Accueil » Test » Test complet de Shadow Ghost : techno bluffante, performances limitées

Test complet de Shadow Ghost : techno bluffante, performances limitées

1 : Un Windows 10 comme à la maison 3 : Gestion des périphériques 4 : Performances GPU / Gaming 5 : Performances CPU / Bureautique 6 : Tests de latence et flux vidéo 7 : Conclusion

Shadow Ghost : configuration et consommation

Image 1 : Test complet de Shadow Ghost : techno bluffante, performances limitées

Côté box, la Shadow Ghost est assez basique, mais apporte l’essentielle. La box est passive et ne chauffe presque pas, et se base sur un processeur Rockchip RK3399 assez basique (deux Cortex-A72, quatre A53, GPU MALI T860MP4), accompagné de 2 Go de RAM et 8 Go de mémoire flash eMMC. Sans oublier le Bluetooth 4.1 et le Wi-Fi 802.11ac. Sans oublier deux ports USB 2.0, deux autres USB 3.0, un port Ethernet Gigabit, une sortie jack 3,5 mm, et une sortie vidéo HDMI 2.0.

Selon nos mesures, sa consommation moyenne est la suivante (en 4K) :

  • Eteinte : 0,9 W
  • Repos : 5,6 W
  • Activité : 6,9 W
  • Pic maximal observé : 9,1 W

Pour peu que votre équipement réseau ne consomme pas trop, vous aurez donc droit à l’équivalent d’une tour PC gaming, à moins de 10 W et sans aucun bruit !

Sans oublier la LED rouge bien placée, mais pas RGB !?

Quelques bugs et difficultés

Image 6 : Test complet de Shadow Ghost : techno bluffante, performances limitées

Les débuts avec Shadow n’ont pas été faciles. La box n’a rien voulu afficher à l’écran après plusieurs premiers démarrage. Changement de câble, d’écran, etc… Tout d’un coup, elle s’est finalement décidée à afficher quelque chose, on ne sait trop pourquoi car nous n’avions alors rien modifié depuis la dernière tentative de démarrage !

Image 7 : Test complet de Shadow Ghost : techno bluffante, performances limitées

Le câble Ethernet a aussi fait des siennes, il a fallu le rebrancher pour qu’il fonctionne. La box s’est alors mise à jour et ne nous a plus posé de problème. Nous avons toutefois été incapables d’accéder au service pendant toute une après-midi lors de nos tests, on ne sait pas pourquoi. Nous n’avons eu droit qu’à un seul message d’erreur sans conséquence sous Windows. Mais franchement, pour le temps que nous l’avons utilisé, et poussé à bout, l’ensemble du service fut surprenant de stabilité et de souplesse… sur une connexion fibre.

Car il faudra avoir un réseau béton. Pour le Wi-Fi, il faudra un routeur dernier cri et une réception exemplaire. Notre box Orange fut un peu limite en Wi-Fi. Il faudra aussi de l’Ethernet Gigabit si vous souhaitez profiter de la 4K ou du 144 Hz sans défaut. Pour ce qui est de la machine du serveur Shadow à Paris, son réseau est exemplaire (heureusement !), mais on aurait aimé avoir un peu plus de bande passante en upload :

Image 8 : Test complet de Shadow Ghost : techno bluffante, performances limitées

Sommaire :

  1. Un Windows 10 comme à la maison
  2. Shadow Ghost : configuration et consommation
  3. Gestion des périphériques
  4. Performances GPU / Gaming
  5. Performances CPU / Bureautique
  6. Tests de latence et flux vidéo
  7. Conclusion