Accueil » Test » Test : PNY PREVAILPRO, portable unique sur Quadro P4000 Max-Q

Test : PNY PREVAILPRO, portable unique sur Quadro P4000 Max-Q

1 : Examen extérieur et config 2 : Démontage, examen intérieur 3 : Benchmarks : 2D et tests CPU intensifs 4 : Benchmarks combinés et suites logicielles 5 : Benchmarks graphiques 6 : Consommation, autonomie, nuisances sonores 7 : Températures, fréquences et mesures infrarouges

Résumé et conclusion

Le PREVAILPRO P4000 Max-Q est une réussite pour PNY : la Quadro P4000 Max-Q se marie harmonieusement avec le Core i7-7700HQ d’Intel. Certes, le processeur Kaby Lake n’est plus tout jeune et devrait rapidement voir arriver la relève, mais la puissance délivrée est plus que suffisante à l’heure actuelle. De plus, le châssis P955/957 de Clevo sur lequel le portable se base est un modèle qui a fait ses preuves et ne réserve aucune mauvaise surprise. 

En effet, les portables à base de P955 ont été vendus à plusieurs millions d’exemplaires, et la seule différence significative sur ce portable est la présence d’une carte graphique Quadro et une quantité de mémoire vive plus importante que sur les portables grand public. Il faut certes renoncer à la mémoire ECC et aux processeurs Xeon, mais pour cette Quadro, le processeur i7 est plus que suffisant. D’ailleurs, la concurrence (Fujitsu ou Lenovo) l’a bien compris et propose des portables à la configuration similaire. Une carte graphique plus puissante ne ferait pas grand sens sur un portable de ce gabarit, et on peut dire que CPU et GPU forment une bonne équipe. 

On peut par contre légitimement se demander si un écran 4K est indispensable sur un portable. De nombreux programmes professionnels tels qu’AutoCAD, Adobe CC, SolidWorks ou Creo utilisent leur propre GUI, qui n’est pas prévue pour une telle résolution, avec à la clé des menus illisibles. SolidWorks 2015 par exemple, qui utilise des images bitmap pour ses icônes, devient parfaitement illisible, même en ajustant la mise à l’échelle à 300 %. Crise de nerfs garantie… 

Image 1 : Test : PNY PREVAILPRO, portable unique sur Quadro P4000 Max-Q

Conclusion

Si les composants choisis fonctionnent bien ensemble, il faut réfléchir à deux fois avant de se décider si ce portable est vraiment adapté aux besoins professionnels. Un commercial en déplacement du soir au matin devra toujours être à l’affût d’une prise de courant pour recharger le portable à l’autonomie peu élevée, et sur le bureau de l’ingénieur, bien que la possibilité de l’emmener partout soit attrayante, les nuisances sonores supérieures à un ordinateur classique pourraient finir par énerver. Dans des charges élevées, le portable peut carrément devenir bruyant et nuire à la communication. 

D’un autre côté, le refroidissement est vraiment bien réalisé. Le châssis permet d’ailleurs d’utiliser des cartes graphiques encore plus puissantes sans être asphyxié par des températures trop élevées. Le refroidissement du CPU est en comparaison un jeu d’enfants : même si la fréquence Turbo n’est presque jamais atteinte, ni le CPU ni le GPU de souffrent de problèmes de throttling (tout du moins le modèle testé avec la déclinaison Max-Q).

Le portable manque tout de même du petit plus qui lui permettrait de se démarquer de la concurrence, et passe donc de justesse à côté d’un Award. Il effectuera avec bravoure les tâches qu’on lui réserve et donnera satisfaction à ceux à la recherche d’un portable transportable et puissant. Mais il faudra passer à la caisse et l’addition est plutôt salée. Notre modèle de test avec Quadro P4000 coûte la bagatelle de 4500 € et même le modèle avec Quadro P3000 coûte encore 3200 € dans nos contrées. Le prix peut même grimper si on commande des options supplémentaires… Mais en général, c’est l’entreprise qui paye, alors, pourquoi pas ?

Sommaire :

  1. Examen extérieur et config
  2. Démontage, examen intérieur
  3. Benchmarks : 2D et tests CPU intensifs
  4. Benchmarks combinés et suites logicielles
  5. Benchmarks graphiques
  6. Consommation, autonomie, nuisances sonores
  7. Températures, fréquences et mesures infrarouges
  8. Résumé et conclusion