbo ou celle de Boost ne sont que rarement atteintes, ce qui est normal de la part d’un portable. La comparaison avec un ordinateur de bureau bien refroidi et donc capable de maintenir les hautes fréquences montre ici ses limites. 

Mesure des températures sur un portable

Pour évaluer de manière éclairée un produit, il faut se baser sur des mesures précises, reproductibles, et dans des conditions proches de la réalité d’usage. Pour cela, nous avons décidé d’effectuer nos mesures en laissant en place la coque du dessous (pour mesurer sa température). Nous avons placé le portable sur un banc de test sur lequel nous avons auparavant installé un film plastique. Celui-ci permet de simuler une situation réaliste (le portable placé sur une surface plane non aérée par le dessous) tout en laissant la possibilité de mesurer les points chauds à l’aide de notre caméra thermique (surface transparente). Nous avons aussi effectué des mesures sans ce film plastique, mais elles étaient tellement basses et irréalistes, que nous les avons laissées de côté. 

Ajoutons pour les aspirants Géo Trouvetou que placer le portable sur ses bords pour améliorer la ventilation est une très mauvaise idée, car les caloducs ne sont pas prévus pour et ne fonctionnent alors plus comme il faut. De même, leur efficacité diminue si on penche de manière trop abrupte le portable ; selon nous, il ne faut donc pas dépasser un angle de 25 degrés d’inclinaison. 

Image 3 : Test : PNY PREVAILPRO, portable unique sur Quadro P4000 Max-QImage 4 : Test : PNY PREVAILPRO, portable unique sur Quadro P4000 Max-Q

Après réglages de la caméra infrarouge, nous mesurons à travers les fentes du dessous de la coque la température du caloduc le plus à l’intérieur de la partie graphique, lequel est aussi le plus chaud des trois. Nous avons aussi mesuré la température de la coque du dessous du portable à l’aide de la caméra et directement à l’aide d’un thermomètre. 

Dans une situation classique, avec SolidWorks, les températures restent raisonnables. On observe une différence de mesure entre la diode GPU et le caloduc de 8 degrés au maximum, ce qui est acceptable. Le CPU est un peu plus chaud, mais il émet globalement moins de chaleur que le GPU. 

Image 5 : Test : PNY PREVAILPRO, portable unique sur Quadro P4000 Max-Q

Sur batterie, nous avons aussi mesuré les températures en test de torture, un scénario peu réaliste. Le portable chauffe alors plus ou moins autant que sur secteur avec SolidWorks. Malgré la baisse de fréquence imposée, MSI Kombustor parvient à faire chauffer la partie graphique un peu plus. Dans une telle situation, la batterie se vide en un peu moins d’une heure. 

Image 6 : Test : PNY PREVAILPRO, portable unique sur Quadro P4000 Max-Q

Si on branche le portable sur le secteur et recommence le même test de torture, les températures augmentent significativement. On relève presque 65°C au niveau du caloduc le plus chaud, ce qui se traduit par des températures à la surface du portable allant de 40 à 45°C, ce qui fait beaucoup si on le pose sur les cuisses.  

Image 7 : Test : PNY PREVAILPRO, portable unique sur Quadro P4000 Max-Q

La température sur le dessus du portable a été relevée avec notre thermomètre infrarouge à la surface du clavier, comme nous ne voulions pas endommager le portable en appliquant à sa surface une laque spéciale ou un pad thermique de mesure. Cette mesure n’est donc pas aussi précise, mais reste suffisamment fiable. 

En test de torture branché sur le secteur, on mesure 54°C sur la partie haute du clavier, les touches F8 et 8 étant les plus chaudes. Dans une situation quotidienne avec SolidWorks, la température descend à 46-48°C et le ressenti n’est pas désagréable quand on tape sur le clavier. 

En résumé

Le portable peut servir de chaufferette high-tech, mais on ne risque pas de s’y brûler quelle que soit la tâche effectuée, grâce à la dissipation efficace de la chaleur.

Sommaire :

  1. Examen extérieur et config
  2. Démontage, examen intérieur
  3. Benchmarks : 2D et tests CPU intensifs
  4. Benchmarks combinés et suites logicielles
  5. Benchmarks graphiques
  6. Consommation, autonomie, nuisances sonores
  7. Températures, fréquences et mesures infrarouges
  8. Résumé et conclusion