Accueil » Actualité » Test : Radeon RX 470, la carte idéale pour jouer en Full HD ? » Page 4

Test : Radeon RX 470, la carte idéale pour jouer en Full HD ?

1 : La Radeon RX 470 Asus Strix en détails 2 : Notre méthode de test 3 : Ashes of the Singularity, Battlefield 4, et DOOM 5 : Rise of the Tomb Raider, The Division, et The Witcher 3 6 : Consommation de la carte 7 : Fréquences, températures, bruit 8 : Conclusion

GTA V, Hitman, Metro: Last Light Redux, et Project CARS

GTA V

L’avantage de la RX 480 sur la RX 470 est réduit à 11 % dans GTA V, et les deux cartes sont facilement considérées comme jouables dans ce titre. Les GeForce GTX 1060 et 970 restent toutefois en tête, plutôt logique, sachant qu’elles sont aussi plus chères.

Hitman

L’architecture de Polaris brille dans Hitman : la RX 480 prend la première place, 14 % plus rapide que la RX 470. La GeForce GTX 1060 offre des performances similaires, mais elle est plus chère. Notez que les cartes avec 2 Go de mémoire vive ont planté au même moment lors du test en DirectX 12.

Metro: Last Light Redux

Surprise ! La Radeon RX 480 est, encore une fois, 13 % plus rapide que la RX 470, tandis que les deux cartes sont moins rapides que les GeForce. Les Radeon R9 380 sont très bon marché, mais elles prennent un gros coup en termes de performances dans Metro.

Project CARS

Il semble qu’ajouter plus d’antialiasing diminue l’écart entre les cartes AMD et NVIDIA, dans ce jeu qui avantage, on ne sait trop pourquoi, les GeForce. Dans notre test de la GTX 1060, la carte de NVIDIA offrait 50 % plus de performance qu’une Radeon RX 480. L’écart est réduit à 19 % en forçant la charge du rendu graphique. La Radeon RX 480 est 12 % plus rapide que la RX 470.

Sommaire :

  1. La Radeon RX 470 Asus Strix en détails
  2. Notre méthode de test
  3. Ashes of the Singularity, Battlefield 4, et DOOM
  4. GTA V, Hitman, Metro: Last Light Redux, et Project CARS
  5. Rise of the Tomb Raider, The Division, et The Witcher 3
  6. Consommation de la carte
  7. Fréquences, températures, bruit
  8. Conclusion