Accueil » Test » Test : Sapphire RX Vega 56 Pulse, le bon compromis » Page 3

Test : Sapphire RX Vega 56 Pulse, le bon compromis

1 : Caractéristiques de la carte 2 : La carte en détail 4 : Système de dissipation démonté 5 : Performances jeux en QHD 6 : Performances jeux en 4K 7 : Consommation électrique 8 : Températures et fréquences 9 : Ventilation et bruit 10 : Conclusion

PCB, étage d’alimentation

Répartition des composants sur le PCB

Sans surprise vue sa taille, le PBC diffère largement du design de référence AMD pour les RX Vega, de sorte qu’il sera impossible d’utiliser les plaques de watercooling existantes sur le marché. Notre Raijintek Morpheus était par exemple inapte à refroidir la carte.

Image 1 : Test : Sapphire RX Vega 56 Pulse, le bon compromis

Sapphire utilise six phases VDDC non doublées, on compte donc en tout sept circuits de conversion du courant en incluant la phase mémoire (MVDD). Mais pourquoi sept ?

Sapphire utilise en effet un équilibreur de charge. Cinq des six phases GPU sont exclusivement ravitaillées en courant par les deux connecteurs d’alimentation PCI à huit broches. La sixième phase est alimentée à la fois par l’alimentation PCI externe et par la fente de la carte mère. On utilise donc un circuit de régulation pour chacune des entrées de la première phase. Cette première phase est également la plus sollicitée au repos et dans des charges faibles. La phase dédiée à la mémoire HBM2 tire aussi son énergie uniquement de la carte mère.

Image 2 : Test : Sapphire RX Vega 56 Pulse, le bon compromis

L’arrière du PCB est très chargé en composants, mais à l’exception des drivers des MOSFET, aucun d’entre eux ne dégage beaucoup de chaleur. La carte est ravitaillée en courant par deux connecteurs d’alimentation à huit broches. Comme la carte, selon nos mesures, ne tire au maximum que 25 W de la carte mère, le reste provient de ces deux connecteurs. Nous verrons plus tard combien exactement.

Alimentation du GPU

Comme sur le modèle de référence, le contrôleur PWM est un IR3567 d’International Rectifier. Ce contrôleur buck digital à double sortie et multiphases est capable de gérer simultanément les six phases GPU plus celle de la mémoire. Mais comme nous le disions, on compte en fait sept circuits de conversion et pas six. C’est là que l’équilibreur de charge entre en scène.  

Image 3 : Test : Sapphire RX Vega 56 Pulse, le bon compromisImage 4 : Test : Sapphire RX Vega 56 Pulse, le bon compromis

Le PCB compte quatre IR3598. Comme ces puces peuvent faire office à la fois de doubleur (comme sur le design de référence) ou de driver MOSFET, Sapphire utilise trois d’entre eux pour les six phases alimentées en courant par les connecteurs externes, tandis que le quatrième est utilisé à la fois comme équilibreur de charge pour le septième circuit de régulation, et comme driver pour la phase dédiée à la mémoire.

Sommaire :

  1. Caractéristiques de la carte
  2. La carte en détail
  3. PCB, étage d'alimentation
  4. Système de dissipation démonté
  5. Performances jeux en QHD
  6. Performances jeux en 4K
  7. Consommation électrique
  8. Températures et fréquences
  9. Ventilation et bruit
  10. Conclusion