Accueil » Dossier » Test Radeon HD 7970 : AMD lance sa nouvelle architecture » Page 4

Test Radeon HD 7970 : AMD lance sa nouvelle architecture

1 : Introduction 2 : L’architecture Southern Islands 3 : Vue d’ensemble : Tahiti et la Radeon HD 7970 5 : Configuration du test 6 : Tests synthétiques & Tesselation 7 : Battlefield 3 8 : Crysis 2 9 : The Elder Scrolls V: Skyrim 10 : DiRT 3 11 : World Of Warcraft 12 : Batman: Arkham City 13 : Metro 2033 14 : GPGPU 15 : Overclocking 16 : Consommation, températures et bruit 17 : Conclusion

PRT, DirectX 11.1, Eyefinity, 3D stéréoscopique et plus encore

Dans la mesure où l’architecture Southern Islands apporte plusieurs nouvelles fonctionnalités, on ne peut pas réduire Tahiti à une simple évolution dédiée aux jeux et aux calculs :

DirectX 11.1, OpenCL 1.2 et DirectCompute 11.1

Pour commencer, Windows 8 est sensé intégrer DirectX 11.1 que la Radeon HD 7970 sait déjà d’ores et déjà gérer. On peut avoir la liste des nouvelles fonctionnalités propres à Direct3D 11.1 sur le site de Microsoft dédié aux développeurs.

PRT (Partially Resident Textures)

Les PRT permettent une utilisation efficace de la mémoire matérielle virtuelle propre à Tahiti en traitant la GDDR5 comme un cache organisé dédié aux textures. Au moins deux avantages en découlent : les microcoupures ainsi que le phénomène d’apparition soudaine de textures sont atténués, de même que la gestion des megatextures (similaires à celles qu’id Software utilise) au niveau matériel est facilitée.

Image 1 : Test Radeon HD 7970 : AMD lance sa nouvelle architecture

Au fur et à mesure que les textures sont rapportées pour le rendu, seuls les segments visibles de ces textures sont chargés en mémoire (par morceaux de 64 Ko). C’est lorsque le chargement d’une texture ne s’est pas fait que l’approche d’AMD prend tout son sens : dans ce cas, le GPU peut faire un retour d’information au programme et lui demander les consignes à suivre, donnant ainsi à l’application une liberté de contrôle sans précédent pour qu’elle choisisse les textures à charger et comment les prioritiser. En parallèle, le GPU peut afficher une texture basse-résolution avant d’afficher la version haute résolution pour minimiser le problème des microcoupures.

Image 2 : Test Radeon HD 7970 : AMD lance sa nouvelle architecture

Eyefinity 2.0, gestion des périphériques d’affichages et améliorations au niveau du bureau

La Radeon HD 7970 est la première carte graphique à proposer plusieurs flux de sortie audio indépendants, lesquels ont été baptisés DDMA (pour Discrete Digital Multi-Point Audio) par AMD. En clair, chaque écran peut bénéficier de son propre signal sonore. Bien que l’utilité de cette fonctionnalité ne soit pas vraiment significative pour la plupart d’entre nous, (on tend généralement à préférer des hauts parleurs indépendants ou encore un casque par rapport aux hauts parleurs intégrés à quelques rares moniteurs) elle peut avoir un intérêt pour une session de visioconférence sur plusieurs affichages.

Image 3 : Test Radeon HD 7970 : AMD lance sa nouvelle architecture

Autre avantage de la nouvelle carte d’AMD, la gestion simplifiée de l’affichage en ultra haute résolution : alors qu’il fallait jusqu’ici plusieurs entrées pour afficher du 4K, les Radeon HD 7900 peuvent y arriver avec un unique connecteur HDMI 3 GHz ou DisplayPort 1.2 HBR2.

Image 4 : Test Radeon HD 7970 : AMD lance sa nouvelle architecture

Le diaporama d’AMD nous informe des prochaines nouveautés du pilote Catalyst Control Center : la version 12.2 prévue en février 2012 permettra de personnaliser la résolution de l’affichage, une possibilité qui était demandée depuis le lancement d’Eyefinity. En outre, le gestionnaire de réglages préenregistrés devrait être amélioré et il sera possible d’assigner la barre des tâches Windows à l’écran de son choix dans le cas d’un affichage multi-écrans.

Image 5 : Test Radeon HD 7970 : AMD lance sa nouvelle architecture

Du côté de la 3D stéréoscopique

Les premières annonces concernant la 3D stéréoscopique sont directement liées à l’Eyefinity, sans être spécifiques aux HD 7900 : les Catalyst 11.12 permettent de gérer l’Eyefinity en HD3D, tandis que les 12.1 preview ajoutent le support du CrossFire pour les fonctionnalités de 3D stéréoscopique et multi-écrans propres à AMD. Cette nouveauté est extrêmement appréciable lorsque l’on joue en HD3D compte tenu des ressources graphiques nécessaires et permet de combler un manque par rapport à la concurrence.

Image 6 : Test Radeon HD 7970 : AMD lance sa nouvelle architecture

Au niveau matériel, la HD 7970 est la première carte à gérer le standard HDMI 3 GHz qui permet enfin d’envoyer un signal 1080p en 3D stéréoscopique à 120 Hz (ou 60 Hz par œil). Malheureusement, cette nouveauté est inexploitable sur les téléviseurs actuels puisque le périphérique d’affichage doit lui aussi gérer le HDMI 3 GHz en entrée. On note également que la HD 7970 est capable de gérer la 3D stéréoscopique en 1080p à 60 Hz (30 Hz par œil) sur le HDMI 1.4a, mais la différence avec le 48 Hz (30 Hz par œil) ne sera peut-être pas flagrante pour autant.

Pour conclure sur la 3D stéréoscopique, rappelons que Microsoft inclura une API Stereo3D dans Windows 8 que la HD 7970 prétend déjà gérer. Il ne reste plus qu’à espérer que l’approche ouverte d’AMD saura fédérer un plus grand nombre de développeurs.

UVD et VCE mis à jour

La dernière version de l’UVD (Universal Video Decoder) gère maintenant l’accélération matérielle d’un double flux vidéo HD+HD, mais c’est surtout le VCE (Video Codec Engine) qui a évolué : AMD a beau ne pas être particulièrement loquace sur son implémentation (ce qui rend difficile la comparaison avec QuickSync), il est clairement fait mention d’un encodeur H.264 multi-flux s’appuyant sur l’accélération matérielle.

A ce stade, on peut déjà dire que QuickSync est plus complet que le VCE dans la mesure où ce dernier se limite au H.264. AMD prétend que l’encodage avec le VCE est plus rapide qu’en temps réel, mais l’échelonnement des performances ne peut pas être aussi intéressant que si le VCE et les nouvelles possibilités de calcul offertes par le GPU étaient mis en parallèle.

Image 7 : Test Radeon HD 7970 : AMD lance sa nouvelle architecture

Ceci explique pour quoi AMD conseille d’utiliser VCE seul avec les cartes graphiques entrée de gamme, ou bien dans le cas des environnements mobiles où les économies d’énergie rendues possibles par les fonctions à logique fixe ont un effet majeur sur l’autonomie.

Le mode hybride que l’on voit ci-dessous est plus intéressant pour les configurations plus musclées. Du fait qu’il s’appuie sur les ressources en calcul du GPU (les ALU), la consommation grimpe en flèche, mais ce sont donc les composants programmables qui prennent en charge la majorité des opérations d’encodage pour un maximum de performances.

Image 8 : Test Radeon HD 7970 : AMD lance sa nouvelle architecture

Nous aurions vraiment voulu opposer le VCE à QuickSync ou encore CUDA, mais l’encodage vidéo fait partie des fonctionnalités de la HD 7970 qui ne sont pas prêtes au lancement de la carte : AMD n’a tout simplement pas été en mesure de nous fournir les utilitaires pour tirer parti des vertus annoncés de son nouveau GPU.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. L’architecture Southern Islands
  3. Vue d’ensemble : Tahiti et la Radeon HD 7970
  4. PRT, DirectX 11.1, Eyefinity, 3D stéréoscopique et plus encore
  5. Configuration du test
  6. Tests synthétiques & Tesselation
  7. Battlefield 3
  8. Crysis 2
  9. The Elder Scrolls V: Skyrim
  10. DiRT 3
  11. World Of Warcraft
  12. Batman: Arkham City
  13. Metro 2033
  14. GPGPU
  15. Overclocking
  16. Consommation, températures et bruit
  17. Conclusion